Pass Patrimoine 600 monuments 2022 page
05/07/2023
12149

La tour Jean-sans-Peur, un vestige du XVe siècle

La tour Jean-sans-Peur ©Alain Roy

Paris est mondialement connue pour son architecture Haussmannienne et ses grands boulevards qui ont inspiré nombre d’urbanistes depuis la fin du XIXe siècle.
Mais lorsque les travaux débutent en 1853, la ville possède encore l’aspect d’une cité médiévale avec son foisonnement de ruelles étroites et parfois peu sûres.

De nombreux édifices datant de la Renaissance et parfois même du Moyen Âge sont détruits pour donner à Paris, l’aspect que nous lui connaissons aujourd’hui.

De nos jours, il ne reste plus que de rares traces de ce Paris antérieur au XIXe siècle, dont le plus important témoignage est sans doute la tour Jean-sans-Peur.

Du haut de ses 27 mètres, ce monument est d'une richesse historique remarquable. Plongez dans le Paris médiéval et percez tous les secrets de la tour Jean-Sans-Peur !

Une tour défensive dans une capitale troublée

Bâtie entre 1409 et 1411 par Jean sans Peur, cet édifice est l'unique vestige de l'hôtel des ducs de Bourgognes, acquis par Philippe le Hardi en 1384. Elle sert, notamment, à défendre ce grand palais contre les régulières insurrections parisiennes.

En effet, plongée en pleine guerre de Cents Ans (1337-1453) la capitale du royaume de France est déchirée par la guerre civile opposant le parti des Armagnacs, soutenant les Français, à celui des Bourguignons, défendant les Anglais.

Durant cette période d'agitation, la ville change régulièrement de maîtres au gré des émeutes et des assauts militaires. C’est pourquoi le duc de Bourgogne Jean sans Peur fait fortifier sa résidence afin de se prémunir contre les mouvements de foule meurtriers.

La révoltes des Cabochiens en faveur du duc de Bourgogne en 1413, extrait de la vigile de Charles VI

Évoluant dans un contexte de hautes tensions, le duc n'octroie qu'une faible confiance aux Parisiens. Aussi, pour se protéger des tentatives d'assassinat, il fait de la chambre de son valet l'exacte réplique de sa chambre personnelle.

Si la tour démontre une nécessité politique, elle possède également des fonctions ordinaires de la vie quotidienne. En effet, l’édifice assure à la fois la mission de donjon et d’escalier de service, desservant les étages de l’hôtel de Bourgogne aujourd’hui disparu.

La tour Jean-sans-Peur de l'ancien hôtel de Bourgogne ©maranguns

La puissance de Jean sans Peur inscrite dans la pierre

La clé de voûte de l'escalier

En se faisant bâtir cette tour, plus haute que les autres et au summum du raffinement architectural de son temps, le duc de Bourgogne affirme, aux yeux de tous, sa puissance et son emprise sur la ville.
En conflit avec la famille d’Orléans, Jean sans Peur utilise la construction de ce bâtiment pour faire rayonner sa grandeur.

Un simple pas sur le devant de la porte suffit à rappeler aux passants, la stature du propriétaire des lieux. La finesse des décors et, notamment, de la clé de voûte de l'escalier, témoignent de son ambition politique et du prestige de sa famille.

Représentant un arbre généalogique, la voûte en forme de chêne, débute à l’extrémité de l’escalier. Ses racines symbolisent le père de Jean sans Peur, Philippe le Hardi, éminent duc de Bourgogne.
Sur les côtés, des branches d’aubépine s’entremêlent aux rameaux de houblon. Cet entrelacement incarne le lien unissant Marguerite de Male à son fils Jean sans Peur.

La tour aujourd’hui, un lieu culturel remarquable

La tour lors du percement de la rue Etienne Marcel vers 1877

Jean sans Peur est assassiné par des Armagnacs, le 10 septembre 1419. Après la mort de Charles le Téméraire, en 1477, l’hôtel de Bourgogne devient la propriété de la couronne de France. Lorsqu’il hérite du site, François Ier le vend « à la découpe » afin d’organiser la transformation architecturale du quartier et des halles.

Le palais est détruit, mais la tour Jean-sans-Peur est épargnée. Après des années plongée dans l’oubli, elle devient, tour à tour, un théâtre, une demeure privée, une école ou encore une bibliothèque.

Il faut attendre 1868 et la percée de la rue Étienne-Marcel pour que ce joyau soit redécouvert par les historiens.
Après avoir été acquise par la Ville de Paris en 1874, elle est classée comme monument historique en 1884.

Grâce à de nombreux travaux, le lieu reprend vie en retrouvant le public. Avec l'aide et l'engagement de l’association des Amis de la tour Jean-sans-Peur, l’édifice devient un lieu culturel où visiteurs libres découvrent l'histoire de la tour et de Paris au gré des expositions temporaires.

Intérieur de la tour Jean-sans-Peur ©dbrnjhrj - Adobe

Découvrez 650 joyaux du patrimoine français et belge, gratuitement pendant 1 an, grâce au Pass Patrimoine !

La tour aujourd'hui

Tags: