Pass Patrimoine pages

Le Cellier aux Moines

Depuis plus de huit siècles cette majestueuse cave voûtée en pierres de 600 m² abrite les secrets de vinification du vin et du champagne.

Les vignes autour du Cellier

Construite à Colombé-le-Sec dans l’Aube (10), au XIIe siècle, son architecture cistercienne oscille entre arcs romans et arcs gothiques. Le cellier aux moines tire son nom de ses fondateurs : les moines de l’abbaye de Clairvaux, située à 11 kilomètres de là. Très riches et puissants, ils possèdent de nombreuses ressources dans la région : terres, granges, caves...

Ces dépendances sont dirigées par des moines convers, autorisés à ne pas suivre la règle de Saint-Benoît à la lettre en échange de leurs travaux. À l’image des moines de Cluny en Bourgogne, ce sont eux qui plantent les vignes sur la Côte des Bar.

Ce sont 177 hectares de vignes qui dépendent de ce cellier très organisé comme en témoignent les deux oculus percés dans la voûte. Ils permettent de presser le raisin au rez-de-chaussée, au-dessus de ces ouvertures, le moût tombant ainsi directement dans les cuves à la cave.

Ces vins étaient déjà, pour certains, effervescents. Ils étaient qualifiés par les moines de « messire pétars », la pression faisant parfois sauter les bondes des tonneaux.

À la Révolution, le domaine est saisi comme bien national, démantelé et vendu. Le cellier est racheté par un marchand de biens à Chaumont.

Mike Brant

Le cellier est classé aux Monuments Historiques en 1919. C’est à cette époque que l’arrière-grand-père du propriétaire actuel achète la maison et quelques hectares de vignes. Mais il ne vinifie pas ses raisins et le cellier reste inactif.

Après la Deuxième Guerre Mondiale, il est transformé en salle de bal et salle des fêtes. Tous les habitants de la région se souviennent encore d’avoir dansé sur le parquet du cellier jusqu’au petit matin. Ils se remémorent aussi de cette soirée où Mike Brant, à l’orée de sa carrière fulgurante, a chanté sous ces voûtes centenaires.

C’est en 2009, que les actuels propriétaires, Emmanuel Calon-Egger et sa femme Agnès, décident de redonner au cellier sa fonction première : vinifier du champagne. En honneur à leurs prédécesseurs, ils nomment leur maison Monial et donnent à leurs cuvées des noms latins.

Pour en savoir plus sur le Cellier aux Moines et le champagne Monial.

Partager :

Commentaires

    Pass Patrimoine Côté