Mot de la semaine : banneret

À partir du Xe ou XIe siècle, un banneret est un noble qui, ayant plusieurs fiefs, peut se présenter avec assez de vassaux pour lever une bannière et aller au combat à l’appel de son suzerain ou du roi.

Généralement une compagnie permettant de lever une bannière doit compter au moins 25 à 30 hommes d’armes. La bannière, attachée au bout de la lance du banneret, est carrée contrairement à celle des simples chevaliers qui est en pointe.

Victoire de Philippe Auguste sur Otton IV à Bouvines

Ce mot apparaît pour la première fois dans les écrits rapportant la bataille de Bouvines qui oppose les troupes françaises du roi Philippe Auguste à une coalition de seigneurs anglais, flamands et germaniques avec, à leur tête, l’empereur Otton IV.

Cette fonction disparaît au XVe siècle suite à l’interdiction faite par Charles VI aux bannerets de rassembler eux-mêmes leurs vassaux, puis à la création par Charles VII des compagnies d’ordonnance, premières unités permanentes de soldats.

À l’Époque Moderne, le titre de banneret est inclus dans la hiérarchie nobiliaire entre chevalier et baron. Ce titre perdure ainsi jusqu’à la fin de l’Ancien Régime.

Partager :
Tags:

Commentaires

    PCC - Carré