Pass Patrimoine pages

Des écluses et des hommes

Les écluses font aujourd’hui partie intégrante de nos paysages fluviaux. Le long des nombreux cours d’eau de France elles permettent aux bateaux de franchir les dénivelés importants, et facilitent ainsi la navigation tant touristique que commerciale. Si ces aménagements nous semblent désormais aller de pair avec les fleuves, rivières et canaux, ils n’ont pourtant été mis au point qu’à partir de la Renaissance.

Dans l’Antiquité, les plans inclinés permettaient de faire franchir les obstacles aux bateaux, au prix de temps et d’efforts importants.

Dessin d'écluse de Léonard de Vinci

Au début du Moyen Âge sont créés les paléos-écluses, bassins encadrés de pertuis, qui préfigurent les écluses que nous connaissons aujourd’hui.

En Europe, ce sont les Italiens qui inventent les écluses modernes dites à sas et à porte busquée.

Selon la légende, Léonard de Vinci lui-même a inventé cette nouvelle technique. Nous savons aujourd’hui que ces écluses sont apparues quelques années plus tôt. Cependant, le célèbre inventeur y a consacré de nombreuses recherches et y a apporté les dernières améliorations.

Écluse sur le Canal du Midi

Au XIXe siècle, l’ingénieur français Moraillon, apporte une dernière évolution aux écluses en inventant les vannes cylindriques qui permettent aux bateaux de passer des dénivelés supérieurs à 4 mètres de haut.

Grâce à cette nouvelle invention, les voies fluviales deviennent un moyen de transport plébiscité.

Au cœur de cette activité se situe l’éclusier qui régule le trafic dans les sas et actionne les vannes.
Si ce métier se raréfie sur l'ensemble des fleuves, il joue pourtant toujours un rôle majeur pour le contrôle de la circulation sur de nombreux axes de communication. 

Afin de mieux s’en rendre compte, direction le Grand Canal d’Alsace, où 10 grandes centrales hydroélectriques et 2 petites centrales , jalonnent le Rhin entre Bâle et Lauterbourg, sur près de 185 kilomètres de frontière commune entre la France et l’Allemagne.
Ce lieu de balade sur le bord du Rhin est très prisé, dès les beaux jours venus, et constitue un important point de passage pour les navires.

 

(Écluse de Strasbourg sur le Grand Canal d'Alsace ©EDF )

Entretien avec Norbert Weissmuller, éclusier à Strasbourg

Rencontre avec Norbert Weissmuller, éclusier à la centrale hydroélectrique de Strasbourg (Bas-Rhin), exploitée par EDF, qui nous présente son travail, effectué par rotation toute l’année :

 

  • Comment devient-on éclusier ? Était-ce une vocation chez vous ? 
Norbert Weissmuller, éclusier à Strasbourg © Norbert Weissmuller

Nous pouvons dire que c’était en quelque sorte une vocation chez moi car j’ai toujours eu la navigation dans le sang et porté de l’intérêt à ce qui s’y rattache.

Avant de devenir éclusier pour EDF, j’ai passé 32 ans dans la marine marchande, dont 17 ans en tant que capitaine et commandant et 12 ans sur des pétroliers.
J’ai été pendant des années en dessous des écluses avant de me décider à passer au-dessus, pour voir autre chose et faire évoluer mon métier.

J’ai donc un avantage pour ce poste car je sais quelle prestation l’éclusier doit fournir aux mariniers et ce que ces-derniers attendent réellement.

 

  • Parlez-nous de votre quotidien : en quoi consiste votre travail et quelles sont vos responsabilités ?
Navire dans l'écluse de Strasbourg © Norbert Weissmuller

Voilà 7 ans que je suis chez EDF au poste d’éclusier. Au quotidien, je réceptionne des bateaux qui viennent de l’amont ou de l’aval du fleuve, à travers le sas, soit par la grande écluse soit la petite écluse.

La grande fait 185 mètres de long par 24 mètres de large, sur un dénivelé 10 mètres. La petite ne fait que 12 mètres de large, avec le même dénivelé.
Les types de bateaux sont variables, cela va du porte-conteneurs au navire de plaisance.

Je veille à ce que les bateaux soient bien amarrés, ne dépassent pas les lignes jaunes qui marquent la limite, pour leur propre sécurité. Nous avons certes des radars et des caméras pour nous guider mais il est fondamental de regarder aussi avec les yeux, en situation réelle.

Il est important de préciser qu’en tant qu’éclusier, j’ai une véritable responsabilité car les bateaux qui passent par l’écluse sont sous notre juridiction : c’est une spécificité du canal !

 

  • Quelles sont les compétences et les qualités indispensables pour exercer ce métier ?  

Il faut en premier lieu parler allemand, c’est impératif puisque nous utilisons cette langue 95% du temps. J’ai des connaissances en hollandais qui me servent assez souvent et un peu l’anglais bien sûr.
Mon savoir-faire en matière de navigation est un plus indéniable.

Il faut aussi être rigoureux et concentré : la gestion d’une trentaine de caméras, et des navires de plusieurs tonnes, surtout quand il y a du vent ou du brouillard, cela peut devenir très complexe. Il faut avoir les yeux un peu partout.

Concernant les touristes, il faut être réactif et pouvoir appeler les secours s’il y a un problème humain, faciliter leur accès aux passagers.

 

  • Comprenez-vous qu'aujourd'hui les gens puissent méconnaître votre travail et penser qu'il s'agit d'un métier disparu depuis longtemps ?
Écluse de Strasbourg © EDF

Il est vrai que ceux qui, par exemple, n’ont pas l’habitude de naviguer ou qui ne sont pas friands de croisières, n’ont pas forcément connaissance de notre métier. 

Cependant pour les gens sur les bateaux, nous sommes totalement visibles puisque nous dominons le fleuve dans une tour de commande surélevée, avec de grandes fenêtres ouvertes à 360 degrés. Cette vue à 30 mètres au-dessus de l’eau, c’est vraiment magnifique.
C’est une des raisons majeures qui me fait tant aimer mon travail !

Si je devais songer à recommencer ma carrière depuis le début, je viendrais tout de suite chez EDF, à ce poste précis.
C’est très agréable d’être, en quelque sorte, son propre capitaine, mais à terre, dans un environnement fluvial… J’aime d’ailleurs me présenter comme capitaine de l’écluse !

 

Pour en savoir plus sur les écluses et les centrales hydroéléctriques de la région Grand-Est, réservez votre visite pendant les Journées Européennes du Patrimoine.

Partager :
Tags:

Commentaires

    Patrivia