Cet Ete je visite la France

Le mot de la semaine : Décimer

Au journal de 20 heures, le terme “décimer” annonce rarement de bonnes nouvelles. Il est souvent suivi de son cortège de génocides et autres épidémies. Mais bien qu’il ait toujours eu cette macabre connotation, ce verbe n’était pas, à l’origine, employé de manière aussi catastrophique qu'aujourd’hui. 

Replongeons-nous dans les méandres de l’étymologie, qui nous mènent en Antiquité romaine. Le verbe latin decimare, très proche de decem (dix) et decimus (un dixième), signifie pour les Romains “tuer un dixième” d’un groupe donné et non exterminer une population entière. 

 Détail du Mausolée de Glanum à Saint-rémy-de-Provence

Un châtiment pour les légionnaires romains

Les plus perspicaces auront sans doute deviné qu’il s’agit là d’un terme militaire.

En effet, le verbe decimare apparaît sous la République romaine. Lorsque l’armée romaine essuie une défaite, il est d’usage d’exécuter un soldat sur dix. Les malheureux, tirés au sort, servent alors d’exemple par la terreur à la légion entière. 

Si spectaculaire soit-elle, cette pratique reste peu répandue. On note tout de même deux occurrences marquantes dans les écrits des historiens romains.

Des Volsques à Spartacus

La mort de Spartacus, gravure de Hermann Vogel

Tite-Live, dans son Histoire romaine, rapporte l’attitude lâche de l’armée du consul Fabius lors d’une bataille contre les Volsques en 471 avant Jésus-Christ : les soldats, mutinés, se laissent vaincre facilement et tentent de fuir. Pour rétablir son autorité, le consul fait décimer l’armée et “le sort désigne les victimes”. (Tite-Live, Ab Urbe condita, II 59)

Un autre récit, raconté par Appien puis Plutarque, est lié à la révolte des esclaves menée par le célèbre Spartacus en 71 avant Jésus-Christ.
Le
général Crassus, chargé de combatre le gladiateur, fait décimer 4 000 légionnaires, qui, menés par un légat désobéissant, perdent honteusement la face devant l’armée de Spartacus.

Plusieurs historiens soulignent l’efficacité de cette mesure et observent une corrélation entre ce châtiment et les victoires militaires qui en auraient découlées.

L’armée ne fait pas de cadeau, la légion romaine encore moins !

 

Retrouvez tous nos Mots de la semaine ici !

 

Partager :
Tags:

Commentaires

    Patrivia