Pass Patrimoine 600 monuments 2022 page
31835

Les lavoirs de nos contrées

Nombreux sont les villages de France à posséder un lavoir, petite bâtisse le long d'un cours d'eau qui témoigne de l'histoire de nos régions. L'origine de ces édifices remonte, généralement, au XIXe siècle, période à laquelle ils construits pour limiter les risques d'épidémie dans le pays. 

Dans les campagnes, ces édifices témoignent d'une grande variété architecturale selon les régions et les périodes historiques !

La construction des lavoirs

Paysage avec des lavandières, Joseph Vernet, 1763, peinture à l'huile, Musée du Petit Palais

Avant le XIXe siècle, un lavoir consiste simplement en une pierre plate, posée au bord d’un cours d’eau ou d'une sourcepour pouvoir laver le linge.

Avec la Révolution industrielle, l’insalubrité règne dans les grandes villes. Dans les rues et les habitations encrassées, les épidémies se répandent vite. Pour garantir la pureté de l’eau, le gouvernement de la Deuxième République décide de faire voter une loi afin d'inciter les communes à créer un espace dédié au lavage du linge.

À partir du 3 février 1851, les communes se dotent de constructions spécifiques, en bois, pierres, briques ou torchis. Pour être alimentés en eau, les lavoirs sont bâtis au bord des rivières, des lacs, des fontaines ou proche de sources.

Les lavoirs : témoins du patrimoine local

Le lavoir de Plailly (Oise), Norbert Goeneutte, 1890

Les lavoirs ont un rôle social majeur dans les villes et les campagnes. Seules les femmes se rendent au lavoir, véritable lieu de vie et de rencontre. Parfois accompagnées de leurs enfants, elles se retrouvent entre elles autour du bassin pour faire et défaire les réputations, arranger des mariages, raconter leurs drames et laisser libre cours au rire et au franc-parler. 

À genoux sur un garde genoux, bac en bois posé une pierre inclinée, les femmes plongent le linge dans l’eau, le torde, puis le batte sur la pierre à l’aide d’un battoir en bois. Certaines femmes, dont c’est le métier, sont désignées par le terme provençal de lavandière. 

Les lavoirs disposent souvent de plusieurs bassins. Celui en amont sert pour rincer le linge et celui en aval, pour le laver avec de la lessive, fabriquée à base de savon et de cendres de bois. S'il n’y a qu’un seul bassin, le linge est uniquement rincé au lavoir, puis séché. Les femmes posent souvent le linge propre sur une pierre de taille, petit banc de pierre adossé au mur du lavoir. 

Les lavoirs sont remplacés dans les années 1950 par les laveries automatiques. Mais, certaines communes ont conservé ce petit patrimoine. 

Découvrez ce patrimoine local en images !

  • La Rivière Bèze et le lavoir de l’Abbaye de Bèze Côte-d’Or, Bourgogne Franche-Comté © Over Doz
  • Lavoir à Honfleur, Calvados, Normandie © Insane Focus
  • Lavoir de Labastide d’Armagnac, Landes, Nouvelle-Aquitaine © mksfca
  • Lavoir public à Lauris,Vaucluse, Provence-Alpes-Côtes-d’Azur © Véronique PAGNIER
  • Lavoir à Provins, Seine-et-Marne, Île-de-France © Groume
  • Lavoir de Vanvey Côte d’Or, Bourgogne –Franche-Comté © Over Doz
  • La mairie-lavoir de Beaujeu, Haute-Saône, Bourgogne-Franche-Comté © Vassil
  • Lavoir de la Platte à Val-Revermont Ain, Auvergne-Rhône-Alpes ©Jorge Alves AdobeStock
  • Lavoir de Saint-Rémy à Lautrec, Tarn, Occitanie ©llulu31 AdobeStock
  • Lavoir d’Argenteuil-sur-Armançon, Yonne, Bourgogne-Franche-Comté ©Ibex73
  • Lavoir de Mazayes-Basse, Puy-de-Dôme, Auvergne-Rhône-Alpes ©Bernard 63 AdobeStock
  • Lavoir de Fosse Dionne à Tonnerre, Yonne, Bourgogne-Franche-Comté ©AdobeStock

Un tour de France des lavoirs

Le lavoir de l’abbaye de Bèze (Côte d'Or) a été érigé sur la rivière, adossé à la tour d'Oysel de l'abbaye. Le lavoir, construit en forme de croissant, était utilisé par les religieuses. 

Le lavoir de Honfleur (Calvados), situé sur le quai Lepaulmier, a été inauguré en 1867. La ville normande conserve aussi trois autres lavoirs. 

Le lavoir de Labastide d’Armagnac (Landes) est nommé « Las Caneres », du nom du quartier et de la fontaine dont il dépend. Restauré en 2002, le lavoir dévoile une magnifique charpente. 

Construit sur un ancien cimetière, le lavoir public de Lauris (Vaucluse), se situe sur la place de l'église de ce village provençal. 

Le lavoir de Provins (Seine-et-Marne), sur la grande place centrale de la cité médiévale, conserve toujours ses deux bassins, l'un pour laver, l'autre pour rincer. 

Au lavoir de Vanvey (Côte d’Or),sur les rives de l'Ource, quinze arcs de bois reposent sur des piliers de pierre. Inscrit aux monuments historiques, son histoire remonte à la fin du XVIIIe siècle. 

Inspiré de maisons italiennes, le lavoir de Beaujeu (Haute-Saône) a été construit en 1828 par l'architecte Louis Moreau. Il est doté de quatre bassins. 

Bâti vers 1845, le lavoir de la Platte à Val-Revermont (Ain) conserve une splendide charpente au toit de tuiles creuses, portée par des piliers de chênes. Le lavoir est situé le long du ruisseau du Nacartan. 

Proche de la source de Saint-Rémy, le lavoir de Saint-Rémy à Lautrec (Tarn) est construit sur l'ancienne voie romaine, où vivaient les premiers habitants du village. 

Classé monument historique, le lavoir d’Argenteuil-sur-Armançon (Yonne), a été édifié dans un style néo-classique. Le lavoir est alimenté en eau grâce au grand bassin. 

Le lavoir de Mazayes-Basse, (Puy-de-Dôme) a été érigé sur une fontaine. L'édifice, construit en pierre, conserve encore tout son charme du XIXe siècle.  

Au lavoir de Fosse Dionne à Tonnerre (Yonne), plusieurs légendes sont connues depuis la Préhistoire. Un lavoir est construit en 1758 par le maire de Tonnerre, autour de ce bassin dont l'origine serait divine. 

Découvrez gratuitement tout le patrimoine de France et de Belgique pendant 1 an avec le Pass Patrimoine !

Tags: