Pass Patrimoine 600 monuments 2022 page
8075

L'épopée cathare de châteaux en châteaux

Le Pays Cathare possède une aura de mystère et de mysticisme... Nous vous proposons de découvrir ses châteaux qui font ressurgir la mémoire de ces « Bons Hommes » et « Bonnes Femmes », qui se sont battus pour leur croyance.


Queribus, Aude ©BlueBreezeWiki

 Carcassonne dans l’Aude 


Cité de Carcassonne, l’Aude ©vera izrailit

La célèbre cité de Carcassonne est le cœur de la terre Cathare au XIIe siècle. Le vicomte Raimond-Roger Trencavel, seigneur de la ville, était lui-même adepte de cette foi.

Première cible de la croisade des Albigeois, menée par Simon de Monfort, la cité se rend, affamée et assoiffée, après 2 semaines de siège en août 1209. Mais c’est à un précédent siège que la ville doit son nom.

Selon la légende, au IXe siècle, la cité alors aux mains des Sarrasins est assiégée par les armées de Charlemagne. Alors que tous les défenseurs ont été tués et que la famine menace, Dame Carcas gave le dernier cochon de la cité avec le dernier boisseau de blé et jette l’ensemble par-dessus les remparts. Charlemagne, découvrant l’animal, décide de lever le siège de cette cité si pleine de vivres que les pourceaux y sont nourris avec du blé.
Dame Carcas sonne, aussitôt, la cloche pour signer la paix… le nom de la ville est donné !

 

 Château de Saissac dans l’Aude


Château de Saissac, Aude ©TWojtowicz

C’est le château cathare le plus ancien, construit autour de l’an 900 selon une datation au carbone 14. Son propriétaire le plus célèbre est Bertrand de Saissac, protecteur des Troubadours et des Cathares, il a été le précepteur de Raymond-Roger Trencavel et lui a transmis la foi « hérétique ».

Suite à la croisade des Albigeois, Bertrand de Saissac a été érigé en figure de prou de cette croyance et condamné pour hérésie 40 ans après sa mort !

Châteaux de Lastours dans l’Aude


Châteaux de Lastours, Aude ©Alexandre FAURÉ

Les quatre châteaux du site de Lastours (Cabaret, Tour Régine, Surdespine et Quertinheux) étaient le verrou de la région du Cabardès.

Au XIIe siècle, Pierre-Roger de Cabaret, fidèle de Raymond-Roger de Trencavel, accueille de nombreux Cathares sous sa protection. Les quatre châteaux sont des points de résistance importants lors de la croisade des Albigeois (1209-1229).

Ce n’est qu’en 1229 que le seigneur de Cabaret capitule définitivement !

 

Château de Villerouge-Termenès dans l’Aude


Château de Villerouge-Termenès, Aude ©Jose Manuel Mota

Ce château, construit entre le XIIe et le XIVe siècle, est la possession des évêques de Narbonne. Toutefois, il est occupé, à de nombreuses reprises, par d’autres individus dont des cathares.

C’est d’ailleurs dans ce château qu’est capturé, en 1321,  puis brûlé vif, le dernier Parfait Cathare : Guilhem Bilaste.

Grandement restauré, le château propose, aujourd'hui, un parcours retraçant la vie de Guilhem Bilaste et des cathares de la région.

Château de Termes dans l’Aude


Château de Termes, Aude ©OlivierDeTermes

Cette forteresse, érigée au IXe siècle, est aujourd’hui fortement délabrée.

Au XIIe siècle, le château est l’un des « Cinq fils de Carcassonne », cinq château-fort formant un rempart contre la couronne d'Aragon. Il est aussi le fief de la famille de Termes qui était favorable au catharisme.

Lors de la croisade des Albigeois, le château subit un lourd siège. Alors que la citerne est vide et que la soif guette les assiégés, un orage providentiel la remplit à nouveau !

Ce n’est finalement qu’après 16 semaines que la forteresse capitule à la suite d' une épidémie de dysenterie dans ses murs. C’est l’un des sièges les plus longs de la croisade…

Le château parcours ensuite les siècles jusqu'à se que Louis XIV ordonne, en 1652, sa destruction.

 

Château d’Arques dans l’Aude


Château d'Arques, Aude ©Pinpin 

Le château actuel est bâti à la fin du XIIIe siècle, par Gilles de Voisin, fils d’un lieutenant de Simon de Montfort, qui reçoit cette place en reconnaissance de ses hauts faits pendant la Croisade contre les Albigeois. Durant ce conflit, le château est entièrement détruit par les flammes.

Le donjon, encore visible aujourd’hui, est un chef d’œuvre de l’architecture militaire gothique. Il domine la forteresse a plus de 25 mètres de hauteur.

Château de Puivert dans l’Aude


Château de Puivert, Aude ©Bridom

Comme le château d’Arques, le château actuel de Puivert est entièrement reconstruit au XIVe siècle, après sa destruction lors de la reconquête du pays Cathare.

Il appartient, à l'époque, à la famille de Congost, fervente pratiquante du catharisme, qui semble avoir abandonné le château, à l’approche des croisés, pour se réfugier à Montségur.

Le père, Bernard de Congost y décède en 1234 et ses filles meurent sur le bûcher de Montségur dix ans plus tard.

 

Château de Montségur en Ariège


Château de Montségur, Ariège ©MDanis

Ce château est certainement le plus connu de la région, c’est là que se dénoue le drame des Cathares.

Alors que la répression frappe les hérétiques depuis 1210, les cathares survivants se réfugient dans ce château qui devient le centre de leur Église en 1232. Le site compte plus de 500 à 600 pratiquants.

Mais, ne pouvant tolérer ce dernier affront, un siège est mené par les représentants du Roi de France et de l'Église catholique romaine en 1243. Il dure 11 mois et voit finalement la reddition des derniers cathares condamnés au bûcher. Ils sont plus de 230 à périr de la sorte !

Château d’Usson en Ariège


Château d’Usson, Ariège ©PierreG 09

Dans la lignée des « citadelles du vertige », ce château, perché sur un éperon rocheux de 950 mètres, domine la vallée de l’Aude.

Détenu par la famille d’Alion qui prête allégeance à Simon de Montfort, le château reste, malgré tout, un lieu d’accueil des cathares et sert de refuge aux derniers parfaits qui ont réussi à échapper au bûcher de Montségur, en 1244.

Mais en 1258, Bernard d’Alion est lui-même condamné pour hérésie et brûlé vif à Perpignan.

 

Château de Puilaurens dans l’Aude


Château de Puilaurens, l’Aude

Situé sur le Mont Ardu, culminant à 690 mètres de haut, ce château du Xe siècle est l'un des « Cinq fils de Carcassonne ».

Réputé imprenable, il résiste à Simon de Montfort pendant les croisades anti-cathares.

C’est d’ailleurs dans cette forteresse que séjourne le diacre cathare du Fenouillèdes, en 1241. À la suite de la chute de Montségur,  certains rescapés viennent s’y réfugier à leur tour.

Le château n’est annexé à la couronne de France que vers 1250.

Château de Peyrepertuse dans l’Aude


Château de Peyrepertuse, Aude ©Philippe Contal

Perché sur une crête calcaire à 800 mètres de hauteur, ce château est, lui aussi, l'un des « Cinq fils de Carcassonne ». Il est également surnommé la « Carcassonne Céleste », parce qu’aussi vaste mais bien plus haut perché que la cité.

À l’époque Cathare, Guillaume de Peyrepertuse, qui refusant de se soumettre, est excommunié en 1224. Il décide alors de faire de ce site, le siège de son pouvoir.

Mais, en 1240, après l’échec du siège de Carcassonne, Guillaume de Peyrepertuse doit abandonner son château au roi de France Louis IX.

 

Château de Quéribus


Château de Quéribus, Aude ©jff66

Dernière forteresse cathare à être prise par la couronne française en 1255, Quéribus, qui signifie « rocher des buis », est un véritable nid d’aigle offrant une époustouflante vue de la Méditerranée aux Pyrénées.

Alors que la famille de Cucugnan, propriétaire du château, se rend à la couronne après l’échec du siège de Carcassonne en 1240, le château reste aux mains des Cathares sous la direction du chevalier Chabert de Barbaira qui résiste 11 années de plus que Montségur ! 

Découvrez 650 monuments en France et en Belgique, gratuitement pendant 1 an, avec le Pass Patrimoine ! 



Tags: