La Prophétie d'Amboise - mega-banner - 2

L'Exposition Universelle de 1900

Le bilan du siècle

Ouverte au public du 15 avril au 12 novembre 1900 et sous la présidence d'Émile Louvet, cette Exposition Universelle fut celle de l'optimisme, des fêtes et des réjouissances. Sous le thème du "Bilan du siècle" elle a réuni plus de 83000 exposants (dont 40000 étrangers), étalés sur 216 hectares au sein de Paris, du Champs de Mars aux Bois de Vincennes, en passant par les bords de Seine et l'esplanade des Invalides. 136 accès avaient été disposés de part et d'autres pour accèder à cet espace 10 fois plus grand que cellui de 1855. Restée jusqu'à nos jours la plus grande exposition universelle jamais organisée en France, beaucoup de monuments ou d'équipements construits pour accueillir les visiteurs de l'Exposition figurent parmi les joyaux actuels de la capitale : le Petit Palais, le Grand Palais, les gares de Lyon, d'Orsay, et des Invalides, ainsi que le pont Alexandre III.

Grand globe céleste © Galica.bnf.fr

C'est également lors de cette exposition que fut mis en service la première ligne du Métropolitain -Porte de Vincennes-Porte Maillot- malgré une inauguration tardive en juillet 1900, soit 4 mois après l'ouverture de l'Exposition, qui enthousiasmera tout de même 10 millions de voyageurs jusqu'à la fin des festivités. Mais ce transport en commun qui finalement révolutionna le quotidien des parisiens, ne fut que l'une des attractions parmi tant d'autres au sein de cette manifestation populaire et riche en innovations.

Ainsi on arpentait l'expostion grâce au trottoir roulant, petite prouesse mécanique suspendue à 7 m de hauteur au dessus des visiteurs, que l'on baptisa assez vite "rue de l'avenir". Doté de deux paliers pour distinguer deux vitesses de transport (4,2 km/h et 8,5 km/h) il se déployait sur 3 kilomètres de long, le long du Quai Branly, de l'avenue de La Bourdonnais, de l'avenue de la Motte-Picquet, l'esplanade des inavalides, et les bords de Seine où se dressaient fièrement les palais et pavillons des nations étrangères.

  • Entrée principale de l'exposition universelle, Rive droite, cours de la Reine.
  • Le Petit Palais
  • Le grand Palais
  • Sous la Tour Eiffel, le Champs de Mars avec tout au fond le palais de l'électricité.
  • Vue du Champ-de-Mars en direction du Château d'eau et du Palais de l'Electricité. Respectivement à gauche et à droite, le Palais des Industries chimiques et le Palais des Industries mécaniques ainsi que de deux des quatre kiosques à musique édifiés sur le Champ-de-Mars.
  • Pont Alexandre III vue de la Seine
  • Avenue Nicolas II, vue des Palais
  • Avenue Nicolas II vue du Dome des Invalides
  • Autour du Trocadéro
  • Bâtiment des armées et de la navigation
  • Vue de la Seine lors de l'exposition universelle de 1900
  • Pavillons des nations, vue de la Seine
  • Pavillons des Nations, vue de la Seine
  • L'ancienne Avenue de l'Opéra, devenue la Rue de Rivoli, et le jardin des Tuileries
  • Le palais lumineux
  • le palais lumineux vu de nuit
  • Vue d'ensemble et aérienne de l'exposition universelle de 1900
  • Le Champs de Mars, vue sous la Tour Eiffel
  • Les trottoirs roulants avec vue sur le deuxième étage de la tour Eiffel en arrière plan
  • les trottoirs roulants au Quai d'Orsay
  • Trottoir roulant, avenue de la Bourdonnais (© Bibliothèque numérique de l’INHA – Service des collections de l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts)
  • Trottoir roulant, Pont de l'Alma (© Bibliothèque numérique de l’INHA – Service des collections de l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts)
  • Sous la verrière du Grand Palais
  • Hall du Grand Palais (© Bibliothèque numérique de l’INHA – Service des collections de l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts)
  • Hall du Grand Palais (© Bibliothèque numérique de l’INHA – Service des collections de l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts)
  • Galerie des machines, section étrangère (© Bibliothèque numérique de l’INHA – Service des collections de l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts)
  • Porte du Petit Palais (© Bibliothèque numérique de l’INHA – Service des collections de l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts)
  • Cour intérieure du Petit Palais (© Bibliothèque numérique de l’INHA – Service des collections de l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts)
  • Salles des fêtes (© Bibliothèque numérique de l’INHA – Service des collections de l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts)
  • Parc du Trocadéro, Porte de Pékin (© Bibliothèque numérique de l’INHA – Service des collections de l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts)
  • Parc du Champ de Mars, Palais du Génie Civil (© Bibliothèque numérique de l’INHA – Service des collections de l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts)
  • Palais des Fils, Tissus et Vêtements (© Bibliothèque numérique de l’INHA – Service des collections de l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts)
  • Pavillon des messageries maritimes (© Bibliothèque numérique de l’INHA – Service des collections de l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts)
  • Palais des Industries Diverses (© Bibliothèque numérique de l’INHA – Service des collections de l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts)
  • Pavillon des Indes néerlandaises (© Bibliothèque numérique de l’INHA – Service des collections de l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts)
  • Palais des nations étrangères : la Belgique (© Bibliothèque numérique de l’INHA – Service des collections de l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts)
  • Palais de Hongrie et Bosnie-Herzégovine (© Bibliothèque numérique de l’INHA – Service des collections de l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts)
  • Palais des forêts, de la chasse, de la pêche, et des cueillettes (© Bibliothèque numérique de l’INHA – Service des collections de l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts)
  • Perspective de la Seine, Palais des Nations, vue du Palais de l'horticulture (© Bibliothèque numérique de l’INHA – Service des collections de l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts)
  • Perspective de la Seine, vue du pont d'Iéna (© Bibliothèque numérique de l’INHA – Service des collections de l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts)
  • Perspective de la Seine, vue du pont d'Iéna (© Bibliothèque numérique de l’INHA – Service des collections de l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts)
  • Perspective de la Seine, vue du pont de l'Alma (© Bibliothèque numérique de l’INHA – Service des collections de l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts)
  • Perspective de la Seine, Palais des Nations, Rive droite (© Bibliothèque numérique de l’INHA – Service des collections de l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts)
  • Perspective de la Seine, Palais des Nations, Rive droite (© Bibliothèque numérique de l’INHA – Service des collections de l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts)
  • Perspective de la Seine, ainsi que de plusieurs palais des Nations (© Bibliothèque numérique de l’INHA – Service des collections de l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts)
  • Perspective de la Seine, Palais des Nations, Rive droite (© Bibliothèque numérique de l’INHA – Service des collections de l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts)
  • Passerelle du Pont des Invalides (© Bibliothèque numérique de l’INHA – Service des collections de l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts)
  • Vue du Pont des Invalides (© Bibliothèque numérique de l’INHA – Service des collections de l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts)
  • Les pylônes du pont Alexandre III (© Bibliothèque numérique de l’INHA – Service des collections de l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts)
  • Pont Alexandre III (© Bibliothèque numérique de l’INHA – Service des collections de l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts)
  • Pont Alexandre III (© Bibliothèque numérique de l’INHA – Service des collections de l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts)
  • Palais de l'électricité, vu de la Tour Eiffel (© Bibliothèque numérique de l’INHA – Service des collections de l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts)
  • Vue du premier étage de la Tour Eiffel (© Bibliothèque numérique de l’INHA – Service des collections de l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts)
  • Paris et la Seine, vus de la Tour Eiffel (© Bibliothèque numérique de l’INHA – Service des collections de l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts)
  • Palais du Trocadéro, vu du pont d'Iéna (© Bibliothèque numérique de l’INHA – Service des collections de l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts)
  • La Tour Eiffel, à partir du Trocadéro
  • Lac du Parc du Champs de Mars (© Bibliothèque numérique de l’INHA – Service des collections de l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts)
  • Porte Monumentale, gros plan sur la frise du Travail par Guillot (© Bibliothèque numérique de l’INHA – Service des collections de l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts)
  • Jeux de miroirs et de lumières dans le Palais de l'Illusion

L'exaltation du progrès, mais la fête surtout !

Le miroir de réflexion de l'image du Sidérostat. Il est conservé actuellement à l'Observatoire de Paris.

Parmi les lieux remarquables citons le Palais de l'Electricité, le Globe Céleste, La Grande Roue de Chicago, le Manoir à l'Envers, ou encore le Mareorama, un paquebot "en salle" où défilent des décors peints sur d'immenses toiles afin de plonger les spectateurs dans une authentique mise en scène de voyage... Avec effets de houles grâce à des vérins et des souffleries pour reproduire l'effet du vent ! Sans oublier le palais de l'optique avec son grand Kaléidoscope (aujourd'hui visible au musée Grevin sous l'appelation du Palais des Mirages) et le colossal sidérostat, un instrument d'astronomie de 60m de long, qui donne l'impression aux visiteurs ébahis de n'être qu'à une soixantaine de kilomètres de distance de la Lune !

Tandis que les badauds découvre les rayons X, des miroirs magiques, des danseuses phosphorescentes, un simulateur de balade en dirigeable et le monde invisible prémice de celui miscroscopique, les frères Lumière présentent leurs films sur un écran géant de 21 m sur 16. Ailleurs, et à l'instar des manifestations précédentes, l'exposition présente tout ce qui se fait de plus aboutis en terme d'avancées technologiques, d'arts et d'artisanats, sous de vastes halls ou au cœur des Pavillons des Nations.

Les plus mauvaises langues compareront aisément cette exposition Universelle de 1900 à une vaste foire où l'amusement a pris le pas sur la valeur éducative d'un tel évèmenent. Et même si l'on retrouve l'étalage des différents savoir-faires de chaque nations, que l'on vante allégrement au sein de chaque palais dédiés, c'est la ferveur populaire qui l'emporte grâce aux attractions joyeuses, creatives et monumentales qui fera date dans ce type d'événement à portée internationale.

Et l'on oublie vite que 14 années plus tard ces mêmes états si fiers de fêter ensemble le progrès, se feront la guerre au sein du premier conflit d'envergure mondiale, brisant net ce bel élan d'optimisme.

Partager :
Tags:

Commentaires

    PCC - Carré