Pass Patrimoine 600 monuments 2022 page
38938

6 sites gallo-romains à explorer sans tarder

Après la conquête de Jules César, la Gaule est intégrée à l’Empire romain dès le Ier siècle avant notre ère. La civilisation romaine s’est diffusée sur l’ensemble du territoire, laissant de nombreux vestiges à couper le souffle !

Si cette période évoque à tous le Pont du Gard ou encore le théâtre romain d’Orange et les arènes d’Arles, nous vous proposons aujourd’hui de découvrir des sites moins connus, mais tout aussi grandioses !

Le théâtre romain de Lillebonne en Seine-Maritime

Située non loin de l’embouchure de la Seine, la ville de Lillebonne est, depuis la Préhistoire, un nœud stratégique commercial important pour le Nord de la France. Ancienne capitale du peuple celte des Calètes, les Gallo-romains s’y installent et baptisent la ville du nom de Juliobona (le lieu de Jules César).

La ville est très prospère au cours des trois premiers siècles de notre ère, comme en témoigne la qualité des vestiges retrouvés.

C’est le cas en particulier du théâtre de Lillebonne, exhumé en 1764 par le comte de Caylus. L’arène et le mur de scène, toujours visibles aujourd'hui, permettaient de produire différents types de spectacles.
C’est l’un des édifices de ce type les plus imposants du nord de la France !

Théâtre gallo-romain de Lillebonne © Silwo

La Porte de Mars à Reims dans la Marne

Sous l’Empire romain, la ville de Reims, capitale de la Gaule belgique. se nomme Durocortorum

Cette place prépondérante explique la construction de quatre arcs de triomphe, situés à chaque entrée de la cité. Seule la Porte de Mars, située au nord de la ville, subsiste. Construite au IIIe siècle de notre ère, elle tient son nom d’un temple dédié au dieu de la guerre, situé à proximité. Les arcs de triomphe sont rapidement intégrés dans l’enceinte de protection de la ville édifiée au siècle suivant.

La Porte de Mars est ensuite comprise dans le rempart de protection du palais des archevêques. C’est lors de la destruction de ce palais, au XIXe siècle, que la porte est redécouverte. Avec ses 33 mètres de long, c’est l’arc de triomphe le plus grand du monde romain.

Une campagne de restauration, soutenue par la Fondation du Patrimoine est en cours. Pour y participer cliquez ici.

La Porte de Mars à Reims © Vassil

Les thermes de Cluny et les arènes de Lutèce à Paris

Avant de devenir Paris, la ville se nommait Lutèce. Sous l’Empire romain, la cité est modeste, mais prospère grâce au commerce fluvial.
La ville possède encore deux vestiges majeurs de cette époque.

Les thermes, construits à la fin du Ier siècle ou au début du IIe siècle de notre ère, sont un lieu de sociabilité majeur dans la vie romaine.
Ils sont aujourd’hui inclus dans le musée du Moyen Âge - musée de Cluny. Les vestiges du frigidarium (salle froide), notamment, impressionnent encore par ses dimensions imposantes.

Réservez votre visite au musée de Cluny.

Thermes de Cluny à Paris © JR P

Les arènes de Lutèce sont, elles aussi, un pôle majeur de la vie de la Cité. Lieu de divertissement pour les habitants, ces arènes ont été bâties au Ier siècle de notre ère et restent en activité quasi-permanente jusqu’au VIe siècle.

Leur usage se perd peu à peu au Moyen Âge. L’emplacement disparaît totalement après les travaux de construction de l’enceinte de Philippe Auguste.

Elles sont redécouvertes au XIXe siècle et restaurées entre 1917 et 1918 pour retrouver l’aspect que nous leur connaissons aujourd’hui.

Arènes de Lutèce © Elwin van Eede

La ville antique de Vienne en Isère

Temple d’Auguste et Livie à Vienne © Gordito1869

Capitale du peuple celte des Allobroges, la ville de Vienne, en Isère, devient un nœud économique capital dans l’Empire romain. Située sur les bords du Rhône, à la croisée de la route des Alpes, du Massif Central et de la péninsule italienne, une colonie romaine s’installe dès le Ier siècle av. J.-C.

C’est une cité de premier plan, comme en témoignent les nombreux vestiges. Le temple d’Auguste et Livie en est un des plus somptueux exemples. Construit au début du Ier siècle av. J.-C., il est dédié au culte impérial. Avec la christianisation de l’Empire, le temple est transformé en église, ce qui explique son bon état de conservation.

Adossé à la colline de Pipet, centre culturel de la cité antique, le théâtre a conservé toute sa splendeur. Avec ses 13 000 places c’était un des plus grands du monde romain.
Enseveli au cours du Moyen Âge, il est excavé dans la première moitié du XXe siècle et accueille désormais de nouveaux spectacles.

La Villa gallo-romaine de Montmaurin en Haute-Garonne

La Villa de Montmaurin

Bâtie au Ier siècle de notre ère, cette villa témoigne de la prospérité de la région sous la Pax Romana. Réaménagée et agrandie aux IVe et Ve siècles, c’est l’une des plus grandes villas romaines situées en Gaule.

Sa façade la plus longue s’étend sur 117 mètres. La surface totale dépasse les 5 800 m², soit plus de 150 pièces, ornées de superbes mosaïques. La villa est agrémentée de bassins d’eau de mer, permettant de conserver huitres et coquillages.

L’ensemble est redécouvert à la fin du XIXe siècle. Les premiers fouilleurs y voient un « couvent des Templiers », avant d’y reconnaître une villa romaine. Le site n’est entièrement exhumé qu’après la Seconde Guerre mondiale. Il appartient aujourd’hui au Centre des monuments nationaux.

Glanum à Saint-Rémy-de-Provence dans les Bouches-du-Rhône

Située sur la route romaine reliant l’Espagne à l’Italie, la cité antique de Glanum a été fondée par les Grecs mais a connu son apogée sous le règne de l’empereur Auguste. Ce site majestueux possède des monuments majeurs dont le cénotaphe de Lulii ou l’arc de triomphe.

La ville est saccagée lors des invasions barbares du IIIe siècle et complètement abandonnée. La ville de Saint-Rémy-de-Provence s’est construite à côté, utilisant les pierres de la cité antique pour s’élever.

Glanum, ensevelie sous les alluvions au cours des siècles est redécouverte  en 1921. Le site appartient désormais au Centre des Monuments Nationaux

Vue générale de Glanum © Zlatko Unger

 

Visitez gratuitement plus de 650 monuments en France et en Belgique pendant 1 an grâce au Pass Patrimoine !

 

Tags: