Festival Un été en Gascogne 2017
18/02/2016

Nélie Jacquemart, femme et collectionneuse d'exception

Nélie Jacquemart est un personnage fascinant de la fin du XIXe siècle.

Issue d’un milieu modeste, elle se hisse, par son talent et son goût, dans les hautes sphères de l’art et des milieux parisiens. Elle accumule, au cours de sa vie, une collection exceptionnelle.

À sa mort, sur le modèle du duc d’Aumale et de son domaine de Chantilly, elle lègue à l’Institut de France sa collection et deux écrins remarquables : l’hôtel particulier parisien du Boulevard Haussmann (musée Jacquemart-André) et l’abbaye de Chaalis dans l’Oise.


Autoportrait de Nélie Jacquemart en 1880
Conservé au musée Jacquemart-André

Nélie est née Cornélie Jacquemart en 1841. Elle est rapidement prise sous la protection de Madame de Vatry qui possède alors l’Abbaye de Chaalis.

Grâce à son appui, Nélie rentre à l’école de peinture des Beaux-arts où elle est une des premières femmes à être acceptées.

Elle se spécialise rapidement dans le portrait mondain. Grâce à ses relations, elle peint  le Tout-Paris jusqu’au président de la République lui-même, Adolphe Thiers.


Le Salon de Madame de Vatry à Chaalis en 1856, aquarelle d'Eugène Lami
Conservée à l'abbaye de Chaalis

C’est ainsi qu’elle est sollicitée par Édouard André, banquier richissime, afin de lui faire son portrait. Débute une longue histoire qui aboutit à leur mariage, 10 ans plus tard.


Édouard André par Franz Xaver Winterhalter,
conservé au musée Jacquemart-André

La fortune de son mari permet à Nélie d’assouvir sa passion des œuvres d’art. D’autant qu’Édouard André est lui aussi un grand amateur. Il est co-directeur de la Gazette des Beaux-Arts.

Ensemble, ils parcourent l’Europe et plus particulièrement l’Italie où Nélie peut acquérir des œuvres de primitifs italiens, une période qu’elle apprécie particulièrement
C’est au cours d’un de ces voyages qu’ils achètent la splendide fresque de Tiepolo qui orne de nos jours l’escalier de leur hôtel particulier parisien.


Fresque de Tiepollo au musée Jacquemart-André

Ils sont également férus d’art français du XVIIIe siècle ou encore de peintures d'École du Nord, dont ils possèdent un chef d’œuvre : les Pèlerins d’Emmaüs de Rembrandt.


Les pèlerins d'Emmaüs de Rembrandt conservé au musée Jacquemart-André

Edouard décède en 1894 après treize ans de mariage avec Nélie.

Avide de découverte et pressée de faire de nouveaux achats, elle entreprend des nouveaux voyages, toujours plus lointains. Après avoir découvert la Turquie, l’Égypte et l’Inde, elle se rend jusqu’en Birmanie. Elle envisage même d’aller jusqu’au Pôle Nord.
Apprenant que l’abbaye de Chaalis, un lieu qu’elle fréquenta   dans sa jeunesse, est à vendre, elle interrompt son voyage .


Abbaye de Fontaine Chaalis 

Dans le bateau qui la ramène vers la France, Nélie dessine déjà sa chambre et fait des projets d’aménagement.


Dessin de Nélie pour l'aménagement de sa chambre

Elle acquiert le domaine en 1902 et en fait son musée personnel.
Au rez-de-chaussée, la salle des moines est consacrée aux œuvres du Moyen Âge et à des primitifs italiens dont deux remarquables œuvres de Giotto.


                                                    Salle des Moines                                               

Saint-Jean de Giotto

Les autres pièces de réception sont ornées dans le goût du XVIIe - XVIIIe siècle avec de superbes meubles Boulle mais aussi des tableaux d’Oudry et de Martin des Batailles et de bien d’autres peintres de cette époque...


Chien peint par Oudry

Le dernier salon dit « oriental » accueille toutes les œuvres collectées lors de ses voyages au Moyen-Orient et en  Extrême-Orient, d’Iran jusqu’en Birmanie et d’Égypte au Pendjab.


Salon "Oriental"

Ces salles sont distribuées par une galerie aussi longue que la galerie des glaces de Versailles (73 mètres) mais moins large. Elle est scandée par de splendides bustes antiques, Renaissance et de la période moderne.


La Grande Galerie du Rez-de-Chaussée

À l’étage, desservi par un ascenseur qu’elle fait installer, elle aménage ses appartements où trônent encore des chefs d’œuvres dont un autoportrait de la pastelliste Rosalba Carriera.
Une galerie décorée de portraits en pied dessert les appartements des invités, (anciennes cellules des moines), chacun meublé dans un style différent.


Galerie du Premier étage 

Décédée en 1912, son corps est déposé, selon son souhait, dans la splendide chapelle du domaine, construite sous Saint Louis et dont les fresques ont été peintes à la Renaissance par Primatice.


                                                   Tombeau de Nélie                          

Plafond de la chapelle de Chaalis

L’Institut de France, un an seulement après son décès, ouvre les lieux au public.
À une heure de Paris, partez sur les traces de Nélie et découvrez l’abbaye, sa merveilleuse chapelle et les œuvres exceptionnelles de cette collectionneuse hors du commun.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l'abbaye de Chaalis et du musée Jacquemart-André.

Partager :

Commentaires

    Expo Forteresse de Chinon : A l'assaut