Musée de Balzac - Centenaire de la mort de Rodin - mega banner

L’île hôpital de Marseille

Dans les îles du Frioul à Marseille, tout le monde connaît le château d’If, point de départ du roman d’Alexandre Dumas, Le Comte de Monte Cristo

Mais saviez-vous que, parmi les quatre îles de cet archipel, l’une d’entre elles abrite un hôpital ?

Dès le XVIe siècle, les îles du Frioul servent de cordon sanitaire pour la ville de Marseille. Les marins et visiteurs y passent la période de quarantaine avant de pouvoir débarquer à terre, notamment lors de la terrible épidémie de peste de 1720.

Au XVIIIe siècle c’est une épidémie foudroyante de fièvre jaune qui touche les ports méditerranéens. Les autorités sanitaires décident alors de bâtir un hôpital sur l’île Ratonneau. Il est baptisé Caroline, en l’honneur de la duchesse de Berry, dont l’époux, héritier potentiel du trône, a été assassiné en 1820.

Commandé en 1823, le bâtiment ouvre ses portes en 1823, il est surnommé « l’hôpital du vent », les médecins de l’époque préconisant alors une ventilation importante des salles, afin d’évacuer l’air vicié.

C’est l’architecte marseillais Michel Robert Penchaud qui préside à la construction des lieux. Il crée 12 corps de bâtiments qui permettent d’isoler les convalescents et les patients selon leurs pathologies.

Au centre sont élevées la capitainerie et la chapelle. Bien que l’ensemble soit fonctionnel, l’architecte réalise un chef d’œuvre en créant une synthèse architecturale des différents styles présents dans la ville. La chapelle par exemple est de style grec.

Dans les années 1850, le complexe hospitalier est intégré à un complexe plus important déployé jusque sur l’île Pomègues qui prend le nom de « lazaret des îles ». C’est le lazaret le plus vaste et le plus efficace de la Méditerranée.

Ce complexe hospitalier est en service jusqu’à la Seconde Guerre Mondiale. Largement bombardé par les alliés en 1944, il reste ensuite à l’abandon jusqu’au rachat des îles du Frioul par la ville de Marseille en 1978. Inscrits monuments historiques dès 1980, l’association Caroline entreprend une restauration des lieux avec le soutien de la fédération Rempart.

Depuis 2007, la ville a repris les chantiers de restauration à son compte et organise des événements culturels dans les parties déjà rénovées.

Pour en savoir plus sur Marseille et son patrimoine.

Partager :

Commentaires

    Grand Pressigny - La femme dans la Préhistoire - Carré