Les huit plus beaux châteaux méconnus du Val de Loire

Beauregard : l'Histoire en portraits

Ancien relais de chasse de François Ier, Beauregard fut la résidence de plusieurs ministres et hauts fonctionnaires passionnés d'Histoire. Il allie les caractéristiques typiques d'un château Renaissance et la simplicité d'une demeure bien aménagée. Explorez l'acienne bilbiothèque dont les poutres du plafond portent le nom des hommes et femmes de lettres du XVIème siècle, la grande bibliothèque et sa collection de meubles, et les douze magnifiques jardinets à thèmes...

Le joyau du château est sans conteste la Galerie des Illustres : 327 portraits de personnages clés de l'Histoire de France et d'Europe présentés de façon chronologique, pour un voyage dans le temps plus vivant que jamais. Cet impressionnant ensemble constitue la galerie de portraits la plus complète conservée à ce jour. Levez les yeux pour admirer le riche plafond en lapis lazuli d'époque et prenez garde à extraordinaire pavage de 5 600 carreaux de faïence de Delft qui défile sous vos pas !

 

Rivau : une ambiance de contes de fées

Le château du Rivau, situé près de la ville de Chinon, est une forteresse d'aspect médiéval avec son donjon, ses douves et son pont-levis. Dans les vastes salles, de monumentales cheminées gothiques côtoient du mobilier Renaissance, une tapisserie de Bruxelles, des toiles de maîtres hollandais et des fresques italiennes, conférant à l'ensemble une majesté charmante et éclectique. 

La demeure est encerclée par 14 jardins classés « Jardins Remarquables ». Chacun est aménagé selon un thème inspiré par une légende merveilleuse du Moyen-Âge. Jardins botaniques autant que d'agrément, ces espaces exceptionnels dans le Val-de-Loire présentent plus de 460 variétés de roses et des milliers d'autres plantes, dont les spécificités sont expliquées de façon ludique et pédagogique ! Un paradis pour les passionnés, les jardiniers du dimanche et les enfants ! 

 

Montsoreau : le fantasme des artistes

Le château de Montsoreau, premier château du Val-de-Loire, est l'oeuvre d'un homme de pouvoir, l'un des plus riches du royaume, Jean II de Chambes, conseiller du roi Charles VII. Le chantier colossal débute en 1450 : 5000 m3 de pierre de tuffeau, 400 quintaux de plomb, 92 000 pierres de taille… Les plus grands noms du royaume séjournent à Montsoreau : Louis XI, Marie Stuart, Anne de Bretagne, Claude de France ou encore François Ier. 

L'architecture flamboyante, témoignage précieux du luxe typique de la Renaissance, est aussi une démonstration de l'évolution de l'art de vivre à la française qui voit le basculement du château militaire à la demeure de plaisance esthétique et confortable : 45 fenêtres à croisées, 25 cheminées, escalier à vis avec voûte en palmier, médailles à l'antique et terrasses dominant le fleuve... Des particularités qui inspirent les artites, de Rodin à Turner, de Flaubert à Alexandre Dumas avec son roman "La Dame de Monsoreau" ! Dans la continuité de l'histoire avant-gardiste du château, les salles présentent aujourd'hui unes impressionnante collection d'art contemporain. 

 

Brissac : l'épopée familiale

Le château de Brissac appartient à la même famille depuis le 26 mai 1502, date d'achat de la seigneurie par un gentilhomme de très ancien lignage, René de Cossé. Une famille qui gravite dans l'entourage royal et qui profite successivement des largesses de Louis XII, de François Ier et de Henri II, jusqu'à Charles II de Cossé-Brissac, brillant militaire qui choisit le parti de la Ligue contre Henri III. 

Pris et repris par Ligueurs et Royalistes pendant les guerres de Religion, le château-forteresse de Brissac est presque en ruines. Charles ordonne dès 1606 une nouvelle construction en hauteur, hardiesse rare à l’époque, et richement décorée. Surpris par la mort en 1621, il ne voit pas l'achèvement des travaux et son fils Louis fait tout arrêter...

Aléas de la vie qui donnent aujourd'hui au château tout son charme : l’édifice est resté presque tel que les ouvriers l’ont abandonné à la mort de Charles : un château neuf à demi construit dans un château vieux à demi détruit ! Le quatrième duc de Brissac, personnage pittoresque, aménage en grand seigneur les intérieurs de cette demeure atypique : la Chambre des Demoiselles, l'Appartement des Métamorphoses, la Chambre des Philisophes, le Salon Doré... 

500 ans plus tard, les descendants de René, premier Cossé-Brissac, habitent toujours cette demeure avec leurs enfants et ouvrent plusieurs de ses 204 pièces au public ! 

 

Château Gaillard : paradis royal oublié

À son retour de la première campagne d’Italie en 1496, le jeune Roi Charles VIII tombe amoureux de la villa du roi Ferdinand le Catholique à Naples. Charles a bien l'intention de recréer chez lui, à Amboise, les jardins extradodinaires qui l'ont envoûté : dès son retour, il fait aménager un domaine dans le goût italien sur les rives de l'Amasse. 

Le maître Dom Pacello de Mercoliano, génie de la botanique qui travaillera par la suite pour Louis XII et François Ier, y aménage les premiers jardins de la Renaissance française. Baptisé « Jardins du Roi », ce paradis terrestre aux mille couleurs est pour Charles VIII un lieu de prestige pour présenter à ses visiteurs ses essences rares et ses espèces exceptionnelles d’agrumes, dont les tout premiers orangers de France.

Après 5 années de restauration minitieuse par 50 entreprises et plus de 300 artisans du Val-de-Loire, ce lieu magique de la Renaissance est de nouveau ouvert au public !

 

Montreuil-Bellay : la citadelle imprenable

Construite au XIème siècle par Foulques Nerra, comte d’Anjou, la puissante forteresse médiévale de Montreuil-Bellay se dresse au sud de Saumur sur un opidum romain. Son système de défense redoutable, avec 650 mètres de remparts et 13 tours, est régulièrement mis à l'épreuve au cours des siècles.

Sous l'égide de la famille d'Harcourt, le château typique des grandes places fortes du Moyen-Âge se double à la Renaissance d'un château de plaisance imitant les palais italiens : le château neuf, tout en élégance luxueuse, auquel est adjoint la grande chapelle. À la Révolution, le seigneur de Montreuil-Bellay étant resté fidèle à Louis XVI, le château est réquisitionné et transformé en prison pour femmes royalistes. 

Aujourd'hui habité par la famille de Grandmaison, de tradition viticole réputée, le château vous ouvre les portes de ses salons meublés cachés derrière des murailles riches de 8 siècles d'Histoire ! Promenez-vous sur le chemin de ronde ou grimpez sur l'esplanade pour admirer la vue exceptionnelle sur la vallée du Thouet. 

 

Meung-sur-Loire : glorieuse demeure des évêques d’Orléans

Édifié entre Chambord et Orléans, le château fortifié de Meung-sur-Loire reste la prestigieuse résidence des évêques d’Orléans jusqu'à la Révolution. Lieu stratégique pendant la guerre de Cent Ans, il est repris aux anglais par Jeanne d'Arc. Plus tard, plusieurs rois font halte entre ses murs, comme Louis XI et François Ier. Le château sert même de prison : l'un de ses célèbres détenus est le poète François Villon, surnomé le poète maudit et auteur de la Ballade des pendus

Pendant les guerres de Religion, le lieu n'est guère entretenu. Au XVIIIème siècle, le riche évêque Jarente de la Bruyère engloutit toute sa fortune dans des travaux titanesques pour transformer l'ancienne forteresse en résidence d'agréement fabuleuse. Racheté à la Révolution par l’un des fondateurs de la Banque de France, le château de Meung est depuis quelques années une demeure privée ouverte à la visite.

Aujourd'hui, les 20 pièces meublées, les 2 000 objets exposés et les nombreuses animations offrent une réelle immersion au coeur de la vie de château ! 

 

Brézé : le château troglodyte

Le château de Brézé, bâti entre les XIème et XIXème siècles au cœur d'un vignoble en Anjou Blanc, est une véritable curiosité architecturale et naturelle : grâce à la richesse du sol calcaire, le château recèle en souterrain un réseau préservé de galeries troglodytes taillées dans la pierre de truffeau ! Cet ensemble de cavités et de tunnels de 28 000 m² a abrité et protégé hommes et animaux lors des batailles incessantes au Moyen-Âge. Lieu de sûreté et de refuge, la forteresse souterraine de Brézé est un authentique château sous le château....


Brézé appartient à la puissante famille des Dreux-Brézé pendant des siècles, avant de passer chez les Colbert, descendants du ministre de Louis XIV. Le château est cerné d'impressionnantes douves sèches, les plus plus profondes d'Eureope, qui abritent un système de défense désservie par des galeries. 

 

Partager :
Tags:

Commentaires

    Patrivia