Pub Pass Patrimoine Noel 2022 Pages
13/11/2022
7917

Impression, soleil levant : histoire d'une toile mythique

Le saviez-vous, c’est l’œuvre de Claude Monet, Impression, soleil levant, figurant l’aube sur le port du Havre, qui a donné son nom au courant impressionniste ?

Cette toile fondatrice célèbre, en 2022 ,ses 150 ans ! Une occasion rêvée pour revenir sur l’histoire sulfureuse de cette œuvre iconique.

Impression, soleil levant - Claude Monet - 1872 - Musée Marmottan-Monet

La conception d’un chef-d’œuvre

Claude Monet lisant - Pierre-Auguste Renoir - 1872 - Musée Marmottan-Monet

Le célèbre peintre Claude Monet réalise Impression, soleil levant, alors qu’il séjourne au Havre, ville de son enfance, au cours de l’hiver 1872/1873. Selon les études de scientifiques, la date la plus probable de cette représentation est celle du 13 novembre 1872 à 7h35.

C’est depuis une chambre d’hôtel, donnant sur l’avant-port du Havre alors plongé dans la brume, que Claude Monet esquisse son tableau.

Réalisée d’une seule traite, trente minutes après l’aube, cette toile mythique a fait l’objet de grands rebondissements dans l’Histoire de l’art.

Le scandale de la première exposition impressionniste et l’ironie fondatrice de Louis Leroy

Atelier de Nadar en 1860 au 35 boulevard des Capucines

Deux ans plus tard, au printemps 1874, se tient la première exposition de la Société anonyme des artistes peintres, sculpteurs et graveur, au sein de l’ancien studio du photographe Nadar, 35 boulevard des Capucines, à Paris.
Cette manifestation rassemble 30 artistes, dont Camille Pissarro, Edgar Degas, Berthe Morisot, Pierre Auguste Renoir, Alfred Sisley, Paul Cézanne et bien sûr Claude Monet. Tous ces artistes s’expriment dans un style qui s’éloigne du goût officiel, plébiscité lors du Salon de peinture et de sculpture, qui se tient chaque année.

Malgré la pluralité des techniques représentées, la toile de Claude Monet fait scandale. Le plus virulent des critiques, Louis Leroy, se moque de cette œuvre ressemblant à une esquisse incomplète. Son principal reproche : elle bafouerait les normes de la peinture académique.
Dans son Charivari, publié le 25 avril 1874, le journaliste écrit : « Que représente cette toile ? Impression ! Impression, j'en étais sûr. Je me disais aussi puisque je suis impressionné, il doit y avoir de l'impression là-dedans » et intitule avec malignité son article « L’exposition des Impressionnistes ».
Se voulant ironique et malveillant, il donne finalement son nom à ce courant de peinture appelé à connaître un succès fulgurant qui n’est toujours pas démenti.

Caricature des Impressionnistes dans un Charivari de 1874

De l’ombre au succès international

Georges de Bellio

Après ce premier esclandre, l’audacieuse Impression, soleil levant est achetée pour seulement 800 francs par Ernest Hoschedé, célèbre collectionneur et critique d’art de l’époque.

L’œuvre est ensuite revendue à Georges de Bellio, lors des ventes judiciaires de la collection Hoschedé, pour la somme dérisoire de 210 francs. Après le scandale, c’est donc l’indifférence que suscite cette toile.

Enfin, elle est, léguée, en 1940, au musée Marmottan, par les deux filles de Georges de Bellio. Mais l’œuvre reste dans l’ombre de l’Histoire, jugée trop novatrice par les experts de son temps.

Il faut attendre les années 1950, pour que des historiens d’Art, dont notamment John Rewald, révèlent aux yeux du monde, toute la beauté et l’ingéniosité de ce chef-d’œuvre. C’est en 1959, à l’occasion d’un prêt au musée de Mulhouse, qu’Impression, soleil levant obtient enfin ses lettres de noblesse !

Dès lors adulée par les critiques et amateurs, la toile est assurée à hauteur de 50 millions de francs.

Du vol au mythe d’Impression, soleil levant

Dans les années 1980, Claude Monet devient un des peintres les plus convoités. Alors exposé au Musée Marmottan, son chef-d’œuvre est dérobé et disparaît durant cinq longues années. Il sera miraculeusement retrouvé, après une traque invraisemblable dans l’univers des yakuzas, dans un petit appartement de Porto-Vecchio.

Après cette aventure, qui a fortement agité le monde de l’art, le monde entier a réclamé ce tableau mythique, reconnaissant en ses traits, les fondements de la modernité.

Afin de célébrer les 150 ans de cette toile fondatrice, le musée Marmottan Monet présente, jusqu'au 29 janvier, l’exposition « Face au Soleil, un astre dans les arts » retraçant l’histoire de la représentation du soleil dans l’art et de l’Antiquité à nos jours.

Pour en savoir plus

 

Tags: