Pub Pass Patrimoine Noel 2022 Pages
25/10/2022
918

Louis XV : le rayonnement de l’art français

300 ans après le début de son règne, le roi Louis XV, surnommé le « Bien-Aimé », demeure encore impopulaire. Pourtant, il laisse à sa mort, en 1774, un royaume de France prospère dont le rayonnement artistique, a influencé le reste de l’Europe. Son sens de l’esthétique et son goût pour l’architecture, le conduisent à faire bâtir et à aménager des édifices somptueux à travers le royaume.

Louis XV : roi de France à 5 ans

Portrait de Louis XV à l'âge de 5 ans par Hyacinthe Rigaud

Louis XV va conserver, tout au long de sa vie, un souvenir tragique d’une enfance bercée par la mort de ses proches. Né le 15 février 1710 à Versailles, il est orphelin à l’âge de 2 ans.

Son père, le duc de Bourgogne, petit-fils de Louis XIV et sa mère, Marie-Adélaïde de Savoie meurent brutalement de la scarlatine en 1712. En 1715, son arrière-grand-père, le roi Louis XIV, meurt de la gangrène, laissant le petit Louis, âgé de 5 ans, héritier de la couronne de France.

Philippe d’Orléans, un neveu du roi défunt, obtient les pleins pouvoirs du parlement pour assurer la Régence. Il veille attentivement à l’éducation du jeune roi Louis XV pour lui fournir une formation politique solide. C’est au château de Vincennes, puis aux Tuileries, que Louis XV passe son enfance.

Le 15 juin 1722, le Régent le fait venir à Versailles. Le petit roi découvre, avec émerveillement, ces lieux qui ont accueilli durant plusieurs décennies les épisodes de la vie de son aïeul, qu’il doit prendre pour exemple. Quelques mois plus tard, le 25 octobre, il est sacré roi dans la cathédrale de Reims au cours d’un cérémonial long et grandiose où se déploie tout le faste royal.

Le roi Louis XV et ses dames

Portrait de Madame de Pompadour par Quentin de La Tour

Entre 1727 et 1737, dix enfants vont naître de son mariage avec Marie Leszczynska, la fille cadette du roi déchu de Pologne, Stanislas Leszczynski.

Si les époux paraissent comblés, Louis XV s’entoure néanmoins de plusieurs maîtresses, restées célèbres : les comtesses de Mailly et de Vintimille ou encore la marquise de Pompadour qu’il fait installer à Versailles, puis la comtesse du Barry. Les scandales éclatent à la cour sur ses déboires amoureux.

Ses maîtresses, notamment la marquise de Pompadour, jouent un rôle crucial dans l’épanouissement d’un style artistique français. Cette passion des arts, qu’il a hérité de son arrière-grand-père, a marqué son règne et le rayonnement de la France à travers l’Europe.

Louis XV : grand mécène pour les arts

Autoportrait de Charles-Antoine Coypel

Louis XV reprend le modèle de mécénat mis en place sous Louis XIV. Entre 1722 et 1774, 850 tableaux sont ajoutés à la collection royale et 4 500 meubles sont commandés ou achetés. En 1727, un concours est organisé pour encourager la peinture d’histoire, un thème très apprécié de la noblesse.

Charles-Antoine Coypel est nommé premier peintre du roi, puis se succèdent d’autres peintres comme Carl Van Loo, François Boucher et Jean-Baptiste Pierre. À partir de 1748, Jean-Marc Nattier effectue les célèbres portraits de la famille royale.

Louis XV fonde la manufacture de porcelaine de Vincennes en 1738. Elle devient ensuite Manufacture royale, puis s’installe en 1756 à Sèvres. La vaisselle de luxe se déploie lors des grands repas donnés à la cour. Des expositions et ventes annuelles sont données à Versailles.

 

Pièces en porcelaine de Vincennes issues d'un service de Madame de Pompadour, conservées au Musée du Louvre

Le style Louis XV

Chambre de Madame Victoire, fille de Louis XV, à Versailles

Il effectue des modifications au sein du château de Versailles, en faisant aménager l’intérieur des pièces et réduire leur taille, pour donner plus d’intimité et de commodités. Les cabinets et petits salons se multiplient, décorés avec du marbre ou des statues de bronze qui ornent les cheminées.

Le style Louis XV, aussi appelé style rocaille ou rococo, se développe entre 1730 et 1760 à travers le mobilier et les intérieurs des édifices. Il se caractérise par l’utilisation d’ornements végétaux, parfois inspirées des coquillages et des rochers. Très populaire dans les années 1730, il se propage rapidement à travers l’Europe.

Le bureau du roi à Versailles, réalisé par les ébénistes Oeben et Riesener, est un des modèles les plus copiés dans le monde et manifeste l’excellence de l’ébénisterie et de l’orfèvrerie française. De même la célèbre pendule astronomique de Claude-Siméon Passemant, dans le cabinet de la Pendule du château, démontre d’une prouesse technique et artistique.

Bureau de Louis XV à Versailles

Louis XV : roi bâtisseur

Petit Trianon de Versailles © Colocho

Dans les jardins du château de Versailles, le bassin de Neptune est achevé. Le Petit-Trianon, chef-d’œuvre du néo-classicisme, est construit pour les retrouvailles du roi avec ses favorites et son entourage proche.

Des transformations sont également effectuées à Fontainebleau, avec l’édification d’un nouveau pavillon, à Choisy ou encore à Compiègne.

À Paris, Louis XV est célèbre pour avoir embelli la ville. Encouragé par la marquise de Pompadour, il demande à l’architecte Ange-Jacques Gabriel de construire l’École militaire, destinée à accueillir les jeunes nobles dépourvus de leur fortune. Gabriel devient à partir de 1742, le premier architecte du roi.

École Militaire à Paris © DXR

Panthéon de Paris

En pleine campagne militaire à Metz, Louis XV tombe malade en 1744 et se tourne vers Dieu pour demander sa guérison. Ayant survécu à la maladie, il décide de reconstruire entièrement l’église Sainte-Geneviève, devenu l’actuel Panthéon et fait appel à l’architecte Jacques-Germain Soufflot. La première pierre est posée en 1764. Cet édifice, bâti dans un style gréco-gothique, est l’une des contributions les plus remarquables de Louis XV à l’embellissement de Paris.

Louis XV dote la capitale d’autres églises prodigieuses : l’église de la Madeleine et l’église Saint-Sulpice qui est considérée comme l’une des plus grandes de Paris.

Pour célébrer la paix d’Aix-la-Chapelle de 1748, qui met fin à la guerre de Succession d’Autriche, il fait bâtir la place Louis XV, l’actuelle place de la Concorde. Cette place témoigne de l’élégance du style classique, inspiré par l’architecture de la Grèce antique.

Les grandes villes du royaume, telles que Toulouse, Limoges, Nancy, Rennes ou Bordeaux, imitent cette architecture raffinée et construisent de splendides bâtiments. La perfection de l’art français se répand peu à peu.

Place de la Concorde, ancienne Place Royale 

Un règne inachevé

Le 10 mai 1774, Louis XV meurt de la variole à Versailles.

D’une part, il laisse un royaume moderne, une prospérité économique, accompagnée de la notoriété de la langue française dans les cours princières et d’un foisonnement intellectuel et artistique inégalable.

D’autre part, Louis XV ne peut pas être mentionné sans la lourde défaite de la guerre de Sept Ans, les scandales autour de ses maîtresses, des réformes mal perçues par l’opinion publique et un éloignement progressif du pouvoir royal de son peuple. S’il parvient à inscrire son règne dans une continuité avec son prédécesseur, il laisse sur le trône, son petit-fils Louis XVI, livré à lui-même.

Amoureux d'histoire et de patrimoine ? Découvrez le Pass Patrimoine et visitez gratuitement 650 monuments pendant 1 an !