Pass Patrimoine pages

Le sentier du baroque

Vue de Saint-Gervais-les-Bains et du Mont-Blanc

À l’ombre du Mont-Blanc, en Haute-Savoie, dans la haute vallée de l’Arve, le sentier du baroque relie les communes de Combloux, Saint-Gervais et Les Contamines-Montjoie sur 20 km. Il est ponctué de 17 églises et chapelles de style baroque pour la plupart.

Autel de Saint-François de Sales dans l'église Saint-Nicolas de Véroce à Saint-Gervais les Bains

Aux XVIIe et XVIIIe siècles, quand la majorité de ces chapelles est édifiée, la Savoie est indépendante et sa capitale est à Turin.

La Contre-Réforme est particulièrement importante dans cette région située à seulement 1,5 jour de marche de Genève où réside Calvin.
Elle est menée en particulier par François de Sales, évêque de Genève (en résidence à Annecy), saint et docteur de l’Eglise, qui sillonne la Savoie pour repousser les assauts du protestantisme. Il vient également en vallée de l’Arve.

En architecture, ce mouvement de renouveau catholique s’exprime avant tout par le courant baroque qui remplit de lumière, de mouvements et de couleurs les lieux de culte.

Retable de l'église Saint-Nicolas de Véroce à Saint-Gervais les Bain

Alors que les églises sont désertées aux siècles précédents, elles connaissent dans ce contexte une nouvelle vie.

Les églises paroissiales de Saint-Gervais (1698) et Saint-Nicolas-de-Véroce (1725) en sont les plus beaux exemples.

Dans les hameaux également, des chapelles sont bâties pour faciliter l’accès au culte, notamment en plein hiver. 

 

Retable de l'église Saint-Gervais-Saint-Protais à Saint-Gervais les Bains

La construction de ces édifices est financée par les habitants, notamment nobles, comme la chapelle de Cupelin, mais également par les natifs de ces hameaux ayant fait fortune après avoir émigré par-delà les Alpes.

En effet, l’économie locale ne permettant pas de nourrir toutes les familles, notamment en hiver, certains hommes deviennent colporteurs et s’établissent parfois marchands en cas de succès de leur commerce.

Chapelle de Chattrix

C’est le cas notamment pour la chapelle de Chattrix dont le retable est orné d’une œuvre peinte par un artiste officiel de la cour impériale autrichienne figurant Marie-Thérèse d’Autriche.

Cette peinture ainsi que l’agrandissement de la chapelle ont été financés par trois frères originaires de Chattrix, devenus marchands agréés à la cour impériale à Vienne.

Il y a dans cette démarche la volonté d’honorer le lieu de baptême et montrer l’attachement à la terre d’origine.

Église Saint-Nicolas-de-Véroce à Saint-Gervais-les-Bains

L’église de Saint-Nicolas-Véroce, commune indépendante de Saint-Gervais-les-Bains jusqu’en 1973, est également financée par les dons d’émigrés. Elle est la plus haute et la plus grande de toute la vallée de l’Arve après celle de Sallanche.

Cette architecture baroque relève donc de l’identité historique même de la région, tout comme les sentiers qui les lient. Avant d’être un itinéraire de randonnée, ils forment une route historique qui mène de la vallée vers l’Italie par le col du Bonhomme.

Dans les années 1970, Jean-Paul Gay, instituteur dans un des hameaux de Saint-Gervais, balise, avec ses élèves, ces sentiers oubliés.

Église Saint-Gervais-Saint-Protais à Saint-Gervais les Bains

Depuis le début des années 2000, le patrimoine bâti est lui aussi remis en valeur. Après 5 ans de chantier, l’église Saint-Nicolas-de-Véroce est inaugurée en 2008.

En 2016, grâce au programme ITINERAS, financé en grande partie par les fonds ALCOTRA de l’Union Européenne, l’église Saint-Gervais-Saint-Protais est à son tour intégralement restaurée.

Ce projet, élaboré de concert avec la vallée de Valgrisenche en Italie, a permis également la rénovation de la chapelle des Plans côté français et de plusieurs chapelles côté italien.

Partager :
Tags:

Commentaires

    Patrivia