Plus Beaux Détours de France 2

2 000 ans d'histoire périgourdine

Capitale du Périgord blanc, Périgueux est l’une des plus anciennes villes de France comme en témoigne son patrimoine. Avec une occupation humaine vieille d'au moins 2 000 ans, elle voit cohabiter des vestiges gallo-romains avec des édifices de la Renaissance.

Nous vous proposons de faire le tour de la ville en 4 monuments. 

La Tour de Vésonne

La tour Vésonne

Aux alentours de 200 av. J.-C. une tribu gauloise, connue sous le nom de Pétrocoriens, s’installe sur les hauteurs de l’Isle, non loin du site sur lequel s’élève aujourd’hui Périgueux. Ce peuple et la région entrent pour la première fois dans l’Histoire grâce à Jules César et à La guerre des Gaules. En 52 av J.-C., les Pétrocores, alliés des Arvernes, envoient environ 5 000 guerriers en renfort à Vercingétorix, assiégé dans Alésia. C’est à cette occasion que César mentionne ce peuple et ces terres.

Après la défaite gauloise et l’intégration des Gaulles au monde romain, la première cité est fondée à l’emplacement de Périgueux : il s’agit de la ville gallo-romaine de Vesunna.

Créée en 27 avant notre ère, cette cité romaine prospère et s’embellit, tout en conservant un panthéon gaulois comme en témoigne la tour de Vésonne. Contrairement aux apparences, cet édifice appartient à l’origine à un temple gallo-romain datant de la fin du premier siècle de notre ère. Ce temple était dédié à Vesunna, déesse de l’eau et de la fécondité ainsi que protectrice de l’ancienne tribu des Pétrocores.

À l’origine entouré d’une vaste enceinte qui protégeait le sanctuaire, la tour est aujourd’hui située dans un jardin public et à proximité du musée Vesunna qui retrace le passé antique de la ville.

La tour de Vésonne est, avec l’amphithéâtre de Périgueux et quelques autres sites, l’un des tout premiers monuments historiques français classés en 1840.
En savoir plus sur Vesunna

La tour Mataguerre

La tour Mataguerre

La tour Mataguerre a été érigée au cours du XIIIe siècle et constitue l’ultime vestige du rempart de l’enceinte médiévale qui ceignait le bourg du Puy-Saint-Front.

Avant 1240, le site de Périgueux n’est pas occupé par une, mais deux villes ou bourgs. L’antique cité de Vésonne, devenue cité de l’évêque et du comte, fait face à la ville nouvelle du Puy-Saint-Front. Ce centre urbain récent s’est progressivement constitué autour du tombeau de Saint-Front et doit alors sa prospérité aux pèlerins et à sa bourgeoisie marchande.

Les deux centres urbains s’affrontent de façon récurrente et se placent sous patronages royaux afin de servir leurs ambitions : la ville comtale est alors réputée fidèle au Roi d’Angleterre, tandis que la ville bourgeoise prête allégeance au Roi de France. Les deux villes finissent par s’unir en 1240, mais la tour Mataguerre ne disparaît pas pour autant. Entièrement rebâtie au XVe siècle, elle sert d’entrepôt à poudre à partir de 1622.

Faute d’entretien, on supprime sa toiture conique en 1807. Au cours du XIXe siècle, la ville de Périgueux se modernise et les boulevards à la Haussmann remplacent les remparts que l’on abat. Seule la tour Mataguerre est alors épargnée.

Le centre-ville Renaissance

La Maison des Consuls

Carrefour marchand, Périgueux profite de sa position et se développe rapidement après la fin de la Guerre de Cent Ans. Malgré les Guerres de Religion (1562-1598) et la Fronde (1648-1653), la ville poursuit son essor économique. Cette activité se traduit par la construction d’hôtels particuliers dans le centre de la ville.

À partir du XVe siècle, ces grandes familles de marchands érigent des demeures qui rivalisent les unes avec les autres. Les plus anciennes, comme la Maison des Consuls, sont bâties dans le style gothique flamboyant au bord de l’Isle. Malgré son surnom, cet hôtel particulier n’a jamais été le siège du Consulat de la ville.
Suivez ce lien pour découvrir ce centre historique insolite

Les Cathédrales

L’église Saint-Etienne de la Cité

Érigée sur des vestiges gallo-romains, l’église Saint-Etienne de la Cité a été la première cathédrale de la ville. Son destin est étroitement lié à celui de Périgueux. Malmenée durant la Guerre de Cent Ans et l’occupation de la ville par les troupes anglaises du Prince Noir de 1360 à 1363, elle est partiellement détruite lors de la prise de la ville par les troupes calvinistes de 1575 à 1581. Au cours de la Fronde, la cathédrale a également été transformée en écuries.

C’est en 1669 que Saint-Front acquiert son titre de cathédrale au détriment de Saint-Etienne de la Cité. De 1852 à 1895, Paul Abadie, futur architecte de la basilique du Sacré-Cœur de Paris, restaure la cathédrale « à la manière médiévale ». Il fait reconstruire les coupoles de la cathédrale qui datent du XIIIe siècle et qui ont été détruites par les protestants.

L'histoire de Périgueux se poursuit encore aujourd'hui au travers de grands événements qui rythment la vie de la capitale du Périgord blanc...

Partager :
Tags:

Commentaires

    Patrivia