Cet été je visite la France 2021 page

Histoire des moines et de la bière de l'abbaye Saint-Wandrille

Située en Seine-Maritime, au nord de Rouen, l’abbaye de Saint-Wandrille veille depuis le VIIe siècle sur les paisibles boucles de la Seine. Si ce monastère bénédictin semble dès ses prémices béni des dieux, il n’est pas épargné par le temps.

Découvrez les heurs et malheurs de cette merveille normande, que les moines font vivre, aujourd’hui, grâce à une activité étonnante

 

L’abbaye aux 40 saints

Vitrail de la cathédrale de Rouen, représentant saint Wandrille

Dans la France du VIIe siècle, la famille du futur saint Wandrille, d’origine champenoise, est de noble lignée. Comme tout jeune aristocrate, Wandrille fait ses armes aux côtés du roi Dagobert II

Il se marie, conformément aux codes de son milieu, mais son épouse et lui sentent rapidement un appel de Dieu à la vie religieuse. Alors que sa femme rentre au monastère, Wandrille se joint à un groupe d’ermites et parcourt l’Europe dans des communautés religieuses. Il rentre ensuite en France pour seconder son ami Dadon, connu plus tard comme saint Ouenévêque de Rouen.

Devenu prêtre, Wandrille prêche et convertit les foules, mais son désir de solitude n’est pas assouvi.

Le paisible Val de Fontenelle

Sur une terre appartenant à sa lointaine famille, le vallon de Fontenelle, Wandrille pose, en 649, les premières pierres d’une abbaye séculaire.
Ses disciples viennent s’installer avec lui dans ce nouveau monastère. Ils y vivent pieusement, selon la règle de Saint Benoît. 

Wandrille est canonisé peu de temps après sa mort, et à sa suite, une quarantaine de moines de l’abbaye sont proclamés saints

Au cœur des tempêtes

Le cloître gothique du XIVe siècle

La communauté croît peu à peu et les disciples de Wandrille sont de plus en plus nombreux. Mais au IXe siècle, les raids Vikings mettent à sac et incendient l’abbaye, chassant les moines.
Un siècle plus tard, les moines rentrent à Fontenelle et entreprennent la reconstruction de l’abbaye, qu’ils baptisent du nom de son fondateur : Saint-Wandrille. 

Une période de troubles commence alors pour l’abbaye. La guerre de Cent Ans, qui éclate au début du XIVe siècle, voit les invasions anglaises ravager la campagne normande.

Deux siècles plus tard, en 1516, le pape accepte le concordat de Bologne qui autorise le roi à nommer les abbés. Ceux-ci, régis par des ambitions politiques, avec une conception frelatée de la vie monastique, délaissent l’abbaye. Enfin, les guerres de religion n’épargnent pas Saint-Wandrille, saccagée par les huguenots en 1562

La renaissance de l'abbaye

Les ruines du monastère au XXe siècle

Si une période de réforme et de renouveau spirituel s’ouvre au XVIIe siècle, la Révolution Française vient mettre à mal la paisible communauté. Les moines sont chassés, l’abbaye est vendue comme bien national

Des manufactures et des ateliers s’y installent. À la fin du XIXe siècle, une congrégation revient habiter ces murs, pour quelques années seulement. La loi de 1901 oblige les moines à partir en exil.

Ils n’y reviennent qu’en 1931, et, au cours de la Seconde Guerre mondiale, l’abbaye est lourdement endommagée par les bombardements.
À l'issue du conflit, de grands travaux sont lancés, et la nouvelle abbatiale est terminée en 1969.

Depuis lors, une communauté de frères bénédictins y vit une vie de prière, de travail et de silence

Un site romantique

La silhouette gracieuse de l'abbatiale Saint-Pierre en ruines

Dressant ses arcades et colonnes blanches au milieu des vallons verdoyants, l’abbaye de Saint-Wandrille et ses ruines romantiques évoquent pour le moins la rêverie ! Les vestiges de l’ancienne église, détruite par les bombardements, laissent deviner un ancien édifice gothique, style que l’on retrouve dans le cloître qui date du XIVe siècle

L’architecture de l’abbaye présente aussi la particularité d’être un vrai recueil de styles différents. De la chapelle Saint-Saturnin qui pourrait remonter à l’époque carolingienne, jusqu’aux bâtiments conventuels du XVIIe et à la nouvelle église, les édifices témoignent des reconstructions successives et de l’ardeur des moines à faire vivre cette abbaye. 

La brasserie de Saint-Wandrille

La bière ambrée brassée par les moines de l'abbaye

Selon la règle de Saint Benoît, la journée est rythmée par les offices bien sûr, mais également par des temps de travail. Ce dernier est vécu comme une prière, car il permet de rendre service à la communauté. 

À Saint-Wandrille, depuis 2016, c’est une nouvelle activité artisanale qui a été adoptée pour assurer l’autonomie de l’abbaye : la fabrication de la bière.

Au départ, les frères n’y connaissent pas grand chose. Ils vont se former à la fabrication et à la dégustation, afin d’élaborer une recette de bière monastique. C'est en décembre 2016, que la brasserie est finalement inaugurée.
C'est un succès et
 les ventes ne cessent d’augmenter ! Il faut dire que la bière d’abbaye de Saint-Wandrille, ambrée et dense, avec des notes de caramel et de fruits cuits a un caractère prononcé... elle semble rivaliser avec le nectar des dieux !

Pour en savoir plus sur l'abbaye et ses bières c'est ici.

Découvrez plus de 500 monuments en illimité en France et en Belgique avec le Pass Patrimoine !

Partager :
Tags:

Commentaires

    Pass Patrimoine Côté