Pass Patrimoine 600 monuments 2021 page

Les origines du mot « boulevard » : une plongée au cœur du patrimoine urbain

« Boulevard Saint-Germain », « Boulevard Haussmann » « Grands Boulevards ». L’histoire de la capitale est pavée de ces larges voies qui sont devenues emblématiques de Paris et de nombreuses autres villes françaises. Formidables machines à voyager dans le temps, les boulevards s’invitent au théâtre et façonnent nos échappées citadines. Mais au fait : d’où vient ce mot que la France a exporté à l’Internationale ? Empruntez le chemin de l’histoire vers les origines du mot « boulevard » : une véritable plongée au cœur du patrimoine urbain !

Le mot boulevard en ordre de marche

On utilise parfois l’expression « avoir un boulevard devant soi » pour signifier qu’on a le champ libre ou une voie dégagée. C’est pourtant tout l’opposé que désigne à l’origine le mot boulevard. Issu du néerlandais au XIVe siècle, « bolevers »  ou « bolwerk » se réfère au départ à un bastion, un ouvrage de défense censé protéger une place forte des invasions ennemies.

Le boulevard a donc avant tout une vocation militaire. C’est le rempart de la cité et, de ce fait, jusqu’au XIXe siècle on le trouve d’abord à l’extérieur des villes. C’est sous cette appellation qu’en 1524, le roi François Ier décide de renforcer les fortifications ceinturant Paris et notamment la fameuse enceinte de Charles V. Face à la menace anglaise, il charge le cardinal du Bellay, archevêque de Paris, d’établir des boulevards, de la porte Saint-Antoine à la porte Saint-Honoré.

Ceux-ci seront détruits par Louis XIV en 1670 pour être transformés en lieux de promenade accessibles aux carrosses autour de Paris. Fait amusant, les Néerlandais ont fini par importer eux-mêmes le mot « boulevard » pour caractériser ces longues rues propices à la balade.

Cependant, il reste encore aujourd’hui une trace de cette origine militaire à travers les boulevards extérieurs entourant Paris et qu’on appelle encore parfois boulevard des Maréchaux.

Le boulevard : la voie de la modernité urbaine

Le boulevard Montmartre en 1822. C’est au XIXe siècle que le boulevard prend son acception moderne de longue artère bordée d’arbres et propice à la promenade des badauds.

C’est au XIXe siècle que le boulevard va prendre son acception moderne et contribuer à façonner notre patrimoine urbain

Le Boulevard Montmartre en 1822. C’est au XIXe siècle que le boulevard prend son acception moderne de longue artère bordée d’arbres et propice à la promenade des badauds. 

À Paris notamment, on doit au célèbre baron Haussmann d’avoir fait entrer le boulevard au cœur de la ville pour façonner le nouveau visage de la cité. Les boulevards répondent alors à l’impératif de villes résolument modernes et densément peuplées, qu’il faut organiser en réseaux et de façon rationnelle. Nous pourrions même dire que l’urbanisme de cette époque suit une logique quasiment militaire !   

À titre d’exemple, le boulevard qui porte aujourd’hui le nom du préfet de Napoléon III a été entrepris en 1857 pour poursuivre l’extension de l’agglomération parisienne. Il permet de relier les Grands Boulevards au Mur des Fermiers Généraux (lequel finira par être détruit en 1860). Les villes de l’Hexagone, au premier rang desquelles Paris, sont désormais entrées dans la modernité architecturale. Ce sont cafés, Grands Magasins, mais aussi théâtres (les fameux « théâtres de boulevards » !) qui viennent animer ces promenades, comme nouveaux bastions du rayonnement culturel français

 

Partez à la découverte de plus de 600 merveilles de France et de Belgique avec le Pass Patrimoine !

Partager :
Tags:

Commentaires

    Pass Patrimoine Côté