Cet été je visite la France 2021 page

Journées du Patrimoine 2021 : à la découverte de l'ancien Hôpital Laennec

L'Hôpital Laennec : près de 400 ans d'histoire

La cour d'honneur de l'Hôpital Laennec © Kering

Fondé en 1634 par le cardinal de La Rochefoucauld, l’Hôpital Laennec est d’abord nommé Hospice des Incurables. Ce nom est dû aux pensionnaires qu’il accueille en nombre : dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, l’Hospice ne compte pas moins de 308 lits !

Lieu de convalescence de personnalités, comme la salonnière Marguerite Hessein de la Sablière, l’Hospice des Incurables est financé par d’illustres mécènes, comme la reine Anne d’Autriche. L’Hospice est aussi ouvert aux anonymes, qui côtoient les grands noms de leur temps. La chapelle de l’Hospice, située au centre du bâtiment, est d’ailleurs le théâtre d’un sermon du prédicateur Bossuet.

L’Hospice des Incurables connaît un premier tournant dans son histoire au moment de la Révolution : les sœurs de la Charités, qui soignent les malades, quittent les lieux. Elles sont suivies des hommes en 1801 et des femmes en 1869

L’Hospice est alors fermé jusqu’en 1871, date à laquelle il est transformé en hôpital militaire : les soldats de la guerre contre la Prusse y sont soignés. 
Les lieux reprennent définitivement du service en 1874 et gardent cette fonction hospitalière pendant 126 ans. L’hôpital prend le nom de René-Théophile-Hyacinthe Laennec en 1878, en hommage au médecin français éponyme, inventeur du stéthoscope.  

Hôpital Laennec, Plan Turgot de Paris, 1739

 
 

Une nouvelle vie avec Kering

Chaire en bois sculpté érigée au XVIIe siècle dans la chapelle

En l’an 2000, l’Assistance Publique - Hôpitaux de Paris, propriétaire des lieux, ferme l’établissement. Si cette fermeture marque la fin du rôle médical de l’Hôpital Laennec, elle ne sonne pas le glas de la structure.

En effet, l’hôpital est racheté par le groupe de luxe français Kering, qui engage d’importants travaux de restauration

Seize ans plus tard, Kering y installe son siège social ainsi que celui de la maison Balenciaga. L’Hôpital Laennec reprend alors ses lettres de noblesse. La restauration met en valeur le bâtiment, haut lieu du patrimoine parisien

La plus vieille croix en bois de Paris ainsi que le plus ancien clocher en bois de la capitale sont conservés dans la chapelle.

Les jardins, bien que plantés récemment, revêtent aussi un caractère patrimonial : ils rappellent l’ancienne fonction des lieux. La lavande, par exemple, servait à parfumer les draps des pensionnaires. 

Les jardins de l'Hôpital Laennec © Kering

L'Hôpital Laennec ouvre ses portes pour les Journées du Patrimoine

Paul Rebeyrolle, Végas del condado, © Eric Sander

Depuis six ans, les Journées Européennes du Patrimoine sont l’occasion de visiter l’Hôpital Laennec et de découvrir des perles de l’art contemporain.

Conscient de la valeur patrimoniale des lieux, Kering vous ouvre les portes de cet établissement historique le samedi 18 et le dimanche 19 septembre 2021.

En sus des lieux époustouflants, vous découvrirez une formidable collection d’art contemporain. Kering accueille depuis 2020 la toile Végas del condado [Paysage espagnol] de l’artiste Paul Rebeyrolle.

Cette année, elle dialogue avec les œuvres de Hélène Delprat et de Wang Yancheng. Cet accrochage monumental, intitulé Paysages est possible grâce au prêt de la Collection Pinault

La mode est aussi mise à l’honneur : cinquante pièces originales de Haute Couture, créées entre 1938 et 1968 par Cristóbal Balenciaga, sont exposées dans l’aile dédiée à la maison. 

 Exposition Paysages © Eric Sander

Partager :
Tags:

Commentaires

    Pass Patrimoine Côté