Pass Patrimoine pages

Les jardins des Missions Étrangères de Paris

Le saviez-vous ? Il existe en plein Paris, caché derrière les hauts murs des Missions Etrangères de Paris, un superbe jardin privé d’un hectare. Uniquement accessible aux membres de cette vénérable institution, il est exceptionnellement ouvert au public.

Les Mission Etrangères de Paris ont été créées au XVIIe siècle par Alexandre de Rhodes, missionnaire jésuite qui souhaite systématiser l’envoi de missionnaires en Asie afin de convertir le plus grand nombre à la foi catholique.

Pour former ces prêtres, le séminaire des Mission étrangères est fondé rue du Bac, en 1663, par monseigneur Bernard de Sainte-Thérèse, évêque de Babylone, qui a donné son nom à la rue qui borde les jardins de l’édifice.

Plan Turgot de 1739 figurant le jardin des Missions Etrangères de Paris

Ces derniers sont créés sur plusieurs parcelles, qui rassemblées forment un espace d'un hectare ! Le généreux commanditaire fait appel à un disciple d’André Le Nôtre, célèbre jardinier de Louis XIV à Versailles, pour transformer ces anciens potagers en splendides jardins à la française.

Ce parc mjestueux n'a quasiment pas été modifié depuis, mais il est désormais planté de nombreuses espèces exotiques luxuriantes rapportées par les missionnaires de leurs expéditions au bout du monde.
En effet, depuis le XVIIe siècle, les Missions Étrangères de Paris ont envoyé plus de 4500 prêtres porter la "Bonne Nouvelle" au-delà des mers.

Portrait de Francois-René de Chateaubriand par Anne Louis Girodet

En 1838, François-René de Chateaubriand s’installe rue du Bac, au sein de l’hôtel de Clermont-Tonnerre qui donne sur ce fameux jardin. Il y écrit notamment les dernières lignes de ses fameuses Mémoires d'outre-tombe :

« En traçant ces derniers mots, le 16 novembre 1841, ma fenêtre, qui donne à l’ouest sur les jardins des Missions étrangères, est ouverte : il est six heures du matin ; j’aperçois la lune pâle et élargie ; elle s’abaisse sur la flèche des Invalides à peine révélée par le premier rayon doré de l’Orient : on dirait que l’ancien monde finit, et que le nouveau commence. Je vois les reflets d’une aurore dont je ne verrai pas se lever le soleil. Il ne me reste qu’à m’asseoir au bord de ma fosse ; après quoi je descendrai hardiment, le crucifix à la main, dans l’éternité. ».

Les Missions Étrangères se visitent, réservez vos places en suivant ce lien.

Découvrez les collections des Missions Étrangères avec le Pass Patrimoine.

Partager :
Tags:

Commentaires

    Patrivia