HotelsParticuliersToulouse_bandeau2

Quand le bois avait un train d'avance !

Avez-vous déjà vu un train de bois sur la Seine ?

Non ? C’est normal ! Le dernier train de bois est arrivé à Paris en 1877 !
Mais vous pourriez bien en apercevoir un cet été sur les bords de Seine.

Découvrir l’histoire du train de bois, c’est replonger dans trois siècles d’histoire de Paris et du Morvan.

Tout commence au XVIe siècle, sous le règne d’Henri IV.  Le bois des forêts autour de Paris s’épuise et le domaine royal reste réservé aux chasses de la cour. La pénurie guette la capitale et menace ses habitants et son développement.  En effet, pas de bois, pas de four, pas de four, pas de pain et pas de pain : c’est l’émeute…

On se tourne alors vers le Morvan et ses forêts pour fournir du bois aux Parisiens. C’est toute une organisation qui se met en place dans la région pour envoyer 700 000 stères de bois (un stère = 1m3) jusqu’à Paris ; un système d’acheminement aussi inattendu qu’efficace : le flottage et le train de bois !

Le long parcours du bois débute en hiver. Les arbres sont abattus en bûches de diamètre homogène : 18 pouces (45.72cm) maximum, puis elles sont laissées au repos pour les vider de leur sève.

A la Toussaint suivante, elles sont vendues aux commerçants locaux appelés « marchands forains ». Chacun de ces marchands fait apposer sa marque à chaque extrémité des morceaux de bois, afin de reconnaître son bien tout au long du parcours : c’est le martelage.

Commence ensuite le flottage du bois. Les bûches sont jetées à l’eau sur les ruisseaux et les rivières du Morvan. Emportées par le courant, elles sont dirigées par des ouvriers placés sur les berges, appelés « poules d’eau », jusqu’à un des 22 ports où elles sont regroupées dans des retenues d’eau.

Au printemps, ces étangs, naturels ou artificiels, gonflés par les pluies et la fonte des neiges, sont ouverts, et l’eau achemine les bûches vers Clamecy et quelques autres villes, dans l’Yonne, en quelques heures seulement. 

Le bois est alors tiré, triqué (trié) et empilé selon les marques apposées pendant le martelage. Cette tâche est généralement dévolue aux femmes et aux enfants.

La fin de ces travaux, vers la mi-juillet, est célébrée par l’organisation de joutes sur la rivière. Le vainqueur de ces joutes, appelé « Roi Sec » devient le porte-parole des flotteurs pour l’année à venir. Une sorte de représentant syndical de l’époque !
A Clamecy, c’est la vie de 500 familles qui est régie par cette activité du bois.

Après cinq mois de séchage, les bûches sont enfin assemblées en trains de bois ! (Nous sommes déjà à plus de deux ans après la coupe du bois…).

Le train de bois est un radeau mesurant de 36 m de long, 4.50 m de large et 40 à 60 cm d’épaisseur, d’un volume moyen de 100 stères de bois. Il faut environ une semaine de travail de six ouvriers expérimentés pour en assembler un. 3 500 trains de bois sont ainsi construits en une saison à Clamecy ! Ajoutés au millier de trains assemblés dans d’autres ports, c’est près d’un million de stères de bois qui sont agrégés, ce qui représente 90% du bois consommé annuellement à Paris.

Chaque train est dirigé par deux flotteurs, marins aguerris aux dangers de la navigation. Près d’Auxerre, lorsque le cours de l’Yonne a grossi, les radeaux sont couplés, formant des plateformes à la longueur impressionnante de 72 mètres !

Le voyage jusqu’au port de Bercy, à Paris, dure ensuite de 10 à 15 jours. Une fois dans la capitale, le bois est à nouveau séché puis récupéré par les propriétaires parisiens.

Les flotteurs bourguignons, après avoir profité des « joies » de la capitale, repartent à pied et effectuent le trajet retour de 200km en 4 jours seulement !

Le premier train de bois est entré à Paris le 20 avril 1547. Pendant plus de trois cents ans, le Morvan va alimenter Paris en bois. Mais l’arrivée du charbon et l’amélioration des transports de marchandises par route vont progressivement remplacer le flottage.
Le dernier train de bois arrive à Paris en 1877. Avec lui, c’est toute une industrie régionale qui s’éteint…

… Mais cette année, l’association Flotescale fait revivre cette tradition !
 Début 2015, des bénévoles ont construit, selon les méthodes ancestrales, un nouveau train de bois. Ce dernier est parti de Clamecy le 6 juin.

Tout le long de son parcours jusqu’à Paris, des étapes sont organisées. L’occasion à chaque port de profiter de nombreux événements.
Après une épopée de 261 km et le passage de 64 écluses en 21 jours, l’arrivée au port de Bercy est prévue le 27 juin.
Enfin, le 5 juillet, le train de bois traversera la capitale sur la Seine.

Pour en savoir plus sur le projet du train de bois 2015, son trajet et les événements qui jalonnent son parcours, le DVD est disponible ici.

Pour découvrir le train de bois en vidéo.

Pour en savoir plus sur les flotteurs et leur activité.
 

Partager :

Commentaires

    HotelsParticuliersToulouse_bandeau3