Pass Patrimoine 600 monuments 2022 page
17/01/2022
2173

La vie en bleu ! Petite histoire du bleu pastel de Toulouse

C’est l’histoire d’une plante aujourd’hui un peu oubliée et qui a fait rayonner le Lauragais à travers le monde pendant plus de trois siècles. Dans cette région naturelle située entre Toulouse et Albi, le pastel des teinturiers est un trésor de notre patrimoine artisanal et culturel.

Pour voir la vie en bleu, découvrez l’histoire incroyable du bleu pastel de Toulouse.

Le bleu pastel, or du « pays de cocagne »

Un champ de pastel dans la région de Montgeard et Nailloux © Photo Haute-Garonne Tourisme

Les Égyptiens dans l’Antiquité avaient déjà percé le secret du pastel. On raconte que l’Isatis tinctoria aurait été introduite en Europe au Moyen Âge par les Maures qui prêtent alors à cette plante des vertus médicinales. De la famille des crucifères, elle se reconnaît par ses fleurs à pétales jaunes qui vont venir tapisser les vallons de la région toulousaine.

L’Isatis tinctoria a en effet besoin d’une terre riche en calcaire et argileuse pour se développer. Le climat du Laurageais est propice à cette culture. Mais pour parvenir à ce bleu qui va devenir symbole de richesse et de puissance, une grande quantité de végétaux est nécessaire, ce qui en fait un produit rare et coûteux.

Pour transformer la plante, les feuilles ourlées d’une couleur violette (les plus chargées en pigments) sont malaxées pour obtenir une pâte épaisse. On la roule sous forme de boules, qu’on appelle coques ou cocagnes. Ainsi est née la légende du « Pays de cocagne », synonyme d’une terre fertile qui va faire la réussite des teinturiers de la région toulousaine à la Renaissance.

Une épopée occitane de la Renaissance

Isatis tinctoria © Matt Lavin

Au début du XVe siècle, le Lauragais est encore pauvre. L’essor du commerce du pastel va bouleverser le destin de cette région.

Le processus de fabrication du pastel est long et fastidieux. Il mobilise des centaines d’ouvriers qui récoltent les feuilles à la main, les lavent puis les écrasent grâce au moulin pastelier. Ce savoir-faire unique va permettre aux communes du cru de se développer, à l’instar de Revel en Haute-Garonne, qui devient un haut-lieu du commerce du pastel.

Via la Garonne, les bateaux chargés de centaines de tonnes d’agranat (la poudre utilisée pour teindre les étoffes) s’acheminent vers les ports de Bordeaux, mais aussi Anvers ou Londres. Au XVIe siècle, l’Occitanie est la première région cultivatrice et exportatrice de pastel en Europe.

 

L’Hôtel d’Assézat à Toulouse, un magnifique témoignage de l’âge d’or du bleu Pastel.

Grâce à la culture du pastel et au développement de son commerce à l’International, des villes comme Toulouse et Albi vont complètement se transformer. Elles deviennent alors le symbole de la réussite des « capitouls » (les représentants élus de Toulouse) et des grandes familles albigeoises. Elles se parent alors de somptueux palais.

Trace sublime de cette époque mirifique, l’Hôtel particulier Bernuy à Toulouse, demeure du riche négociant Jean de Bernuy construite en 1503. Mais aussi l’Hôtel d’Assézat, édifié vers 1555 selon les plans de Nicolas Bachelier, l’un des plus grands architectes toulousains de la Renaissance.

Les guerres de religion, mais surtout la découverte du bleu indigo rapporté des Indes par les Espagnols et les Portugais, vont mettre fin à cet âge d’or du pastel en Occitanie.

Aujourd’hui, l’histoire se poursuit

Cosmétique de la marque toulousaine "Graine de pastel"

Aujourd’hui, grâce à la passion et au savoir-faire des artisans locaux, on assiste à une véritable renaissance du pastel. L’entreprise toulousaine « Graine de Pastel » a ressuscité l’or bleu et ses propriétés dermatologiques à travers une gamme de cosmétiques.  

Grâce à Anne Hardouin, Maître Artisan en métier d'art et Académicienne du Pastel, la région continue à porter haut et fier sa couleur locale. Depuis 2004, l’enseigne AHPY propose des collections de vêtements créés dans des tissus teints avec le bleu de pastel de Lectoure (Plus Beaux Détours de France).

Enfin, à Lavaur, le Château-Musée de Magrin abrite le Musée du Pastel pour continuer de faire vivre la tradition de cet art qui colore notre patrimoine.

Partez à la découverte de plus de 600 merveilles de France et de Belgique avec le Pass Patrimoine !

Tags: