Forum Toulouse Patrimoine d'Avenir le 21 mai 2019

Dolmens, cairns et autres mégalithes...

Dolmen, menhir, cairn… ces étranges constructions ou alignements de pierres hantent notre imaginaire Breton.
Mais ces pierres élevées au Néolithique (à partir du Ve millénaire avant notre ère), ne sont pas exclusivement situées en Bretagne, on en trouve sur une grande partie du territoire français.
Nous vous proposons de découvrir quelques-uns de ce sites à la signification encore bien mystérieuse. 

Intérieur du cairn de Gavrinis

Le Cairn de Gavrinis dans le Morbihan

L’ensemble construit sur plusieurs millénaires représente un volume de plus de 5000 m3.
Cette sépulture gigantesque a commencé à être érigée il y a près de 6000 ans.
Situé sur une île, ce cairn et ses somptueuses pierres gravées ont été préservés des dégradations des hommes.

Sur les pierres de la chambre couloir, pièce centrale, les motifs d’écussons, de haches et de crosses s’entrelacent. La raison de sa construction tout comme la signification de ses dessins restent un mystère.
Pour en savoir plus.

 

 
Menhirs de Filitosa

Filitosa  en Corse du Sud :

Ce site Corse est habité depuis plus de 8 000 ans, comme en témoignent les traces d’occupation et les tessons de poteries conservés dans le musée.

C’est vers le Ve millénaire avant notre ère que sont érigées les premières pierres à cet endroit.

À l’époque du Bronze récent (entre 1350 et 1150 avant notre ère), de nouveaux menhirs sont élevés et certains anciens sont réutilisés. Ils sont alors ornés de motifs humains : visages, armes et casques, gravés dans ces pierres levées, formant une armée de guerriers prêts à défendre les lieux.
Pour en savoir plus

La pierre de la fée

La pierre de la fée à Draguignan dans le Var :

Ce dolmen de 60 tonnes a été dressé il y a plus de 5000 ans. Il s’agissait d’une sépulture collective dans laquelle les corps ont été enterrés avec des offrandes.

La légende locale raconte qu’une fée aurait soulevé et mis en place la dalle supérieure de l’édifice afin de prouver sa supériorité à un berger qui souhaitait l’épouser. L’impossibilité de cette union ainsi démontrée, le pauvre homme en mourut pétrifié.
Pour en savoir plus

Dolmen de la Pierre-Alot

Le dolmen de la Pierre-Alot près de Vitry-lès-Nogent en Haute-Marne :

Ce dolmen a été dressé vers le IVe millénaire avant notre ère. Il tire son nom de « Pierre à l’eau » qui lui aurait été donné à cause de l’excavation sur le dessus de la dalle supérieur qui retenait l’eau.

Il appartient à un ensemble sépulcral dont les tumuli peuvent encore être observés à proximité.

La légende locale veut qu’un illustre guerrier y soit enterré.

Un menhir est également érigé à quelques dizaines de mètres de l’édifice.
Pour en savoir plus.

Dolmen de Coste-Rouge à Soumont

Dolmen de Coste-Rouge à Soumont en Hérault

Situé sur un éperon à 430 mètres d’altitude, ce dolmen est unique en son genre avec son ouverture centrale en forme de porte de four.

Élevé il y a plus de 5500 ans, sa table pèse environ 4 tonnes.

Érigé sur le domaine du prieuré Saint-Michel de Grandmont, une croix gravée orne la face ouest de l’édifice. Selon la légende, les religieux attribuaient à ces pierres un pouvoir de guérison.
Pour en savoir plus.

Dolmen d'Escout

Le dolmen d’Escout dans les Pyrénées-Atlantiques :

Construit sur les hauteurs du village, le dolmen d’Escout est désormais accompagné d’une croix.

La tradition locale voulait que le dolmen soit habité par des fées. Les habitants leur apportaient offrandes et nourriture avant de crier la cause des tourments dont ils souhaitaient être débarrassés.
Plusieurs tumuli sont situés à proximité du dolmen.
En savoir plus.

Partager :
Tags:

Commentaires

    PCC - Carré