Le Moulin de l’Ingratitude

Situé à Boeschèpe dans le Nord, l'Ondank Meulen est un moulin itinérant !

Construit en 1802 au Bois-la-Motte dans la commune de Morbecque, ce n'est qu'en 1882, qu'il est acheté par Benoît Houvenaghel, meunier à Boeschèpe, un village à une vingtaine de kilomètres de Morbecque.

Le Moulin de Boeschèpe

Le moulin de 25 mètres de haut est alors entièrement démonté, déplacé et rebâti dans son village actuel. Il aura fallu 3 voyages de 2 chargements tirés par des chevaux pour effectuer cette transplantation. Un convoi exceptionnel qui a nécessité le concours des ingénieurs des Ponts et Chaussées pour tracer de l’itinéraire.

Au printemps 1884, le moulin de Boeschepe commence enfin à tourner. Élevé à l’emplacement d’un ancien moulin du XVIe siècle, il en prend à son tour le nom : Ondank Meulen. En flamand ce nom signifie : « Moulin de l’Ingratitude »...

La légende raconte que lors de sa construction, le propriétaire du moulin et le charpentier ayant participé à son édification se seraient fâchés. 

Mais une explication plus pragmatique relie ce nom enigmatique aux taxes qui étaient imposées sur le grain. On entendrait en effet le moulin grommeler « ik dien herlyck in treflick die bravenmenschen, maar ik ben van een shoelieverstken » ("je sers honnêtement et fidèlement les braves gens, mais je suis poursuivi par un profiteur" - sous-entendu le fisc).

L'Ondank Meulen

Pendant la 1ère Guerre Mondiale, le moulin sert comme poste d’observation à l'artillerie anglaise.

Bombardé et miné par les Français, il est finalement épargné en avril 1918 grâce au recul de l'armée allemande.

Après la guerre, il est le dernier des 4 moulins de la région encore debout, fournissant aux rescapés un peu de farine pour vivre.

Jérôme le meunier

L’Ondank Meulen fonctionne jusqu’en 1958, date à laquelle le dernier meunier, Jérôme Ruckebosch, prend sa retraite.
En 1964, le moulin est cédé à la commune, c’est alors que se crée l’Association des Amis de l’Ondank Meulen qui mène à bien sa restauration en 1976. L’année suivante, le moulin est inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques.

L’Association qui œuvre à la sauvegarde du moulin s’inscrit dans une autre tradition de la région : celle des géants, en faisant créer le géant Jérôme à l’effigie du dernier meunier. Ce géant participe ainsi aux nombreuses célébrations qui rythment la vie de la ville et de la région et dont la plus importante est le carnaval de Dunkerque.

La restauration du Moulin s’inscrit dans le parcours " Village patrimoine " des Pays de Flandres qui fédère une vingtaine de sites pour valoriser et préserver le patrimoine bâti, paysager et humain des villages remarquables du territoire à travers la promotion de circuits touristiques.

Pour en savoir plus sur l'Association des Amis du Moulin de Boeschèpe, rendez-vous sur leur page Facebook.

 

Partager :
Tags:

Commentaires

    PCC - Carré