Pass Patrimoine pages

10 abbayes à découvrir avec le Pass Patrimoine

  • Abbaye de la Lucerne - Manche - Normandie
  • Abbaye de Longues - Calvados - Normandie
  • Abbaye du Val de Choues - Côte-d'Or - Bourgogne-Franche-Comté
  • Abbaye de Chaalis - Oise - Hauts-de-France
  • Chartreuse du Liget - Indre-et-Loire - Centre-Val-de-Loire
  • Abbaye de La Réau - Vienne - Nouvelle-Aquitaine
  • Abbaye de Longpont - Aisne - Hauts-de-France
  • Abbaye Notre-Dame-des-Anges - Finistère - Bretagne
  • Abbaye de Royaumont - Val-d'Oise - Île-de-France
  • Abbaye Saint-André - Gard - Occitanie

Depuis le 21 octobre 2019, le Pass Patrimoine est accessible à tous. Créé en partenariat avec Patrivia, la Fondation du Patrimoine et la Mission Stéphane Bern, ce Pass annuel donne un accès illimité à près de 400 lieux situés en France et en Belgique. 

Voici 10 abbayes que vous pourrez découvrir grâce au Pass Patrimoine.

Abbaye de Longpont dans l'Aisne

Ancienne abbaye cistercienne fortifiée, l’abbaye de Longpont, dans l’Aisne, est fondée par saint Bernard de Clairvaux dès 1131. Sa superbe église abbatiale gothique a été consacrée en 1227 en présence de Louis IX (futur saint Louis).
Alors qu’elle est proclamée Bien National à la Révolution, les derniers moines quittent l’abbaye en 1793. Elle est ensuite vendue aux enchères puis pillée et utilisée comme carrière de pierres, avant d’être achetée par Henri de Montesquiou en 1804.
L’abbaye de Longpont appartient encore aujourd’hui à cette famille qui œuvre depuis trois siècles à sa restauration et sa préservation.

Abbaye de Longues dans le Calvados

Fondée en 1168 par une riche famille Normande, l’abbaye de Longues, dans le Calvados, a bénéficié dès sa fondation de dons d’Henri II, duc de Normandie et roi d’Angleterre. De puissants seigneurs locaux, dont les du Molay et les Argouges, suivent l’exemple du roi anglais au fil des siècles.
En 1600, l’abbaye Sainte-Marie de Longues est rattachée à l’ordre de Cluny, puis elle est réunie au séminaire de Bayeux en 1781, avant d’être transformée en bâtiments agricoles. Depuis 1930, les propriétaires successifs, passionnés de patrimoine, remettent l’abbaye en état.
Cette année (2019), l’abbaye de Longues a été sélectionnée par la Mission Stéphan Bern pour bénéficier des gains du Loto. Elle pourra ainsi retrouver, entre autres, une toiture pour son chœur d’église.

Abbaye du Val des Choues en Côte-d'Or

La fondation de l’abbaye du Val des Choues, en Côte-d’Or, remonte à la fin du XIIe siècle. La tradition raconte qu’un moine convers de l’abbaye de Lugny ayant décidé de mener une vie d’ermite se serait retiré sur ce site avant d’être rejoint par des fidèles adeptes de ce mode de vie. Ainsi serait né l’ordre Valdéclusien.
Val de Choues devient rapidement chef d’ordre avec une trentaine d’abbayes filles jusqu’au Portugal, en Espagne ou en Ecosse. Alors que l’ordre périclite au XVIIIe siècle, l’abbaye est finalement rattachée aux cisterciens.
Elle est acquise dans la deuxième moitié du XXe siècle par des passionnés de chasse qui ont créé en ses murs un musée dédié à l’art de la vénerie.

