Pass Patrimoine 600 monuments 2022 page
18/06/2022
800

Juin 1944 : la Bretagne au cœur de la Résistance française

Le saviez-vous ? Pendant une quinzaine de jours, au début du mois de juin 1944, le village de Saint-Marcel, dans le Morbihan, abrite le plus grand camp de résistants de France. Plus de 2 000 femmes et hommes y sont rassemblés avec pour objectifs de ralentir le déploiement des forces allemandes vers la Normandie.

C’est cette histoire hors du commun, mais également toute la période d’occupation de la Bretagne, que vous présente le musée de la Résistance en Bretagne.

Musée de la Résistance en Bretagne © OBC/Musée de la Résistance en Bretagne

Drop Zone Baleine

Combinaisons de vol d'aviateurs alliés et tenue de saut d'un agent du SOE britannique au musée de la Résistance en Bretagne

Début juin 1944, les préparatifs du débarquement sur les plages de Normandie, battent leur plein. Afin que cette opération fonctionne au mieux, la résistance bretonne a un rôle majeur à jouer : ralentir le redéploiement des forces allemandes vers la Normandie.

Les Forces Françaises de l’intérieur sont chargées de trouver une zone en Bretagne où les Alliés pourront parachuter des caisses d’armes pour soutenir les combattants.

Cette zone est définie au cœur du Morbihan, entre Sérent et Saint-Marcel, sur un espace de landes entouré de bois. Surnommée « Drop Zone Baleine » cet emplacement est déjà repéré depuis plus d’un an par la France Libre.

Ce périmètre devient le plus gros centre de parachutage de France occupée : plus de 2 500 containers et 4 jeeps, y sont réceptionnés en l’espace de 2 semaines.

Largage de containers sur une drop zone © OBC/Musée de la Résistance en Bretagne

La ferme de la Nouette : coeur de la résistance en France

Résistants du maquis de Saint-Marcel © OBC/Musée de la Résistance en Bretagne

Pour encadrer la Résistance locale, 150 parachutistes du 4e Special Air Service/2e Régiment de Chasseurs Parachutistes, sont également déployés sur la zone. L’information passe dans la Résistance bretonne. Les hommes et femmes de « l’armée des ombres » affluent vers le centre de commandement, installé à la ferme de la Nouette.

Du 5 au 17 juin 1944, plus de 2 000 hommes et femmes, issus de tous les mouvements de la Résistance française sont réunis à Saint-Marcel. Ces maquisards, qui mènent de nombreuses actions de sabotage, sont ravitaillés par les fermes et habitants des alentours. La Bretagne est alors le cœur battant de cette Résistance !

Résistants du maquis de Saint-Marcel © OBC/Musée de la Résistance en Bretagne

La bataille de Saint-Marcel

Paras SAS et maquisards bretons en juin 1944 - Album Henry Corta © OBC/Musée de la Résistance en Bretagne

Alertées par le ballet aérien incessant, les autorités allemandes découvrent finalement le pot aux roses. Deux voitures de la Feldgendarmerie, ayant pénétré dans le périmètre de sécurité du camp, sont attaquées.

Le 18 juin 1944 s’engage ainsi la bataille de Saint-Marcel. La bataille fait rage, mais les maquisards, épaulés par des chasseurs bombardiers américains, parviennent à maintenir les Allemands à distance toute la journée. À la nuit tombée, les combats cessent, mais le camp est abandonné par ses occupants, qui se dispersent en petits groupes.
Au matin du 19 juin 1944, les Allemands découvrent la ferme de la Nouette désertée, ses stocks de poudre et de munitions détruits.

De terribles représailles s’abattent sur les habitants du Morbihan et une traque sans merci est menée contre les résistants. Mais le camp de Saint-Marcel reste un symbole fort d’union qui marque les consciences.

Ferme de la Nouette détruite après la bataille de Saint-Marcel  © OBC/Musée de la Résistance en Bretagne

Musée de la Résistance en Bretagne

C’est en mémoire de cet épisode héroïque qu’est fondé, en 1984, à ce même emplacement, le musée de la Résistance en Bretagne. De nombreux objets en lien avec la période de l’occupation à la Libération y sont exposés. Une rue bretonne sous l’occupation y est même reconstituée !

En 35 ans, plus d’un million de visiteurs découvrent les collections, avant la fermeture des portes du musée en 2019.

Près de 2 ans de travaux ont redonné vie au lieu, avec une scénographie complètement revue, complétée de dispositifs numériques modernes. Le musée de la Résistance en Bretagne a rouvert au public à l’été 2021 pour continuer à transmettre l’histoire et les valeurs véhiculées par la Résistance.

Portraits de résistants bretons, au musée de la Résistance en Bretagne © Loic Kersuzan-Morbihan Tourisme

 

Plusieurs éléments emblématiques du musée ont retrouvé leur place, dont la reconstitution de la rue bretonne sous l’occupation.

Parmi les objets incontournables, les visiteurs peuvent également découvrir une robe de mariée, taillée dans un parachute ayant servi au déploiement du marié en Bretagne.
Ils admireront aussi des éléments d'origines du Corbeau des mers : voilier ayant permis le ralliement de marins de l’Île de Sein à la France Libre, quelques jours après l’Appel du 18 juin du Général de Gaulle sur la BBC ! Après restauration en 2017, le bateau, qui appartient au musée, a retrouvé l'océan, dans le golfe du Morbihan

 

Pour en savoir plus sur le musée de la Résistance en Bretagne.



Le musée de la Résistance en Bretagne après les travaux de rénovation © Loic Kersuzan-Morbihan Tourisme 

 

Découvrez toutes les merveilles du Morbihan

Tags: