Cet Ete je visite la France

Légende de la fée Andaine

De Gratot aux Argouges

Les origines du château de Gratot ou « Gueratot » remontent au temps des vikings. Cette appellation est la contraction de « toft » signifiant domaine et « Guérard » nom du seigneur fondateur… L'histoire du château est étroitement liée à celle de la Normandie.

Le domaine reste propriété de la famille Gratot jusqu’en 1251, date à laquelle, par mariage, les seigneurs deviennent les Argouges. Ce sont alors 15 générations de cette famille qui se succèdent pendant 5 siècles. Elles aménagent, détruisent, rebâtissent et agrandissent le château.

Probablement construit en bois à l’origine, la bâtisse est ensuite transformée en forteresse puis en demeure de plaisance tout en conservant ses larges douves.
Les parties les plus anciennes sont les tours Nord et Ouest qui datent du XIIIe siècle, tandis que la plus récente est le pavillon à frontons, ajouté au XVIIIe siècle.

 

La tour de la Fée : chargée de mystères

Parmi les autres bâtiments, la tour de la Fée, construite au XVe siècle est chargée de mystères

La légende raconte, qu'un jour de chasse, le Seigneur d'Argouges est tiré jusqu'à une fontaine par son cheval assoiffé. Il aperçoit une jeune femme en train de s’y baigner et en tombe immédiatement amoureux. Avant d'avoir pu lui adresser un mot, la jeune femme disparaît. Ce n'est que quelques jours plus tard, qu'elle se présente au Seigneur sous les traits de la fée Andaine. Elle accepte de s’unir à lui à l’unique condition qu’il ne prononce jamais le mot « Mort » devant elle.

Les années passent et le couple coule des jours heureux au château de Gratot. Mais lors d'un tournois, la fée se fait attendre pour lancer les réjouissances. Impatient, le seigneur interpelle son épouse de cette manière : « Dame, êtes lente en vos besognes, seriez bonne à aller quérir la Mort ! ». Le mot interdit est prononcé, la fée pousse un cri et disparaît par la fenêtre de la tour qui porte encore la trace de sa main.

On raconte que depuis la fée Andaine hante les couloirs du château les jours de tempête en gémissant "La Mort ! La Mort !"

Armes de la maison d'Argouges, reproduites sur un taque de cheminée

La fée est également l'un des symboles de la  famille d’Argouges. Elle apparaît à demi nue sur leurs armes, au sommet de l'écu, elle tient un miroir et un peigne. 

Il est également fait référence à cett fée dans le cri de guerre de la maison d'Argourges : "Argouges a la faee". Il faut noter que le terme "faee", était aussi la prononciation populaire du mot foi, il y a donc, peut être, une double référence dans ce cri.

Le dernier seigneur d’Argouges décède en 1777. Plusieurs propriétaires se succèdent au XIXe siècle, mais aucun ne l’entretient et les lieux sont définitivement abandonnés en 1914. Date à laquelle, lors de la préparation de noces, le plafond du logis seigneurial s'est effondré sur la table des réjouissances.

Ce n’est qu’en 1968 que débute la lente renaissance du château. Les efforts conjugués des nouveaux propriétaires et de nombreux bénévoles, en coordination avec l’association REMPART, permettent de redonner au château l’aspect qu’on lui connaît aujourd’hui.   

Aujourd’hui, de nombreuses manifestations culturelles sont organisées dans son enceinte.

Réservez votre visite du château de Gratot.

Découvrez le château de Gratot grâce au Pass Patrimoine.

 

Partager :
Tags:

Commentaires

    Patrivia