Abbaye Notre-Dame-des-Anges dans le Finistère

Fondée au début du XVIe siècle par une communauté de franciscain, l’abbaye Notre-Dame des Anges fait face à l’Aber-Wrac’h, un fleuve côtier du Finistère. Elle offre ainsi un panorama somptueux aux moines qui y vivent. Dès la fin du XVIe siècle les franciscains sont remplacés par l’ordre des Récollets.
L’abbaye est transformée en auberge au XIXe siècle tandis que l’église abbatiale perd définitivement son toit en 1917. Sa charpente est donnée à des troupes américaines qui construisent une base d’hydravions non loin.
Dans les années 1930, l’auberge de l’abbaye devient une adresse de renom avec la création en ses murs du homard à l’américaine. Joseph Porphyre Pinchon, créateur de Bécassine, séjourne tous les étés en ce lieu jusqu’à son décès en 1953.
Aujourd’hui, les propriétaires œuvrent à la restauration de l’abbaye, ils ont notamment reconstruit le toit de l’église abbatiale et souhaitent désormais lui redonner ses ouvertures.

Abbaye Saint-André dans le Gard

Situé en bordure du Rhône, le mont Andaon abrite au VIe siècle des ermites dont sainte Césairie qui y décède. Le culte de ses reliques attire une communauté qui s’installe durablement sur le site. Faisant face à Avignon, l’abbaye, devenue royale au XIIIe siècle est un fort avancé de la France face à la papauté.
Au XIVe siècle, elle domine 200 prieurés dans la région avant de décliner au siècle suivant. L’abbaye Saint-André retrouve sa splendeur à partir de 1637, lorsqu’elle est investie par la congrégation de Saint-Maur. C’est de cette époque que date le riche logis abbatial, remanié par Pierre Mignard.
La Révolution marque un tournant dans l’histoire de l’abbaye qui vit un siècle de tourments avant d’être sauvée par Gustave Fayet, célèbre peintre, céramiste et collectionneur, et Elsa Koeberlé locataire à vie des lieux.
Le point d’orgue de la visite de l’abbaye se situe dans le parc où jardins à l’italienne et jardins méditerranéens couvrent 2 hectares et possèdent plus de 111 espèces remarquables. Ils sont désormais classés Monuments Historiques.

Chartreuse du Liget en Indre-et-Loire

Seul monastère de l’ordre chartreux en Touraine, la chartreuse du Liget est fondée au XIIe siècle par Henri II, roi d’Angleterre et comte d’Anjou, qui selon la tradition, souhaite ainsi expier le meurtre de Thomas Beckett, archevêque de Canterbury.
Au cours du Moyen Âge, les moines acquièrent une trentaine de reliques, qui attirent ainsi les pèlerins. Après avoir subi un siège lors de la Guerre de Cent Ans, la chartreuse du Liget est à nouveau attaquée lors des Guerres de Religion : en 1562, l’abbaye est pillée et son prieur est assassiné. La Chartreuse retrouve sa sérénité au XVIIe siècle, époque à laquelle elle accueille dom Alphonse-Louis du Plessis de Richelieu, frère aîné du cardinal de Richelieu.
À la veille de la Révolution, des travaux de grande ampleur sont entrepris pour rénover intégralement les lieux, ces travaux ne sont jamais achevés et la chartreuse est vendue par lots en 1791. Acquise par Côme-Edmond de Marsay en 1837, elle appartient toujours à la famille qui a reconstitué une grande partie du domaine.

Abbaye de la Lucerne dans la Manche

Cette abbaye de prémontrés est située au creux de la vallée du Thar depuis près de 900 ans.
Son architecture romane stricte rappelle la sobriété des abbayes cistercienne tandis qu’elle est dominée par une tour de style anglo-normand qui annonce l'art gothique. Bien que souvent malmenée au cours des siècles, l'abbaye conserve son cloître et nombre de ses bâtiments conventuels médiévaux. Elle est inscrite au titre des Monuments Historiques depuis 1928.
Pour faire renaître la beauté du site et continuer à la faire vivre, l'abbaye est patiemment restaurée depuis 1959 grâce à la Fondation Abbaye de La Lucerne d’Outremer créée par l’abbé Marcel Lelégard. Elle appartient à la route historique des abbayes de Normandie.

Abbaye de Chaalis dans l'Oise

L’abbaye est fondée par Louis VI le Gros au XIIe siècle. Sous Saint Louis, est édifiée sa splendide chapelle, emblématique du style gothique rayonnant.
En 1541, l’abbaye et son domaine sont offerts à Hippolyte d’Este, cardinal de Ferrare, archevêque de Milan et lié à la famille de France par le mariage de son frère. Il engage de nombreux travaux de restauration et d’embellissement des lieux, et tout particulièrement dans la chapelle où les murs sont recouverts de fresques par Le Primatice. Elle gagne ainsi le surnom de Chapelle Sixtine française.
Au XVIIIe siècle, alors que les bâtiments médiévaux tombent en ruine, le logis abbatial est élevé dans les règles de l’architecture classique. Après la Révolution, le domaine est acquis et restauré par les Hainguerlot-Vatry, très proches de la famille d’Orléans.
En 1902, Nélie Jacquemart, devient la dernière propriétaire des lieux, elle y apporte une grande partie de sa collection personnelle et y repose selon sa volonté. Comme le musée Jacquemart André, l’abbaye est léguée à l’Institut de France.

Abbaye de la Réau dans la Vienne

Fondée au XIIe siècle, sous la protection d’Aliénor d’Aquitaine, l’abbaye de La Réau abrite, sur les bords du Clain, en Haute-Vienne, une communauté de Chanoines suivant la règle de Saint-Augustin. Au XIIIe siècle, elle compte 16 prieurés qui témoignent de son influence jusqu’en Bretagne et en Anjou.
Fortifiée au cours de la Guerre de Cent Ans, l’abbaye est pourtant saccagée au début des Guerres de Religion, avant de devenir un bastion de la Ligue, avec une vingtaine de soldats à demeure à la fin du XVIe siècle. Au XVIIe siècle l’abbaye retrouve toute sa rigueur avec l’instauration de la règle des Génovéfains, et la rénovation des bâtiments monastiques.
Aujourd’hui elle appartient à des propriétaires privés, qui vous font partager la vie des moines dans les différents espaces de l’abbaye : dégustation de pain à la cuisine, calligraphie dans le scriptorium ou encore chant dans la chapelle. Elle a bénéficié de la Mission Patrimoine de Stéphane Bern en 2018.

Abbaye de Royaumont dans le Val-d'Oise

Abbaye cistercienne fondée en 1228 par Louis IX (futur Saint Louis) à seulement 30 kilomètres de Paris, elle est richement dotée par le roi qui aime à s’y retirer. Vincent de Beauvais, précepteur des enfants royaux et « Lector » à l’abbaye rédige en ces murs le « Speculum maius », somme encyclopédique des savoirs médiévaux.
Laïcisée au fil des siècles par les abbés, l’abbaye de Royaumont accueille en 1635 la représentation d’un ballet composé et dansé par le roi Louis XIII.
Après la Révolution, l’abbaye est transformée en filature de coton et l’église est détruite, mais elle retrouve sa fonction religieuse en 1869 en devenant le noviciat des religieuses de la Sainte-Famille de Bordeaux, qui la restaure dans un style néogothique. Elle est finalement acquise par la famille Goüin au début du XXe siècle. En 1938, Henry Goüin et son épouse Isabel Goüin-Lang, inaugurent en ce lieu le Foyer de Royaumont, lieu de travail et de repos pour artistes et intellectuels, qui devient en 1964 Fondation Royaumont (Goüin-Lang) pour le progrès des Sciences de l’Homme.
Aujourd’hui encore l’abbaye est le siège de cette fondation dont la mission est de garder en vie ce patrimoine par un projet culturel permanent : la musique et la danse y sont particulièrement mises en valeur. 

Achetez votre Pass Patrimoine ici !

10 visites incontournables à faire avec le Pass Patrimoine

10 pépites à découvrir avec le Pass Patrimoine

Partager :
Tags:

Commentaires

    Pass Patrimoine Côté