Cet Ete je visite la France

Ces lycées aux allures de châteaux !

Ces temples du savoir se démarquent de la majorité des établissements scolaires français par leur architecture atypique. Parfois bâtis dans un cadre bucolique, vus de l'extérieur ils ressemblent à de véritables châteaux : pourtant ils renferment des salles de classes.

Alors que cette année, le thème des Journées Européennes du Patrimoine mettent l'éducation à l'honneur, voici cinq lycées susceptibles de surprendre le visiteur !

  • Lycée Lakanal de Sceaux © Vchahun
  • Lycée Massén de Nice © M.Strīķis
  • Lycée international de Saint-Germain-en-Laye © Dr. Maier
  • Lycée international des Pontonniers à Strasbourg © Ralf Roletschek
  • Maison d'éducation de la Légion d'Honneur à Saint-Denis © MOSSOT

Lycée Lakanal de Sceaux

Ancien de près de 150 ans, le Lycée Lakanal est construit, en 1882, par l’architecte Anatole de Baudot. 

Son architecture est inspirée des lycées parisiens et plus précisément du Lycée Michelet de Vanves. Cependant il est finalement baptisé du nom de Joseph Lakanal. Récemment rénovées, les façades ont retrouvé leur splendeur du début du XIXe siècle. Depuis 2001, le site est inscrit aux Monuments Historiques.

 

Lycée Masséna de Nice

Cet édifice, situé à l'orée du Vieux Nice depuis près de 400 ans, est, à l'origine un couvent de la congrégation des Augustins. À la Révolution, il est rattaché à l’école centrale du département, avant de devenir lycée impérial sous Napoléon et finalement un lycée national…  Réservé aux garçons jusqu’en 1963, il est mixte aujourd'hui.
Il prend le nom de Lycée Masséna en hommage à André Masséna, célèbre général d’Empire sous Napoléon Ier, qui a contribué sa construction.

 

Lycée international des Pontonniers de Strasbourg

La construction du Lycée des Pontonniers remonte en 1902, époque où l’Alsace et la Lorraine sont des territoires allemands.

À la fin de la guerre de 1870-1871 les Allemands ont de grands desseins pour Strasbourg, la voulant capitale du Reichland (Terre d’Empire). De ce fait de nouvelles politiques font leur apparition. C'est le cas dans le domaine éducatif avec le Lycée des Pontonniers qui se trouve sur un site jusque là occupé par des pontonniers et, dans le même temps, à proximité du palais du Kaiser, de la place de la République et de l’Université. Le Lycée fait partie des Monuments Historiques depuis 2002.

 

Lycée Internationnal de Saint Germain en Laye

Le Lycée International de Saint-Germain-en-Laye ne s’est pas toujours appelé ainsi. Il porte le nom de « Lycée du SHAPE » jusqu’en 1966. Cet acronyme « SHAPE » signifie Supreme Headquarters Allied Powers Europe. En pleine Guerre Froide en 1951, l’OTAN construit son centre de commandement européen à Saint-Germain-en-Laye. Le complexe comporte une école ainsi que la résidence d’Hennemont, accolée au château d’Hennemont (ci-dessus) sur demande d’Eisenhower afin d’accueillir 1300 soldats et leurs familles.

L’année 1966 annonce le grand départ du centre de commandement européen pour la Belgique en raison du retrait de la France de l’OTAN. Un choix politique qui engendre une désertion du site de ses élèves. Dès lors, le lycée opère une reconversion à portée plus internationale avec l’ouverture de plusieurs sections (14 en 2016), attirant des élèves du monde entier.  

 

Maison d'Education de la Légion d'Honneur de Saint-Denis

À la suite de la bataille d’Austerlitz, le 2 décembre 1805, Napoléon Ier décide d’ouvrir des maisons d’éducation destinées à accueillir les orphelines de la guerre pour qu'elles puissent bénéficier d’une éducation. Un cursus qui offre un panel d’options, des arts plastiques à la musique, sans oublier le théâtre ! Chaque année, les terminales de la Légion organisent un spectacle de reconstitution à grande échelle de la guerre d’Austerlitz !

La Légion bénéficie de nombreux bâtiments et d’hectares en plein coeur de Saint-Denis. Des édifices sont même inscrits aux Monuments Historiques comme l’ancienne Abbaye Royale.

La sélection des élèves est un processus aussi atypique que son cadre. Ne sont acceptées que les filles dont l'un des ancêtres a reçu la légion d’honneur, l’ordre national du mérite ou une médaille militaire. C'est bien la devise « Honneur et Fratrie » et non pas « Liberté, Egalité, Fraternité » qui régit l'éducation de ces heureuses élues. 

 

Retrouvez tout le programme des Journées Européennes du Patrimoine sur le site officiel.

Partager :
Tags:

Commentaires

    Pass Patrimoine Côté