Festival Un été en Gascogne 2017

La Bourgogne à travers le temps

La Bourgogne, cœur historique de la France et de l'Europe, possède un patrimoine exceptionnel. Pour le faire vivre et l'ancrer dans notre époque, certains passionnés ont fait le pari de marier ce patrimoine à l'art contemporain. Découvrez quelques-unes de ces initiatives :

Château de Ratilly :
Ce superbe château a été construit dans les années 1270 par la famille de Ratilly dont il conserve le nom. Il subit les affres de la Guerre de Cent Ans et des Guerres de Religion avant d’être restauré à la fin du XVIe, début du XVIIe siècle.
En 1653, la grande Mademoiselle, figure de proue de la Fronde, trouve refuge en ses murs.

C’est en 1951 que débute la nouvelle vie du château : il est racheté par un couple d’artistes, elle potière et lui comédien.
Ils décident de transformer le château en centre d’animation culturel, qui devient dans les années 1960, l’un des tout premiers centres d’art contemporains privés.
La tradition a été perpétuée par les enfants de ce couple qui continuent à accueillir des expositions d’artistes contemporains mais aussi des concerts…
Pour en savoir plus.


Château de Ratilly

Abeïcité de Corbigny :
L'abbaye Saint-Léonard à Corbigny était un couvent de bénédictins. Il a été fondé au IXe siècle, mais les bâtiments visibles aujourd’hui datent du règne de Louis XV. 
Suite à la Révolution, le bâtiment connaît de nombreuses reconversions. Il accueille tour à tour un haras, un Petit Séminaire, une école Normale pour instituteurs, une école primaire, un hôpital…
Malgré ses nombreuses vocations l’abbaye a conservé beaucoup d’éléments originels qui sont aujourd’hui mis en valeur par la ville et plusieurs associations qui accueillent des artistes contemporains en résidence. 
Pour en savoir plus.


Abbaye Saint-Léonard à Corbigny

Halle du toueur à Pouilly-en-Auxois :
Les toueurs sont des bateaux électriques apparus à la fin du XIXe siècle, ils servaient à faire du halage sur les fleuves.
Celui de Pouilly-en-Auxois aidait les bateaux à traverser « la voûte », tunnel de 3 300 mètres sous lequel passe le canal de Bourgogne.

Aujourd’hui, ce toueur n’est plus en service. Pour le protéger, et le présenter au public, il a été placé sous une halle construite par l’artiste japonais BAN Shigeru.
Cet abri de forme semi-cylindrique est  une réplique en carton, aluminium et polycarbonate de « la voûte » de Pouilly-en-Auxois. 
En savoir plus.


La Halle du toueur à Pouilly-en-Auxois

Tour des ursulines d’Autun :
Ce donjon a été élevé au XIIe siècle. Il est le seul élément encore existant du château fort de Rivault qui a été démantelé au tout début du XVIIe siècle.
Le site est investi quelques années après par des Ursulines qui créent un établissement d’éducation pour les jeunes filles. Elles donnent ainsi leur nom à la tour qui les domine.
Ces biens leurs sont confisqués à la Révolution et sont divisés en plusieurs lots qui changent de propriétaires plusieurs fois.

En 1997, la tour a été achetée par le peintre et restaurateur japonais Hisao Takahashi qui en fait un centre culturel franco-japonais.
Il a également réalisé une fresque monumentale, sur le thème des Grands Ducs de Bourgogne, sur les murs des salles des premier et deuxième étages de la Tour.
En savoir plus.


Tour des Ursulines à Autun

Vitraux de la cathédrale de Nevers :
La superbe cathédrale Saint-Cyr-et-Sainte-Julitte de Nevers a la particularité de posséder deux chœurs : un chœur roman à la voûte en cul-de-four, construit au XIe siècle et un chœur gothique, construit au XIVe siècle.
En 1944, une erreur de bombardement allié entraîne la destruction d’une partie du chœur gothique et la quasi-totalité des vitraux de la cathédrale sont soufflés.
A la fin des années 1970, il est décidé de faire appel à des artistes contemporains pour remplacer les vitraux détruits. Il faut 30 ans pour mener ce projet à bien et voir les 1052 m² de verrière, achevés.
En savoir plus.


Les vitraux de la cathédrale de Nevers

Château de Sainte-Colombe-en-Auxois :
C’est en 1640 que Nicolas FILSJEAN, gouverneur de la Chancellerie du Parlement de Bourgogne, devenu seigneur d’une partie de la seigneurie de Sainte Colombe, fait construire ce château, qui est ensuite agrandi au XVIIIe siècle. Au début du XXe siècle, le château est acquis par un antiquaire qui le dépouille de tout son mobilier et le laisse à l’abandon.

L’association ARCADE se voit confier le bâtiment par les derniers propriétaires, en 1986 et entreprend de lui redonner vie. Pour financer les restaurations, l’association organise spectacles, concerts et expositions qui font vivre le lieu. En 2005 est créé officiellement le centre culturel dans le château. 
En savoir plus.


Château de Sainte-Colombe-en-Auxois

Pour en savoir plus sur la Bourgogne

Partager :

Commentaires

    Expo Forteresse de Chinon : A l'assaut