Pass Patrimoine 600 monuments 2022 page
8215

Les Malouinières, demeures de corsaires

Les Malouinières, fières demeures bretonnes, veillent sur le Clos-Poulet, l'arrière-pays de Saint-Malo, anciennement appelé le pays d'Aleth, depuis près de trois cent ans...

Ces magnifiques résidences ont été construites, à quelques kilomètres des remparts de Saint-Malo et de la côte d’Émeraude, dans une nature paisible et verdoyante. 

Édifiées pour la plupart entre 1650 et 1730, elles ont été les témoins de l’époque glorieuse des corsaires et des armateurs. 

Aujourd'hui, ces belles demeures continuent d'incarner l’âme de ce petit coin paisible d'Ille-et-Vilaine. 

Partez avec nous à la découverte de l’histoire et de l’architecture curieuse de ces Malouinières ! 

La ville de Saint-Malo intra muros et ses remparts

Le port de Saint-Malo et le règne des corsaires du Roi Soleil

Statue de René Duguay-Trouin, par Antoine-Léonard Dupasquier, XVIIIe siècle

Du XVIe au XVIIIe siècle, la marine française se développe, notamment grâce au commerce avec ses colonies et ses comptoirs.

Le règne de Louis XIV voit l’apparition de corsaires, missionnés par le Roi Soleil pour dépouiller les vaisseaux étrangers de leurs marchandises.

La plupart embarquent sur des vaisseaux légers depuis le port de Saint-Malo, alors premier port de France.

À Saint-Malo, les armateurs font fortune et créent la Compagnie Malouine des Indes.

Celle-ci a recours aux services de célèbres corsaires comme Surcouf et Duguay-Trouin qui écument les mers et par la même occasion, amassent des butins considérables.

La malouinière de La Verderie

Les armateurs et corsaires de Saint-Malo, qui ne font parfois qu'une seule et même personne, cherchent naturellement à afficher leur réussite ainsi qu’à se reposer de leurs exploits, sans trop s’éloigner du cœur battant de la ville.

C’est ainsi que leur vient l’idée de faire bâtir des demeures de plaisance, à quelques lieues seulement de Saint-Malo. 

Très vite, on les appelle les "malouinières". 

Les malouinières : des demeures abandonnées en Ille-et-Vilaine

Quand, en 1763, se termine la guerre de Sept Ans, l’empire colonial du royaume de France est profondément mis à mal par son rival britannique.

La Compagnie Malouine des Indes perd de l’influence et ses bénéfices décroissent rapidement. Louis XV décide alors en 1769 de suspendre son monopole. 

La Révolution française porte un nouveau coup à la compagnie des Indes. Accusée d’être un vivier d’activistes contre-révolutionnaires, celle-ci est définitivement fermée en 1793. 

C’est la fin du règne des corsaires malouins, qui, souvent contraints à l’exil, abandonnent leurs belles demeures de l’arrière-pays.

Attaquées par l’humidité et le sel, ravagées par les révolutionnaires, ou lentement grignotées par le temps, une dizaine de malouinières du Clos-Poulet ont été détruites. Aujourd'hui, sur une centaine de malouinières situées aux alentours de Saint-Malo, 17 malouinières ont été classées au titre des monuments historiques. Parmi elles, on retrouve la Ville-Bague, la Chipaudière ou encore la Verderie. 

Demeures toujours privées, elles sont encore souvent habitées par la même famille depuis de nombreuses années. 

La Malouinière de la Ville-Bague située à Saint-Coulomb

La richesse architecturale des malouinières

Les malouinières sont, pour le XVIIe siècles, des bâtisses d’un style nouveau, que l’on pourrait qualifier d’hybride.

On y retrouve tous les codes architecturaux des domaines aristocratiques : pigeonnier, parc clos, chapelle, jardins à la française et communs.

Mais, la malouinière n’a pas vocation à accueillir de grandes festivités.

Conçue pour une tranquille et champêtre retraite, elle se cache souvent derrière un imposant portail, au fond d’une allée dans un parc boisé. Sa façade austère, en granit de Chausey, son haut toit aux cheminées étroites rappellent aussi des éléments d’architecture militaire, inspirés de Vauban

La Malouinière de La Chipaudière, vue du côté jardin

La chapelle privée de la Malouinière de La Ville-Bague

Cette allure sévère et cette simplicité martiale contrastent avec des intérieurs luxueuxraffinés et richement meublés. Les objets précieux, rapportés par les corsaires de leurs lointaines expéditions, sont exposés à la vue de tous, comme dans la malouinière de la Ville-Bague. 

Tapisseries et toiles peintes se marient alors avec le chatoiement des soieries indiennes, le blanc de l’ivoire, le noir de l’ébène et les milles couleurs des gemmes… 

 

Découvrir les Malouinières et l’arrière-pays malouin

Si la plupart des malouinières d'Ille-et-Vilaine sont des résidences privées, elles demeurent ouvertes à la visite.

Vous pourrez notamment admirer les malouinières de La Chipaudière, de La Ville Bague, ainsi que le domaine du Montmarin. Ces belles demeures se situent dans un rayon de 15 km autour de Saint-Malo. Il est donc possible de faire le tour de ces malouinières à vélo !


Vue sur Saint-Malo

Réservez votre visite à la Malouinière de La Chipaudière

Réservez votre visite au domaine du Montmarin 

 

Explorez gratuitement plus de 650 monuments français et belges pendant 1 an avec le Pass Patrimoine !

Le parc du domaine du Montmarin

 

 

Tags: