Pass Patrimoine 600 monuments 2022 page
02/05/2023
2713

L'histoire de la Maison de l’Outil et de la Pensée Ouvrière de Troyes

La ville de Troyes, dans l’Aube, possède une très riche histoire qui peut s’admirer dans son patrimoine bâti, mais elle conserve également la trace d’un patrimoine immatériel passionnant, celui des Compagnons du Devoir et de leurs outils.

Alors que les professions dites « manuelles » perdent, quelquefois, en reconnaissance dans la société actuelle, la Maison de l’Outil et de la Pensée Ouvrière (MOPO) de Troyes, souhaite transmettre la richesse culturelle et technique de ces métiers.

Partez à la découverte de ce patrimoine ouvrier d’exception, où l’outil révèle toute la splendeur de l’histoire ouvrière et de son patrimoine.

Salle André Delibes, MOPO, Troyes, Aube, Grand Est ©Maison de l’Outil et de la Pensée Ouvrière

Troyes, une ville emblématique du patrimoine technique et artisanal

Troyes, Aube, Grand Est

Labelisée Ville d’art et d’histoire, Troyes porte un héritage culturel et ouvrier d’une grande valeur.

Maisons à colombages, ateliers de bonneteries et berceau de l’art du vitrail, l’histoire de cette ville est intimement liée aux savoir-faire artisanaux et industriels.

Troyes, connue pour être un des berceaux des Templiers, possède, également, une longue tradition liée au compagnonnage.

Cette pratique, qui apparaît en France, à la fin du Moyen Âge, consiste, notamment pour les artisans et ouvriers, mobiles de chantiers en chantiers, à se rassembler en communauté pour créer une assistance mutuelle.

Au fil des ans, des coutumes et traditions se développent au sein de ces communautés de compagnons.

C’est dans la cité champenoise qu’est faite la première description de la pratique du compagnonnage, dans une ordonnance édictée en 1419, par le roi Charles VI. Il définit alors le statut des cordonniers de la ville en ces termes :

« plusieurs compagnons et ouvriers dudit métier, de plusieurs langues et nations, vont et viennent en ville pour travailler, apprendre, connaître et savoir les uns des autres, dont aucun d’entre eux ne s’arrêtent et ne se marient parce qu’ils ne peuvent pas travailler de nuit à la chandelle (…) ». Au fil du temps, nombre de maisons de compagnons s’installent à Troyes.

Au XIXe siècle, l’Aube connaît une forte industrialisation avec l'implantation de nombreuses usines textiles. Il est encore possible de voir, aujourd’hui, les anciennes filatures, bonneteries et ateliers de tissages qui témoignent de cette période prospère.

L’hôtel Mauroy, au cœur de l'histoire ouvrière de Troyes

Jardin de la MOPO, Troyes, Aube, Grand Est ©Maison de l’Outil et de la Pensée Ouvrière

Situé au cœur du centre historique, dans l’enceinte du fameux bouchon de Champagne, l’hôtel de Mauroy est l’un des monuments emblématiques de Troyes.

Attesté dès 1409 sous le nom d’hôtel de l’Aigle, il est détruit, en 1524, par un incendie qui ravage tout le quartier.

Reconstruit en 1556, grâce au prévôt de la Monnaie et seigneur de Colaverdey, Jean Mauroy, il prend le nom et l’allure Renaissance que nous lui connaissons aujourd’hui.

Le riche marchand, suspecté d’inclinaison envers la Réforme, décide d’y fonder l’Hôpital et le Collège de la Trinité pour donner aux enfants pauvres et aux orphelins une éducation et un métier.

Dès lors, l’Hôtel Mauroy se transforme en un lieu de transmission des savoir-faire de la ville.

Au XVIIIe siècle, la Trinité devient une manufacture de bonneterie, activité emblématique de la cité. Elle reçoit les premiers métiers à tisser de la ville et forme tous les acteurs du secteur.

Aux siècles suivants, l’édifice change plusieurs de vocation : tour à tour occupé par un passementier, une troupe de théâtre, un collège ecclésiastique ou encore une imprimerie…

Rénové en 1966 par la ville de Troyes, ce bâtiment est mis à la disposition des Compagnons du Devoir du Tour de France. Ces derniers restaurent son intérieur afin d’accueillir les collections léguées par le père Paul Feller.

Cour de la MOPO, Troyes, Aube, Grand Est ©Maison de l’Outil et de la Pensée Ouvrière

Paul Feller, le fondateur de la Maison de l’Outil et de la Pensée Ouvrière

C’est à Paul Feller, prêtre jésuite né en 1913, que nous devons les prémices de la Maison de l’Outil et de la Pensée Ouvrière.

Né en 1913 à Rambouillet d’un père officier, il est ordonné prêtre après la guerre, en 1947. D’abord professeur de mathématiques à Amiens, il est nommé aumônier en second des ateliers-écoles de la chambre de commerce de Paris en 1953. Dès lors, sa fascination pour les domaines techniques ne fait que croître.

Paul Feller ©Maison de l’Outil et de la Pensée Ouvrière

Auprès du directeur des ateliers-écoles, Paul Feller découvre les travaux de l’historien Michel Ragon et débute la confection de sa bibliothèque. Très vite, il acquiert des ouvrages de grande valeur, dont, notamment, ses premiers volumes de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert.

En 1954, il fonde la T.E.C (technique, éducation, culture), une structure qui rassemble l’entièreté de sa documentation. Pour accroître sa connaissance et passer, selon ses mots, « du dehors, au-dedans du métier », il déménage à Lille afin de travailler dans une forge.

Persuadé que le travail manuel permet à l’homme de s’élever, il s’efforce d’éveiller les jeunes générations d’ouvriers au goût de ce patrimoine par un apprentissage technique et culturel. Ainsi, il parcourt la France afin d’agrandir sa collection d’ouvrages et d’outils.

Victime d’un accident cérébral en 1967, il interrompt ses activités de forgeron pour se consacrer entièrement à sa collection et à l’écriture de son livre L’Outil.

En 1974, la Maison de l’Outil et de la Pensée Ouvrière, regroupant toute sa collection, est inaugurée à l’hôtel Mauroy après avoir été léguée aux Compagnons du Devoir et du Tour de France.

Jardin de la MOPO, Troyes, Aube, Grand Est ©Maison de l’Outil et de la Pensée Ouvrière

Le choix de la ville de Troyes n’est pas anodin. Les Compagnons du Devoir, lors de leurs Assises, ont préféré cette ville à Angers. En effet, l’hôtel de Mauroy, en plus de sa situation urbaine centrale, détient un passé qui fait écho à la mission du musée.

À sa mort, en 1979, il lègue l'ensemble aux Compagnons du Devoir et du Tour de France, qui s’occupent de la Maison.

Son œuvre se poursuit aujourd’hui dans le respect de sa pensée, souhaitant éclairer le présent et construire l'avenir : « Ce qui est à sauver, c'est ce qu'il y a d'éternel dans cette tradition, à savoir le besoin vital de livrer, de donner, de transmettre ce que l'on a reçu ».

Une collection unique

La Maison de l’Outil et de la Pensée Ouvrière est un lieu de transmission du savoir-faire et de la culture ouvrière. Bien que souvent peu reconnus dans l’inconscient collectif, les métiers manuels sont les vecteurs d’un patrimoine commun d’une grande richesse.

Avec 12 000 outils de façonnage à main datant des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles, répartis de façon prodigieuse dans 65 vitrines, la Maison de l’Outil et de la Pensée Ouvrière offre une collection unique au monde !

Ce musée s’inscrit dans une volonté de partage du savoir-faire et du savoir-être ouvrier. Afin de créer un lien entre l’humain, l’outil et le public, une scénographie innovante, plonge le visiteur au cœur des ateliers des métiers présentés.

MOPO, Troyes, Aube, Grand Est ©Maison de l’Outil et de la Pensée Ouvrière

Aussi, ce site se divise en 4 sections : le bois, le fer, l’animal et le minéral. À chaque partie ses outils et objets de façonnage qui témoignent de la maîtrise technique de l’homme, de la culture de son métier et de sa vie d’ouvrier.

Le caractère historique de chaque outil, minutieusement choisi, est mis en valeur par la mise en scène contemporaine des vitrines.

Ainsi, truelles, marteaux, haches ou encore compas permettent au visiteur de saisir combien l’homme de métier ne se réduit pas au seul geste de sa main. Chacun de ses actes porte en lui l’intellect de l’ouvrier, sa sensibilité et sa culture.

Salle R. Devalières, MOPO, Troyes, Aube, Grand Est ©Maison de l’Outil et de la Pensée Ouvrière

Une bibliothèque spécialisée, centre de ressources inépuisables

Bibliothèque de la MOPO, Troyes, Aube, Grand Est ©Maison de l’Outil et de la Pensée Ouvrière

La MOPO accueille également une bibliothèque et une librairie spécialisées. Avec 32 000 ouvrages anciens et contemporains, la bibliothèque du musée est, aujourd’hui, la deuxième bibliothèque technique de France, derrière la Bibliothèque nationale de France.

Véritable lieu de diffusion du patrimoine ouvrier, elle se compose majoritairement de volumes techniques couvrant de nombreux domaines.

Ainsi, toute curiosité sur les Beaux-Arts, les métiers agricoles ou encore les techniques de forge seront assouvies par la lecture des ouvrages proposés.

La bibliothèque abrite également des joyaux littéraires d’une grande valeur : les 35 volumes de la première édition de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert ainsi que De architectura de Vitruve, considéré comme le seul traité complet de l’Antiquité.

Afin de partager au plus grand nombre le savoir-faire et le patrimoine ouvrier, la bibliothèque et le musée abritent également une librairie qui ravira tous les amateurs de techniques et de culture.

La bibliothèque et la librairie forment un véritable centre de ressources pour les formateurs et étudiants.

 

Préparez votre visite dans l'Aube en Champagne !