Plus Beaux Détours de France 2

Orangerie

Un exemple d'orangerie du XVIIIe siècle : l'orangerie de Cheverny

Vous avez sans doute souvent croisé des orangeries au cours de visites dans les nombreux châteaux que compte la France, mais vous-êtes vous déjà demandé ce qu'était réellement une orangerie ?

Comme son nom l’indique, cet édifice est, à l’origine, utilisé pour abriter les orangers.

Il s'agit avant tout d'un bâtiment clos, doté de larges fenêtres et d’un chauffage, dans lequel on abrite, pendant l'hiver, les agrumes, mais aussi les autres végétaux craignant le gel.

Les esquisses de l'orangerie du château de Chantilly, 1683

Une orangerie construite dans les règles de l’art, est toujours orientée au sud.
Cette disposition permet à l’édifice de conserver une température optimum tout au long de l’année.

L’hiver, lorsque le soleil est bas, il apporte à la pièce sa lumière directe et sa chaleur.
L’été, lorsque le soleil est haut, à l’aplomb du bâtiment, il ne vient pas frapper directement l’intérieur du bâtiment.

La limonaia des jardins Boboli à Florence

La mode des orangeries remonte au XVIIe siècle et provient d’Italie. On y entrepose alors les arbres les plus sensibles aux variations de températures sous des arcades.

Progressivement, avec le développement de l’industrie de la verrerie, on se met à obstruer les intervalles des arcades avec de grandes baies vitrées.

L’orangerie est née. Ces édifices particuliers sont alors appelés limonaia et vont connaître un très grand engouement en Europe jusqu’à la fin du XIXe siècle.

À l’origine simple lieu de stockage des plantes pour l’hiver, l’orangerie va progressivement s’affirmer comme un lieu d’expression du prestige du châtelain.
Il s’agit le plus souvent d’édifices relativement hauts, pouvant accueillir les plus grands specimens du jardin d’été que sont bien souvent les palmiers.

La haute société des XVIIIe et XIXe siècles est extrêmement friande de toutes les nouvelles découvertes venues des colonies et des pays encore méconnus. Les orangeries deviennent ainsi un lieu d’exposition, sorte de cabinet de curiosités végétal dont l'une des plus renommée est celle du château de Cheverny.

L'intérieur de l'orangerie du château de Cheverny et son parement du XVIIIe siècle imitant un intérieur paysan

Dès lors, on voit se multiplier les motifs architecturaux les plus raffinés dans ces édifices. En été, ces intérieurs décorés font office de terrasse couverte où le châtelain et ses invités prennent leurs rafraîchissements.

On trouve encore de nos jours de nombreuses orangeries dans les châteaux français. L'une des mieux conservées est sans doute celle du château de Cheverny qui a gardé son décor rupestre du XVIIIe siècle.

Depuis quelques années cette orangerie a retrouvé sa fonction de lieu de sociabilité en accueillant les visiteurs du château à la recherche d'un lieu de détente pour se restaurer. Une pause gourmande à ne pas manquer !

Un lieu préservé, mais aussi un château ouvert 365 jours par an à découvrir ici

Partager :
Tags:

Commentaires

    Patrivia