Cet Ete je visite la France

À l'ombre des Grandes Alpes

Depuis une semaine la neige s’empare enfin des massifs montagneux.

Les skieurs sont aux anges : ils pourront jouir à l’excès de cet or blanc qui nous fit gravement défaut en ce début d’hiver. Je conseille à ceux qui prendront demain la route des grandes Alpes de faire un pas de côté. Rien n’est plus merveilleux que de découvrir au fil de son périple les joyaux jalousement préservés par la montagne.
Le château de Ripaille compte parmi ces trésors architecturaux qui méritent un détour. Son nom n’a pas de lien avec l’expression bien connue. Il dérive du mot "rispe" lequel, en langage ancien, signifie broussaille ou lande.

Ripaille_ vue générale @Paul Pastor-15

Tel un navire de pierres échoué sur le bord du Léman,  l’édifice s’impose au regard par la puissance de ses bâtiments. Les parties nobles composées d’un pavillon, d’une tour et des vestiges de l’ancien prieuré, jouxtent les constructions de l’ancienne chartreuse dont les fondations datent du début du XVème siècle.

Ripaille @Paul Pastor

Initialement relais de chasse, il fut converti en maison de plaisance par Bonne de Bourbon entre 1371 et 1388. Son petit-fils Amédée VIII de Savoie y adjoindra le prieuré des Augustins quelques décennies plus tard. Après maintes déconvenues liées aux guerres qui les opposent aux Bernois, l’un des descendants, Charles Emmanuel crée aux prémices du XVIIème siècle le prieuré des Chartreux.
La révolution chasse les religieux, mais le domaine perdure. Plusieurs propriétaires se succéderont, de grands industriels qui s’attacheront à redonner vie à cette belle endormie. Clin d’œil de l’histoire, le lieu appartient de nos jours à la famille Necker-Engel qui descend du célèbre ministre des Finances de Louis XVI.

Ripaille vue générale © Paul Pastor

Inscrit au titre des monuments historiques, le site est désormais protégé au sein d’une fondation. Outre la beauté des bâtiments, le visiteur peut profiter de l’arboretum composé entre les deux guerres. Enfin, il peut se recueillir dans la clairière de Ripaille devant le Mémorial des Justes inauguré en 1997. Évocation émouvante du courage de plusieurs milliers de Français qui, durant la Seconde Guerre Mondiale, ont su sauver des Juifs au péril de leur vie.

Et pour clore cette visite sur une note plus festive, pourquoi ne pas déguster quelques verres du vin blanc issu des 22 hectares de vignes qui entourent le  château même s’il ne s’agit pas de faire Ripaille pour autant…

Patrick de Carolis

Pour en savoir et connaître toutes les infos pratiques sur le château et domaine de Ripaille

 

Partager :

Commentaires

    Pass Patrimoine Côté