Pass Patrimoine 600 monuments 2022 page
09/05/2023
5441

Je révise avec toi : Charlemagne

Représentation de Charlemagne

Né le 2 avril 742, Charlemagne est l'un des souverains les plus connus de notre histoire !

D'abord roi des Francs, il étend son pouvoir sur l'essentiel de l'Europe allant même jusqu'à mettre en place un empire de l'Occident.

Contrairement à ce que veut la légende, il n'invente pas l'école, mais reste une des rares personnalités à avoir influencé le cours de l'Histoire sinon universelle, au moins européenne.

Partez à la rencontre de ce monarque d'exception et plongez au coeur des prémices de l'Europe actuelle !

 

La Francie, un royaume divisé

Charlemagne est l'un des deux fils du roi franc Pépin III le Bref, l’initiateur de la dynastie des Carolingiens. Le 24 septembre 768, Pépin III décède, léguant son royaume à ses deux fils.

Dans le respect de la coutume franque, ce territoire est partagé entre Charlemagne et Carloman Ier.

À l’ainé, Charlemagne, revient la Thuringe, la Frise, la Gascogne, une partie de l’Austrasie, de la Neustrie et de l’Aquitaine, tandis que Carloman Ier hérite de la Bourgogne, l’Alémanie, une autre partie de l’Austrasie, la seconde moitié de la Neustrie et un morceau du territoire d’Aquitaine.

Le territoire franc est désormais divisé en deux royaumes distincts : celui de Carloman Ier, proclamé souverain par ses pairs à Soissons et celui de Charlemagne, qui monte sur le trône à Noyon.

Rapidement, des querelles enveniment l’entente entre les deux frères. Carloman Ier se sent menacé par le territoire de son frère qui l’encercle de plus en plus.

Cette rivalité s’accentue lorsque Charlemagne se marie avec la princesse Désirée, fille de Didier, roi des Lombards.

Par la suite, afin de contenter le pape en conflit avec le roi des Lombards, Charlemagne répudie Désirée pour épouser Hildegarde en 771, fille de la maison ducale alamane.

Cette troisième noce permet à Charlemagne d’encercler un peu plus le royaume de son frère. Mais la guerre fratricide est évitée de justesse par la mort de Carloman Ier en décembre 771.

Il laisse ainsi, à son frère aîné, les mains libres pour reconstituer l’unité du regnum francorum (le royaume franc).

Carte de l’Empire carolingien ©cyberprout

L’avènement de « Carolus, Magnus Rex »

Enluminure représentant Charlemagne

Bien que Carloman Ier ait eu deux fils, ces derniers, encore en bas âge, ne peuvent assurer la sûreté du royaume.

Leur mère, la reine Gerberge, décide de se réfugier, avec ses fils, à Pavie, auprès de son père Didier, roi des Lombards.

À la demande du pape Adrien Ier, qui refuse de sacrer les fils de Carloman, Charlemagne attaque la péninsule italienne.

Très vite, ses troupes franchissent les Alpes, s’emparent de Vérone et capturent Adalgise, le fils du roi Lombard ainsi que Gerberge et ses deux enfants.

Charlemagne assiège ensuite Pavie, en 773, où s’est réfugié le roi des Lombards. En juin 774, la ville cède et Didier est envoyé en captivité à Liège.

Charlemagne est désormais souverain des royaumes franc et lombard.

Des actes officiels datés du 5 juin 774 lui attribuent le titre de rex Francorum et Langobardorum, à savoir roi des Francs et des Lombards.

Un règne de conquêtes

En 46 ans de règne, Charlemagne met en place 53 campagnes militaires, étendant ainsi son influence bien au-delà du territoire originel du royaume franc.

Après sa campagne contre les Lombards, il entreprend d’investir le territoire saxon. Établis au-delà du Rhin, entre l’Ems et l’Elbe, les Saxons mènent une résistance pugnace contre l’armée franque.

Ce n’est qu’au terme de 32 années de lutte inexpiable, entre 772 et 804, que Charlemagne vient à bout de ce peuple.

Après des déportations massives, conversions forcées et ravages systématiques des terres, les Saxons se soumettent au roi franc.

À la suite des Saxons, leurs voisins les Frisons se soumettent à la tutelle franque, tandis que la Bavière est annexée en 788. Enfin, les Avars, installés sur la plaine hongroise, sont vaincus en 796.

À la fin du VIIIe siècle, Charlemagne a pratiquement constitué le territoire définitif de son empire.

La Victoire de Charlemagne sur les Avars, Albrecht Altdorfer, 1518, Germanisches Nationalmuseum, Nuremberg ©Albrecht Altdorfer — anagoria

L’empereur Charlemagne, le grand-père de l’Europe

Avec la pacification de la Lombardie, de la Saxe de la Frise et de la Bavière, Charlemagne étend son règne sur un immense territoire.

Mais reste à sécuriser les frontières de ce vaste ensemble. En effet, les peuples musulmans menacent l’Espagne, tandis que les Avars, les Slaves et les Bretons tentent de se rebeller. À ces fragilités, il faut ajouter la pression des Normands sur les frontières maritimes.

Après quelques défaites durant la campagne d’Espagne, telles que la bataille de Roncevaux en août 778, Charlemagne réussi a stabiliser les frontières en trouvant un équilibre entre domination et autonomie des peuples soumis.

À la tête d’une immense région recouvrant une grande partie de l’Europe, Charlemagne est couronné empereur à Rome le 25 décembre 800 par le pape Léon III.

Désormais officiellement reconnu comme empereur, Charlemagne prend la tête d’un territoire berceau de l’Europe que nous connaissons aujourd’hui.

Couronnement de Charlemagne. Enluminure de Jean Fouquet, Grandes Chroniques de France, Paris, BnF ©Jean Fouquet, Tours

L’Occident carolingien, une construction politique audacieuse

Charlemagne, entouré de ses principaux officiers, reçoit Alcuin, Jean-Victor Schnetz, 1830, musée du Louvre, Paris ©Jean Victor Schnetz

Les opérations armées se prolongent pratiquement jusqu’à la fin du règne de Charlemagne. Toutefois, l’extension de son empire est, pour l’essentiel, terminée, à la fin du VIIIe siècle.

C’est désormais l’unification religieuse et administrative de ses territoires que l’empereur doit traiter. Appelé par certains historiens « l’Occident Carolingien », l’empire de Charlemagne présente une structure politique ambitieuse.

Soucieux de respecter les particularismes locaux, Charlemagne n’hésite pas à promulguer les lois différenciées en fonction des peuples et à constituer des royaumes à l’intérieur même de son empire. Ainsi, dès 781, naissent les royaumes d’Aquitaine et d’Italie.

Mais cette acceptation des spécificités locales s’inscrit dans une volonté d’uniformisation globale des institutions de l’empire.

C’est par les capitulaires, des articles élaborés par des assemblées générales et la chancellerie sous le contrôle étroit de l’empereur, que le grand ensemble carolingien est régi.

Réorganisation des structures administratives de l’Église, gestion des domaines impériaux, modalités des levées de troupes, ou encore perception des impôts, cette organisation politique permet à Charlemagne de renforcer son autorité.

Enfin, il garantit son emprise sur ses sujets en instituant une pyramide de serments constituant un système de vassalité.

Carte de l'empire de Charlemagne en 814 ©Claude Zygiel

De la modernisation intellectuelle à la « renaissance carolingienne »

Afin de s’entourer d’administrateurs compétents, Charlemagne encourage un renouveau de l’éducation et de la culture.

Concile après concile, il impose des réformes liturgiques, pédagogiques et créé même, à la fin du VIIIe siècle, l’école du Palais, dirigée par l’ecclésiastique anglo-saxon Alcuin.

Il modernise également l’enseignement en ouvrant des écoles gratuites pour les jeunes hommes, ainsi que l’écriture, en adoptant la minuscule caroline plus lisible et régulière que la minuscule mérovingienne.

Vita Sancti Martini de Sulpice Sévère ; manuscrit du VIIIe siècle, composé en minuscule caroline (Paris, BnF)

L’empereur favorise un élan vers la culture et, notamment, vers la culture Antique. Cette volonté est facilitée par l’ouverture de l’empire sur des territoires tels que l’Italie, l’Espagne ou l’Irlande, où la culture Antique a été conservée.

Ainsi, c’est une brève mais remarquable « renaissance carolingienne » qui s’étend sur tout l’empire. Les domaines des arts, des lettres et de l’architectures sont fortement influencés par ce mouvement.

Une fin de règne marquée par des crises multiples

Buste-reliquaire de Charlemagne dans la chambre des trésors de la crypte de la chapelle palatine d'Aix-la-Chapelle ©Florian B. Gutsch

Bien que la structure politique et culturelle de l’Empire carolingien soit ambitieuse, elle finit par être fragilisée par de multiples menaces.

La faiblesse des échanges commerciaux conjugués à la mauvaise récolte de 806, ainsi qu’à la peste de 808, entame fortement l’économie de l’empire qui s’enfonce dans la crise.

À ce premier ébranlement s’ajoute les incursions de plus en plus incontrôlables des Normands.

Enfin, une crise dynastique marque la fin du règne de Charlemagne. Considérablement affaibli par la maladie, l'empereur voit deux de ses trois fils perdre la vie avant lui en 810 et 811.

En 813, Charlemagne décide donc de léguer sa couronne à son dernier fils, Louis le Pieu avant de s’éteindre le 28 janvier 814 à Aix-la-Chapelle.

N’ayant, semble-t-il, pas laissé d’instructions funéraires, Charlemagne est alors inhumé sous la Chapelle palatine après de simples cérémonies mortuaires.

Ce n’est que bien plus tard, en 1165, qu’il est canonisé à la demande de Frédéric Barberousse.

Reste que l’empire fondé par Charlemagne a jeté les bases de l’Europe féodale des siècles suivants, influençant le développement des royaumes de France d’Allemagne ou encore d’Espagne.

Châsse en or et en argent abritant les reliques de Charlemagne, Aix-la-Chapelle, Allemagne  ©ACBahn

 

Révisez tous vos classiques sur Charlemagne avec la vidéo « Je révise avec toi » de l'association HUMANITÉ(S).

Cette association s'est donné pour mission d'accompagner les plus jeunes dans la découverte et l'étude de l'Histoire de France, en suivant le programme scolaire de la fin de l'École élémentaire et du début du Collège, par le biais de vidéos publiées sur sa chaîne YouTube.

Pour en savoir plus sur l’association HUMANITE(S).

Pour découvrir la chaîne YouTube "Je révise avec toi".

 

Passionnés d'histoire et de patrimoine ? Visitez gratuitement et pendant 1 an 650 monuments, en France et en Belgique, avec le Pass Patrimoine !


Tags: