Pass Patrimoine 600 monuments 2022 page
21/09/2022
441

François Clouet et l'art du portrait de la Renaissance

Il y a 450 ans, le 22 septembre 1572, le peintre François Clouet, s’éteint à Paris, laissant derrière lui une centaine de portraits, qui nous permettent d’entrer dans l’intimité des plus illustres personnages de l’histoire de France du XVIe siècle. Grande figure de la Renaissance française, Clouet est employé directement au service du roi et nous emmène au cœur de la cour de France !

Ses œuvres dépeignent, avec précision et finesse, les caractéristiques physiques et psychologiques des princes de son temps : le visage enfantin du roi Charles IX lorsqu’il accède au trône de France, la richesse des parures et des tissus portés par la reine Elisabeth d’Autriche ou encore le deuil qui envahit Catherine de Médicis à la mort de son époux, le roi Henri II.

Clouet : peintre royal de père en fils

Jean Clouet, François Ier, vers 1530, Musée du Louvre

Fils du peintre Jean Clouet et de Jeanne Boucault, François est né à Tours, probablement entre 1515 et 1520. Son père est déjà peintre officiel du roi de France, il est à l’origine d’une série de portraits de la famille royale.

Ce dernier est connu notamment pour avoir réalisé le premier grand portrait du roi François Ier, entre 1525 et 1527, que l’on retrouve dans tous les manuels scolaires. François Clouet l’aurait aidé pour réaliser ce chef-d’œuvre.

Le jeune François est donc bercé durant toute sa jeunesse par la peinture et les conseils précieux de son père.

François Clouet : peintre officiel de la cour de France

François Clouet, Catherine de Médicis, vers 1565, Musée Carnavalet

À partir de 1540, date à laquelle son nom apparaît dans les comptes royaux, François Clouet devient portraitiste et valet de chambre du roi de France. Il occupe cette fonction jusqu’à sa mort. Le peintre voit se succéder les derniers rois de la dynastie des Valois : François Ier, Henri II, François II et Charles IX.

Dès ses débuts, il est un peintre reconnu et apprécié à la cour. Cette notoriété lui permet de bénéficier d’une situation financière confortable, avec un salaire de 240 livres tournois et de nombreuses gratifications personnelles. Il occupe notamment l’office de commissaire au Châtelet de Paris, accordé par Henri II en 1551. Il acquiert ainsi un rôle social important et une autorité au sein du quartier.

Doté de talents variés, il réalise pour les obsèques royales de François Ier, en 1547, des masques mortuaires en cire. Il fera de même pour le roi Henri II, mort en 1559.

Mais, le peintre est avant tout connu pour ses miniatures et ses portraits à l’huile ou au crayon. Sous la protection de Catherine de Médicis, François Clouet acquiert une prestigieuse célébrité. La reine est une grande admiratrice de l’artiste et lui demande les portraits de tous ses enfants au crayon, aujourd’hui conservés au musée Condé du château de Chantilly.

Peintre de la Renaissance

François Clouet, Dame au bain, 1571, National Gallery of Art

Il réalise ses œuvres dans un atelier aux côtés de plusieurs apprentis, comme Jean Patin et Simon Le RoyDeux tableaux seulement sont signés de sa main : le portrait de Pierre Quthe et la Dame au bain. Cette dame au bain a traditionnellement été associée à Diane de Poitiers, favorite d’Henri II, ou à Gabrielle d’Estrées, favorite du roi Henri IV.

François représente ses modèles à mi-corps et de trois quarts et peint avec finesse et précision les visages, les vêtements et les parures. Cette peinture détaillée permet de capter le plus finement possible la psychologie du personnage et une ressemblance physique proche de la réalité. Il est influencé par les grands peintres de son époque.

Pour son portrait d’Henri II, il puise son inspiration chez le peintre allemand Hans Holbein ou encore chez le Titien, de l’école vénitienne, pour ses autres tableaux. Clouet s’inscrit dans un courant de peinture qui a dominé la création artistique en France durant les XVIe et XVIIe siècles, que l’on appelle l’École de Fontainebleau.

Il diversifie son œuvre en traitant des scènes de la mythologie et des scènes galantes. Il s’inspire du peintre italien Le Primatice, pour son maniérisme, courant artistique en rupture avec la perfection et l’exactitude des proportions. On accorde plus d’importance aux espaces indéfinis, aux mouvements, à la torsion des corps et à une exagération des formes.

 François Clouet, Le Bain de Diane, vers 1565, musée des Beaux-Arts de Rouen

Ces œuvres maniéristes, composées de symboles et de messages cachés, s’adressent à la classe supérieure de la société.

C’est le cas du tableau, Le Bain de Diane, scène mythologique dans laquelle Clouet représente Diane de Poitiers, au centre, sortant du bain, Catherine de Médicis, portant le voile noir du deuil et Marie Stuart, femme du nouveau roi François II. Henri II, le roi défunt, passe à cheval en arrière-plan. Les deux satyres représentent le cardinal de Guise et le duc de Guise, défenseurs de la foi catholique.

En pleine lutte entre protestants et catholiques, cette œuvre a pour but de ridiculiser les responsables du parti catholique et d’affirmer le désaccord avec la politique religieuse de la couronne française.  

Une renommée assurée

François Clouet meurt en 1572 et laisse pour descendance deux filles illégitimes, Diane et Lucrèce, qu’il nomme dans son testament.

Après la mort de Clouet, le portrait à la française lui survit. Il est décliné par la suite, dans les ateliers français et adapté notamment par le peintre Corneille de Lyon qui représentera des portraits de bourgeois et courtisans lyonnais. François Clouet a participé avec son style pictural, à accroitre le prestige de la France dans l’art du portrait durant plusieurs décennies. 

Chantilly, un écrin pour la collection des Clouet

Le cabinet des Clouet au musée Condé, château de Chantilly

Le musée Condé, au château de Chantilly, conserve aujourd’hui une collection inédite de la Renaissance française avec une centaine de portraits peints et près de 360 dessins du XVIe siècle, réalisés par les Clouet et leurs ateliers.

Le cabinet dédié aux œuvres de la famille Clouet a fait l’objet d’une grande restauration en 2021.
À cette occsaion et celle de cette commémoration de sa mort, le château met également en valeur, dans une exposition exceptionnelle, jusqu’au 2 octobre 2022, les portraits d’enfants royaux aux côtés de leurs dessins préparatoires. Ces chefs-d’œuvre de Jean et François Clouet permettent ainsi de suivre l’évolution physique de ces princes et princesses de la Renaissance.

Réserver votre visite au château de Chantilly

 

Visitez gratuitement le château de Chantilly avec le Pass Patrimoine et plus de 650 monuments en France et en Belgique pendant un an ! 

 

Tags: