Le mot de la semaine : Poltron

Le mot « poltron » désigne une personne qui se laisse emporter par une peur excessive et qui manque de courage. 

Cependant, la poltronnerie n’est pas synonyme de lâcheté : le poltron sait parfois affronter le danger, voire se surpasser, tout en restant imprévisible. C’est à ce caractère changeant que l’expression « poltron révolté » renvoie en soulignant cette nuance.

Les origines du mot restent aussi à éclaircir. 

Une première hypothèse serait que « poltron » dériverait de l’expression « pollex truncus », c’est-à-dire « le pouce coupé ». Cette mutilation était la solution ultime à laquelle les appelés sous l’Empire romain recourraient pour échapper au service militaire. 

Toutefois, cette explication, qui peut nous plaire et qui a pu faire autorité, a été réfutée par le Littré. En usage dès le XVIe siècle, le mot français « poltron » ne peut, donc, dériver directement de l’expression latine, mais plutôt de l’italien « poltrone » qui veut dire « paresseux ». 

On pourrait renchérir et souligner qu’un « faucon poltron » s’est vu couper les ongles afin qu’il ne puisse s’attaquer au gros gibier. Cependant, l’expression latine « pollex truncus » aurait considérablement été segmentée : une telle dérivation semble peu vraisemblable.

La deuxième hypothèse est que « poltron » viendrait du mot latin « pullus », le poulain. Le caractère fragile et jeune de l’animal rend cette supposition crédible.

Mais, c’est dans un autre pays qu’il faut aller chercher la véritable origine du mot « poltron » : en Allemagne. « Polster » qui veut dire « matelas » ou « coussin » aurait donné « boldrone » en italien après une permutation typiquement germanique entre le « b » et le « p ». Cet éclaircissement étymologique souligne le caractère principal du poltron : une mollesse allant jusqu'à la trouillardise !

 

Partager :
Tags:

Commentaires

    PCC - Carré