Pass Patrimoine pages

« Au vert jardin des rêves »

Acaulis de Barnhaven

Récemment, sans doute influencé par la douceur de l’air et les premières avancées du printemps, je me suis intéressé au devenir d’une espèce protégée qui répond au doux nom de « primevère ».

Cette fleur aux accents populaires qui égaye les balcons et colore les jardins, s’est retrouvée au cœur d’une épopée transatlantique inattendue. Bien que modeste et sans prétention, préférant l’ombre des sous-bois à une lumière trop éclatante, elle fut courtisée par de nombreux amateurs de chaque côté des océans.

Entre les deux guerres, une Américaine, Florence Hurtig-Bellis subissant les affres de la grande dépression, s’installe dans l’Oregon et se lance dans la culture des primevères.
Avec ses derniers dollars, elle achète des graines venues d’Angleterre, réussit à créer de nouvelles variétés et développe un marché … des plus florissants. La fameuse marque « Barnhaven » était née !
Au milieu des années soixante, incapable de poursuivre une tâche trop éreintante, Florence décide de transférer ses graines en Grande-Bretagne, leur pays d’origine, de peur qu’elles ne tombent entre les mains d’industriels peu soucieux du patrimoine génétique de ses protégées.

Florence Bellis © Barnhaven
Florence Bellis dans sa serre

Une famille anglaise, les Sinclair, pépiniéristes de talent, recueille les réfugiées. Emus par cet envoi imprévu qui s’accompagnait d’un message sibyllin « à garder, ou à tuer » ils poursuivront l’œuvre initiale.
Au fil des décennies, ils transmettront ce savoir-faire à un couple plus jeune, les Bradford.

The Sinclairs © Barnhaven
Les Sinclairs

Ces derniers décideront de franchir la Manche dans les années quatre-vingt dix pour s’ancrer en Bretagne.
Puis le relais sera repris par les Lawson. Leur fille Jodie est prête à assurer la relève. Le cycle de la vie s’exprime aussi avec des fleurs…

Étonnante aventure que celle de ces créations délicates dont certaines variétés sont de véritables bijoux et répondent à quelques appellations exotiques telles que Grand Canyon, Marine blues, Ramona, Flamingo, Midnight, Venetian Cowichan ...

Polyanthus © Barnhaven
Polyanthus de Barnhaven

Poursuivant leur « fabuleux destin », les  primevères Barnhaven, « essaiment à travers les océans ». En France, elles ont même obtenu le statut de Collection nationale.
Cultivées selon des principes respectueux de l’environnement -sélection rigoureuse et pollinisation à la main- leur qualité n’a jamais été mise en péril.
Ces fleurs sont des trésors au même titre que tant d’autres plantes, rares ou plus répandues, qui font partie d’un patrimoine génétique naturel inestimable.

great-dixter-barnhaven © Barnhaven
Ventes de fleurs Barnhaven

« Chacun cueille sa fleur au vert jardin des rêves », écrivait Jules Laforgue. Sachons, si ce n’est de les cueillir, au moins de les préserver.

 

Patrick de Carolis


Pour en savoir plus sur Barnhaven

 

Partager :

Commentaires

    Pass Patrimoine Côté