Exposition photographique à La Rance - mega banner -page

Hélène Berr et le château du Vivier

Le saviez-vous ? Hélène Berr est considérée comme la Anne Frank française depuis la parution de son journal intime en 2008. Elle a vécu une partie de sa jeunesse au château du Vivier à Aubergenville dans les Yvelines.

Hélène Berr. Source : Mémorial de la shoah/CDJC coll. Job © D.R.

Cette jeune femme juive issue d’une famille aisée d’industriels alsaciens, née en 1921 et étudiante en anglais, a tenu un journal intime sur sa vie sous l’occupation.

Ses écrits débutent le 7 avril 1942 alors qu’elle a rencontré Paul Valéry au cours d’une dédicace et s’achèvent en février 1944 alors qu’elle vient d’être arrêtée et emprisonnée au camp de Drancy avec ses parents.

Elle est déportée à Auschwitz puis à Bergen-Belsen où elle est battue à mort par une gardienne quelques jours avant la libération du camp.

Jean Morawiecki, François Job, Hélène Berr et Jean Pineau. 1942 à Aubergenville source photo : Mémorial de la shoah/CDJC coll. Job © D.R.

Elle passe plusieurs séjours, dont un de ses derniers jours de liberté, en compagnie de son fiancé, Jean Morawiecki, dans la propriété familiale d’Aubergenville : le château du Vivier.

Elle rapporte une de ces escapades en ces termes : « Cette journée s’est déroulée dans sa perfection, depuis le lever du soleil plein de fraîcheur et de promesse, jusqu’à cette soirée si douce et si calme, si tendre, qui m’a baignée tout à l’heure lorsque j’ai fermé les volets. »

 

Ce château, qui doit probablement son nom aux bassins à poissons qu’il possédait au XVIIIe siècle, est acquis par la commune après la Seconde Guerre Mondiale, une grande partie de la famille d’Hélène Berr ayant été décimée. Les lieux sont transformés en lieux de vie communaux et les jardins ouverts au public.

Après la guerre, les écrits d'Hélène, conservés par l’aide cuisinière de la famille, sont remis au fiancé d’Hélène selon son souhait. C’est une nièce d’Hélène, Mariette Job, qui apprenant l’existence de ce journal, entre en contact avec Jean Morawiecki et parvient finalement à faire publier ce témoignage poignant. L’ouvrage sort en 2008 avec une préface de Patrick Modiano.

À l’occasion d’une restauration du château du Vivier en 2016, une plaque en mémoire de la jeune écrivaine a été apposée près de l’entrée et une exposition retraçant l’histoire de sa famille y a été organisée.

Pour découvrir Aubergenville, suivez ce lien.

Pour les Journées du Patrimoine 2018, le parc du château accueille une reconstitution spéicale. Plus d'informations en suivant ce lien :

Partager :
Tags:

Commentaires

    Antarctique - Musée EDF Hydrélec