Pass Patrimoine 600 monuments 2022 page
06/01/2023
1699

Une histoire de l'indigo, un bleu plurimillénaire

Vénérée dans l'Égypte antique, la couleur bleu est connue depuis plusieurs millénaires. Les Grecs et les Romaines ne l'apprécient guère. Mais, durant le Moyen Âge, ce pigment bleu devient l'un des plus prisés et des plus coûteux. Dans la société médiévale, seuls les personnages les plus symboliques et les plus sacrés peuvent en porter. À partir du XIIe siècle, le bleu devient la couleur de la Vierge Marie. Puis, sur les armoiries royales, le bleu prime, accompagné de fleurs de lys d'or. Il devient au fil des siècles, la couleur des rois de France.

Aujourd'hui, le bleu est l'une des couleurs préférées dans le monde. Plusieurs teintes de bleu existent, comme le bleu outremer ou le bleu pastel

Nous vous proposons de découvrir l'indigo, un célèbre bleu profond. Ce pigment a fasciné les populations durant des millénaires. Il continue d’être présent à travers le célèbre bleu jean ! La fabrication de cette couleur ancienne recèle des trésors que les régions du monde ont tenté de maîtriser durant des siècles. 

L’indigo : une couleur ancestrale

Indigofera tinctoria

L’indigo est une couleur située entre le bleu et le violet, pouvant tendre parfois sur le rougeâtre. Ce pigment est extrait des feuilles et des tiges de l’indigotier.

L’indigo vient du latin indicum, qui signifie « de l’Inde ». En effet, 4 000 ans avant notre ère, cette plante tropicale se cultivait déjà en Inde. Elle est importée en Europe grâce aux Grecs et aux Romains.

Au Ier siècle ap. J.-C., un médecin et botanique grec, Discoride, conseille l’utilisation des feuilles et des racines de l’indigo pour des fins thérapeutiques

L’indigo se cultive également en Mésopotamie et en Égypte ancienne depuis 2 500 ans av. J.-C.

 

L’indigo et les grandes découvertes

Portrait de Vasco de Gama peint par Antonio Manuel da Fonseca, 1838, Londres

Avant l’arrivée de l’indigo en Europe, on utilise durant le Moyen Âge, le pastel des teinturiers. Ce pastel ou guède est cultivé notamment en Picardie et dans le sud de la France. Il permet d’obtenir une teinture naturelle bleue. Durant le haut Moyen Âge, les peuples celtes et germains l’utilisent pour se peindre le corps afin d’effrayer l’ennemi. Cet épisode aurait donné naissance à la fameuse expression « avoir une peur bleue » !

Vers le XIIIe siècle, rentré de ses voyages, Marco Polo aurait fait part en Europe de l’existence de l’indigo en Asie. En 1498, l’explorateur portugais Vasco de Gama découvre la voie maritime pour atteindre les Indes. L’indigo est alors importé en masse vers l’Europe.

Un bleu populaire en France

Au XVIe siècle, l’indigo devient réputé pour sa couleur intense et profonde. Ce pigment rare devient très prisé. Mais, le roi Henri IV décide d’interdire l’usage de l’indigo, accusé de supplanter la production de pastel des teinturiers, utilisé depuis des siècles en France.

Pourtant, le pastel est rapidement considéré comme peu efficace pour colorer des tissus, comparé à l’indigo. D’autres bleus sont également utilisés, comme le bleu égyptien, le bleu de Prusse ou l’azurite, mais ne sont pas adaptés non plus pour teindre les tissus.

Il faut attendre 1631 pour que l’importation d’indigo en France soit autorisée et débute véritablement.

La fabrication de l’indigo

Ruines d'indigoterie à Marie-Galante, Guadeloupe

Pour répondre à cette demande massive, la fabrication d’indigo nécessite une main d’œuvre nombreuse et peu coûteuse.

Au cours des XVIIe et XVIIIe siècles, les colonies deviennent des lieux de production importants.

Dans les Antilles françaises et en Louisiane, les esclaves fabriquent l'indigo dans ce qu'on appelle des indigoteries.

Pour l’obtenir, les arbustes d’indigo sont placés dans des cuves d’eau afin de procéder à la macération puis à la fermentation. Le liquide est ensuite filtré, puis séché afin de récupérer l’indigo réduit en poudre et aggloméré en boules. C'est sous cette forme qu'il arrive en Europe.

Fabrication de l'indigo aux Antilles, 1667-1671

Devenu très populaire en Europe, ce bleu est utilisé pour teindre notamment la laine et le coton.

 

Vers l’indigo de synthèse

En 1878, le chimiste allemand Adolf von Baeyer transforme l’indigo naturel en le mélangeant avec notamment de l’acétone. Il crée l’indigo de synthèse.

À partir du XIXe siècle, l’indigo naturel disparait peu à peu.

Aujourd’hui, l’indigo synthétique permet de fabriquer 4 milliards de vêtements en jean chaque année !

 

 Découvrez plus de 650 sites en France et en Belgique gratuitement et pendant 1 an avec le Pass Patrimoine ! 
Jusqu'au 31 janvier 2023 profitez de 10% de réduction avec le code JMP10 !

Tags: