Pass Patrimoine 600 monuments 2021 page
29/09/2021

Lumière sur la Fée Électricité : l'histoire de l'oeuvre

Une commande de taille

Le 7 juillet 1936, le célèbre peintre Raoul Dufy reçoit une commande pas comme les autres. La Compagnie Parisienne de Distribution et d’Électricité (CPDE), future EDF, lui demande d’assurer la décoration murale du Palais de la Lumière et de l’Électricité, conçu par l’architecte Robert Mallet-Stevens, à l’occasion de l’Exposition internationale des arts et techniques appliqués à la vie moderne.

De cette commande naît une œuvre mondialement connue : La Fée Électricité. Pour comprendre ce monument de la peinture du XXe siècle, J’aime mon Patrimoine est parti à la rencontre de Sophie Krebs, conservateur général au Musée d’Art Moderne de la ville de Paris.

Raoul Dufy ne dispose que d’une année pour concevoir et produire une œuvre qui s’annonce monumentale : le peintre commande 250 panneaux en contreplaqué indéformable, montés sur du bois, mesurant 2 mètres de haut sur 1,20 mètre de large.

Plan de l'exposition internationale des arts et techniques appliqués à la vie moderne, Paris, 1937

Une œuvre au service du progrès scientifique

L’objectif de la commande de la CPDE est de mettre en valeur les progrès de l’installation électrique en France. Entre 1918 et 1938, la couverture électrique en France a bondi de 77 % : au moment de la création de La Fée Électricité, près de 90 % des communes françaises sont raccordées au réseau. Toutefois, ce raccordement ne touche pas tous les foyers à titre individuel : il faudra attendre la fin des années 1950 pour cela.

Le Palais de la Lumière et de l’Électricité présente les progrès en matière d’électrification, dont le nouveau phare d’Ouessant, alors le plus puissant du monde, ainsi que différentes machines. Lors de l’Exposition de 1937, Paris fait la part belle aux illuminations : la Ville Lumière se dévoile dans toute sa splendeur.

La commande de la CPDE rejoint les attentes du Front Populaire, alors en place au gouvernement : Raoul Dufy crée une œuvre qui met en lumière la distribution de l’électricité pour tous, au niveau national.

Raoul Dufy, La Fée Électricité, Paris, 1937 © J'aime mon Patrimoine

Du chaos des premiers âges à la modernité ultime de 1937

Raoul Dufy, La Fée Électricité (détail de l'oeuvre), Paris, 1937 © J'aime mon Patrimoine

Souvent considéré comme le chef-d’œuvre de Raoul Dufy, La Fée Électricité est une peinture manifeste de son art. On y retrouve de nombreuses thématiques de ses créations passées et à venir.

Initialement, La Fée électricité est présentée sur un mur courbe. Depuis son transfert au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, elle est exposée dans une salle-cathédrale : le visiteur est comme encerclé par les panneaux.

L’œuvre se lit de droite à gauche : au commencement se trouve une forme de chaos des premiers âges, qui se manifeste par différents phénomènes météorologiques.

Un violent orage et des nuages noirs laissent peu à peu place à des nuages plus clairs, des aurores boréales et enfin un soleil éclatant qui éclaire les premiers hommes.

Les premières scènes peintes par Dufy rappellent l’Antiquité et les temps pastoraux. À mesure que l’œil parcourt les panneaux, le temps défile, les scènes s'imprègnent de modernité : les dernières représentations figurent l’aéroport du Bourget, le début de la radiodiffusion et de la télédiffusion.

Le fil conducteur est bien entendu l’invention de l’électricité : la fameuse fée est visible à gauche de l’œuvre. Radieuse, elle se présente sous les traits d’Iris, déesse messagère qui semble apporter l’électricité aux capitales du monde entier. Sa toge irisée diffuse le spectre lumineux.

Raoul Dufy, La Fée Électricité (détail de l'oeuvre), Paris, 1937 © J'aime mon Patrimoine

Scientifiques et Dieux au service de l’électricité

Raoul Dufy, La Fée Électricité (détail de l'oeuvre), Paris, 1937 © J'aime mon Patrimoine

Raoul Dufy peint 110 savants qui ont apporté leur pierre au grand édifice qu’est la création de l’électricité. Ainsi, au commencement, sont figurés Thalès de Milet et Archimède, puis à mesure que le regard se déporte sur la gauche, Roger Bacon, Benjamin Franklin, Alessandro Volta, Michael Faraday ou encore Nicolas Tesla et Thomas Edison apparaissent.  À la fin de cette immense frise, la seule femme savante représentée est figurée : il s’agit de Marie Curie, qui tourne le dos au spectateur et fait face à son mari Pierre Curie.

L’onirisme est largement présent dans La Fée Électricité, et ce dès le titre de l’œuvre. Raoul Dufy s’est notamment inspiré du De rerum natura de Lucrèce.  L’œil ne sait où s’arrêter tant il est aspiré par la variété et la puissance des couleurs, tantôt franches, tantôt pastels.

Au centre, le regard s’arrête volontiers sur une immense masse bleue, que troublent seulement des traits blancs, parfois cernés de noirs. Ces coups de pinceaux forment deux groupements distincts : les dieux de l’Olympe, perchés sur leurs nuages, peints dans les panneaux supérieurs, dominent une centrale électrique. Cette dernière est inspirée de la centrale de Vitry-sur-Seine, que Raoul Dufy a visité plus d’une fois. Elle semble alimentée grâce à la foudre divine qui se forme entre les deux ensembles.

Entre l’Olympe et les hommes, le dieu Hermès, grand messager, tient une corne d’abondance qu’il donne aux hommes. Cette représentation peut symboliser la passation de l’électricité des dieux aux hommes : ce qui était difficilement maîtrisable, réservé aux divinités et à la nature, est désormais sous le contrôle des hommes qui produisent leur propre électricité. Ce phénomène est au centre de l’humanité, il permet la création de nouvelles industries, est source d’innovation et symbolise résolument la modernité.

La Fée Électricité n’a pas fini de dévoiler ses secrets

Suite à la restauration de l’œuvre en 2020, une convention de partenariat a été signée entre EDF et le Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris (MAM).

EDF a ainsi participé au financement d’un nouveau dispositif numérique dédié à La Fée Electricité et proposera, au cours de l’année scolaire 2021-2022, une animation conjointe au sein du musée pour faire découvrir auprès de collégiens et lycéens la fresque de Raoul Dufy et les métiers et activités du groupe EDF. 

Les outils numériques permettent de découvrir l’art de manière ludique, interactive et immersive. Au MAM, les visiteurs pourront, dès le 1er octobre 2021, bénéficier de deux nouvelles expériences : l’une en réalité augmentée dans le musée, l’autre en ligne.

Conformément au projet culturel et scientifique du musée, les visiteurs découvriront grâce à une tablette tactile, La Fée Électricité sous un jour nouveau. Trois parcours, l’un artistique, l’autre scientifique et le dernier familial, dévoileront aux visiteurs les secrets du chef-d'œuvre de Raoul Dufy.

Un site internet consacré à La Fée Électricité offrira aux internautes du monde entier de découvrir les panneaux comme s’ils y faisaient face, grâce à un système de modélisation de l’œuvre à 360°. Pour aller plus loin, le site sera doté d’une base de données informative, contenant notamment les biographies des savants, des indications historiques, artistiques, scientifiques et techniques.

Raoul Dufy, La Fée Electricité, 1937, Au Musée d’Art moderne de la Ville de Paris © ADAGP, Paris, 2021

Découvrez La Fée Électricité en 360° !

Partager :
Tags:

Commentaires

    Pass Patrimoine Côté